logo

Les principales voies de la moelle épinière

Sans nous fixer la tâche d'énumérer toutes les voies du système nerveux central, nous considérons les principes de base de l'organisation de ces voies en utilisant les plus importantes d'entre elles comme exemple (Fig.30). Les voies d'accès au système nerveux central sont divisées en:

ascendant - formé par des axones de cellules dont les corps sont situés dans la matière grise de la moelle épinière. Ces axones dans la substance blanche sont dirigés vers les parties supérieures de la moelle épinière, du tronc cérébral et du cortex cérébral.

descendant - formé par des axones de cellules dont les corps sont situés dans différents noyaux du cerveau. Ces axones sur la matière blanche descendent vers divers segments de la colonne vertébrale, pénètrent dans la matière grise et laissent leurs terminaisons sur l'une ou l'autre de ses cellules.

Un groupe séparé est formé par des voies propriospinales. Ils peuvent être à la fois ascendants et descendants, mais ils ne dépassent pas la moelle épinière. Après avoir passé plusieurs segments, ils reviennent à nouveau à la matière grise de la moelle épinière. Ces voies sont situées dans la partie la plus profonde des cordes latérales et ventrales, elles relient les différents centres nerveux de la moelle épinière. Par exemple, les centres des membres inférieurs et supérieurs.

Chemins ascendants.

Les étendues de Gaulle (poutre mince) et Burdakh (poutre en forme de coin). Les principaux chemins ascendants traversent les cordes dorsales de la moelle épinière et sont des axones des neurones afférents des ganglions rachidiens. Ils traversent toute la moelle épinière et se terminent dans la région de la moelle épinière dans les noyaux de la moelle dorsale, appelés noyaux de Gaulle et de Burdach. Par conséquent, ils sont appelés le tract de Gaulle et le tract de Burdah.

1. Le premier maillon des neurones:

une. Les fibres situées plus médialement dans le cordon spermatique transportent des signaux afférents du bas du corps, principalement des extrémités inférieures, vers le noyau de Gaulle..

b. Les fibres situées plus latéralement vont au noyau de Burdakh et transmettent des signaux afférents des récepteurs du haut du corps et des membres antérieurs.

2. Le deuxième maillon des neurones:

À leur tour, les axones des cellules des noyaux de Gaulle et de Burdach dans le tronc cérébral se croisent et sous la forme d'un faisceau dense s'élèvent jusqu'au diencéphale. Ce faisceau de fibres, déjà formé par des axones de cellules des noyaux de Gaulle et Burdach, est appelé la boucle médiale.

3. Le troisième maillon des neurones:

Les cellules des noyaux du diencéphale donnent des axones liés au cortex cérébral.

Toutes les autres voies ascendantes ne commencent pas par les neurones des ganglions rachidiens, mais par les neurones situés dans la matière grise de la moelle épinière. Par conséquent, leurs fibres ne sont pas des fibres du premier, mais du deuxième ordre.

1. Les neurones des ganglions rachidiens servent également de premier maillon dans ces voies, mais dans la matière grise ils laissent leurs terminaisons sur les cellules du «deuxième maillon».

Les cellules de ce «deuxième lien» envoient leurs axones aux noyaux du tronc cérébral et du cortex cérébral. La majeure partie des fibres de ces chemins passe dans le cordon latéral.

Voie thalamique vertébrale (ventrale et latérale).

2. Le deuxième maillon des neurones:

Il commence à la base de la corne dorsale de la moelle épinière. Les axones des neurones qui forment cette voie se dirigent vers le côté controlatéral (opposé), pénètrent dans la matière blanche de la corde latérale ou ventrale opposée et y pénètrent à travers toute la moelle épinière et le tronc cérébral jusqu'aux noyaux du diencéphale..

2. Le troisième maillon des neurones:

Les neurones des noyaux du diencéphale transportent des impulsions vers le cortex cérébral.

Tous les chemins ci-dessus (Gaulle, Burdaha et thalamique dorsale) relient les zones réceptives de chaque côté du corps avec les neurones du cortex de l'hémisphère opposé.

Tractus cérébelleux spinaux. Deux autres chemins parcourant les lamelles latérales relient la moelle épinière au cortex cérébelleux.

Flexing Path - situé dorsalement et contient des fibres qui ne se croisent pas du côté opposé du cerveau. Cette voie dans la moelle épinière commence à partir des neurones du noyau Clark, dont les axones atteignent la moelle oblongue et pénètrent dans le cervelet par le bas de la jambe du cervelet.

Le chemin de Govers - situé ventralement, contient des fibres qui remontent le cordon latéral du côté opposé du corps, mais dans le tronc cérébral, ces fibres se croisent à nouveau et pénètrent dans le cortex cérébral par le côté sur lequel ce chemin a commencé. Dans la moelle épinière commence à partir des noyaux de la zone intermédiaire, les axones pénètrent dans le cervelet par le haut de la jambe du cervelet.

Si le cortex cérébral des hémisphères cérébraux est toujours lié à des fibres afférentes de l'autre côté du corps, alors le cortex cérébelleux reçoit des fibres principalement des structures neurales du même côté.

Chemins descendants. Les fibres descendantes sont également subdivisées en plusieurs chemins. Le nom de ces voies est basé sur les noms des parties du cerveau dont elles proviennent.

Les voies cortico-spinales (latérales et ventrales) sont formées par les axones des cellules pyramidales des couches inférieures de la zone motrice du cortex cérébral. Ces chemins sont souvent appelés pyramidaux. Les fibres passent à travers la substance blanche des hémisphères cérébraux, la base des jambes du mésencéphale, le long des sections ventrales du pont Varoliev et la moelle oblongue dans la moelle épinière.

o Le trajet latéral se croise dans la partie inférieure des pyramides de la moelle oblongue et se termine sur les neurones de la base de la corne postérieure.

o Le chemin ventral traverse les pyramides de la moelle oblongue sans se croiser. Avant d'entrer dans la corne antérieure de matière grise du segment correspondant de la moelle épinière, les fibres de ce trajet passent du côté opposé et se terminent sur les motoneurones des cornes antérieures du côté controlatéral.

Ainsi, d'une manière ou d'une autre, mais la région motrice du cortex des hémisphères cérébraux se révèle toujours être connectée aux neurones du côté opposé de la moelle épinière.

Voie rubro-spinale - la principale voie descendante du mésencéphale, commence dans le noyau rouge. Les axones des neurones du noyau rouge se croisent immédiatement en dessous et, en tant que partie de la matière blanche de la moelle latérale, descendent jusqu'aux segments de la moelle épinière, se terminant sur les cellules de la région intermédiaire de la matière grise. Cela est dû au fait que le système rubrospinal avec le système pyramidal est le principal système de surveillance de l'activité de la moelle épinière.

Voie tecto-spinale - Elle provient des neurones du quadripôle du mésencéphale et atteint les motoneurones des cornes avant.

Voies partant de la moelle oblongue:

Vestibulo-spinal - commence à partir des noyaux vestibulaires, principalement à partir des cellules du noyau Deuterium.

Réticulo-rachidien - part d'une accumulation importante de cellules nerveuses dans la formation réticulaire, qui occupe la partie centrale du tronc cérébral. Les fibres de chacune de ces voies se terminent sur les neurones de la partie médiale de la corne antérieure de la matière grise de la moelle épinière. La partie principale des terminaisons est située sur les cellules d'insertion.

Olive-spinal - formé par les axones des cellules d'olive de la moelle épinière, se termine sur les motoneurones des cornes antérieures de la moelle épinière.

Section 4

CERVEAU

|prochaine conférence ==>
La structure de la matière grise de la moelle épinière|Caractéristiques générales du cerveau

Date d'ajout: 2019-07-26; vues: 539; COMMANDER LA RÉDACTION D'ŒUVRES

Voies du cerveau et de la moelle épinière

Les systèmes de fibres nerveuses conduisant des impulsions de la peau et des muqueuses, des organes internes et des organes de mouvement vers diverses parties de la moelle épinière et du cerveau, en particulier vers le cortex cérébral, sont appelés voies conductrices ascendantes ou sensibles, afférentes. Les systèmes de fibres nerveuses qui transmettent les impulsions du cortex ou des noyaux sous-jacents du cerveau à travers la moelle épinière vers l'organe de travail (muscle, glande, etc.) sont appelés voies motrices ou descendantes efférentes..

Les voies sont formées par des chaînes de neurones, les voies sensorielles généralement constituées de trois neurones et les voies motrices de deux. Le premier neurone de toutes les voies sensorielles est toujours situé à l'extérieur du cerveau, situé dans les nœuds rachidiens ou les nœuds sensibles des nerfs crâniens. Le dernier neurone des voies motrices est toujours représenté par des cellules des cornes antérieures de la matière grise de la moelle épinière ou des cellules des noyaux moteurs des nerfs crâniens.

Sentiers sensibles. La moelle épinière exerce quatre types de sensibilité: tactile (un sens du toucher et de la pression), la température, la douleur et la proprioceptivité (des récepteurs des muscles et des tendons, la sensation dite articulaire-musculaire, un sens de la position et du mouvement du corps et des membres).

La majeure partie des chemins ascendants mène une sensibilité proprioceptive. Cela indique l'importance du contrôle des mouvements, ce que l'on appelle la rétroaction, pour la fonction motrice du corps. La voie de la douleur et de la sensibilité à la température est la voie spinothalamique latérale. Le premier neurone de cette voie est les cellules des ganglions rachidiens. Leurs processus périphériques font partie des nerfs spinaux. Les processus centraux forment les racines postérieures et vont à la moelle épinière, se terminant dans les cellules des cornes postérieures (2e neurone).

Les processus des deuxièmes neurones traversent la commissure de la moelle épinière du côté opposé (forment une croix) et montent en tant que partie de la moelle latérale de la moelle épinière dans la moelle oblongue. Là, ils jouxtent la boucle sensible médiale et traversent la moelle oblongue, le pont et les jambes du cerveau jusqu'au noyau latéral du thalamus, où ils passent au 3e neurone. Les processus des cellules du noyau thalamique forment un faisceau thalamocortical passant à travers la jambe arrière de la capsule interne jusqu'au cortex du gyrus postcentral (région de l'analyseur sensible). En raison du fait que les fibres se croisent le long du chemin, les impulsions de la moitié gauche du tronc et des membres sont transmises à l'hémisphère droit et de la moitié droite à la gauche.

La voie spinothalamique antérieure est constituée de fibres qui conduisent la sensibilité tactile, elle passe dans la moelle antérieure de la moelle épinière.

Le processus central de la racine postérieure pénètre dans la moelle épinière et se termine dans les cellules du noyau situé à la base de la corne postérieure (2e neurone). Les processus des seconds neurones montent dans la partie dorsale du cordon latéral du même côté et traversent les jambes inférieures du cervelet pour atteindre les cellules du cortex du ver cérébelleux. Les fibres de la moelle épinière antérieure (Govers) forment deux fois une croix; dans la moelle épinière et dans la voile supérieure, puis à travers les jambes supérieures du cervelet atteindre les cellules du cortex du ver cérébelleux.

Le chemin proprioceptif vers le cortex cérébral est représenté par deux faisceaux: tendre (mince) et en forme de coin. Un faisceau doux (Gaulle) conduit les impulsions des propriétaires propriétaires des membres inférieurs et de la moitié inférieure du corps et se situe médialement dans le cordon postérieur. Un faisceau en forme de coin (Burdakh) le jouxte de l'extérieur et porte des impulsions de la moitié supérieure du tronc et des membres supérieurs. Le deuxième neurone de cette voie se trouve dans les noyaux éponymes de la moelle allongée. Leurs processus forment une croix dans la moelle oblongue et se connectent en un faisceau appelé boucle sensorielle médiale. Il atteint le noyau latéral du thalamus (3e neurone). Les processus des troisièmes neurones à travers la capsule interne sont envoyés aux zones sensibles et partiellement motrices du cortex.

Les trajets motorisés sont représentés par deux groupes.

1. Voies pyramidales (cortico-spinales et cortico-nucléaires, ou cortico-bulbaires), conduisant des impulsions du cortex vers les cellules motrices de la colonne vertébrale et de la moelle oblongue, qui sont les voies de mouvements arbitraires.

2. Voies motrices extrapyramidales et réflexes qui composent le système extrapyramidal.

Le chemin pyramidal ou cortico-spinal commence à partir des grandes cellules pyramidales (Betz) du cortex des 2/3 supérieurs du gyrus précentral et du lobule péricentral, traverse la capsule interne à la base des jambes du cerveau, à la base du pont, aux pyramides de la médulla oblongata. À la frontière avec la moelle épinière, il est divisé en faisceaux pyramidaux latéraux et antérieurs. Le latéral (grand) forme une croix et descend dans la moelle latérale de la moelle épinière, se terminant sur les cellules de la corne antérieure. L'avant ne se croise pas et passe dans le cordon avant. Formant une section segmentée, ses fibres se terminent également sur les cellules de la corne antérieure. Les processus des cellules de la corne antérieure forment la racine antérieure, la partie motrice du nerf spinal et se terminent dans le muscle avec la fin motrice.

La voie cortico-nucléaire commence dans le tiers inférieur du gyrus précentral, passe par le genou (coude) de la capsule interne et se termine sur les cellules des noyaux moteurs des nerfs crâniens du côté opposé. Les processus des cellules des noyaux moteurs forment la partie motrice du nerf correspondant.

Les voies motrices réflexes (extrapyramidales) comprennent la voie rouge-nucléaire-cérébrospinale (rubrospinale) - des cellules du noyau rouge du mésencéphale, la voie tectospinale - des noyaux des monticules de la plaque du toit du mésencéphale (quadrupôle), associées aux perceptions auditives et visuelles, et la vestibulo-rachidienne - de noyaux vestibulaires de la fosse rhomboïde associés au maintien de l'équilibre corporel.

Voies du cerveau et de la moelle épinière

Des bouquets de fibres nerveuses qui relient des sections fonctionnellement homogènes de matière grise dans le système nerveux central, occupent une place spécifique dans la substance blanche du cerveau et de la moelle épinière et conduisent la même impulsion, sont appelées voies.

Dans la moelle épinière et le cerveau, trois groupes de voies se distinguent par leur structure et leur fonction: associative, commissurale et de projection.

Les fibres nerveuses associatives relient des zones de matière grise, divers centres fonctionnels (cortex cérébral, noyaux) dans une moitié du cerveau. On distingue les fibres associatives courtes et longues (chemins). Les courtes relient les zones voisines de matière grise et sont situées dans le même lobe du cerveau (faisceaux de fibres intralobulaires). Certaines fibres associatives reliant la matière grise des gyrus voisins ne s'étendent pas au-delà du cortex (intracortical), se plient sous la forme de la lettre U et sont appelées fibres arquées du grand cerveau. Les fibres nerveuses associatives qui sortent dans la matière blanche de l'hémisphère (à l'extérieur du cortex) sont appelées extracorticales.

De longues fibres associatives lient des sections de matière grise, très éloignées les unes des autres, appartenant à différents lobes (faisceaux interlobulaires de fibres). Les longues voies associatives sont les suivantes: le faisceau longitudinal supérieur, qui est situé dans la partie supérieure de la substance blanche de l'hémisphère cérébral et relie le cortex du lobe frontal avec le pariétal et l'occipital; faisceau longitudinal inférieur se situant dans les parties inférieures de l'hémisphère et reliant le cortex du lobe temporal à l'occipital; un faisceau en forme de crochet, qui, se courbant devant l'îlot, relie le cortex du pôle frontal à l'avant du lobe temporal. Dans la moelle épinière, les fibres associatives relient les cellules de matière grise appartenant à différents segments et forment les propres faisceaux antérieurs, latéraux et postérieurs (faisceaux intersectoriels). Ils sont situés directement à côté de la matière grise. Les faisceaux courts lient les segments adjacents, s'étalant sur 2 à 3 segments, les faisceaux longs - segments très espacés de la moelle épinière.

Les fibres nerveuses commissurales (adhésives) relient la matière grise des hémisphères droit et gauche, centres similaires des moitiés droite et gauche du cerveau afin de coordonner leurs fonctions. Les fibres commissurales passent d'un hémisphère à l'autre, formant des adhérences (corps calleux, adhérence de la voûte plantaire, commissure antérieure). Dans le corps calleux, qui n'est présent que chez les mammifères, il y a des fibres reliant les nouvelles parties plus jeunes du cerveau, les centres corticaux des hémisphères droit et gauche. Dans la matière blanche des hémisphères, les fibres du corps calleux divergent en forme d'éventail, formant l'éclat du corps calleux.

Les fibres commissurales qui courent dans le genou et le bec du corps calleux se connectent les unes aux autres sections du cortex des lobes frontaux des hémisphères cérébraux droit et gauche. En se penchant en avant, les faisceaux de ces fibres semblent recouvrir des deux côtés l'avant de la fente longitudinale du gros cerveau et former une pince frontale. Les fibres nerveuses traversent le tronc du corps calleux, reliant le cortex du gyrus central, les lobes pariétaux et temporaux des deux hémisphères cérébraux. Le corps calleux est constitué de fibres commissurales qui relient le cortex des parties occipitales et postérieures des lobes pariétaux des hémisphères droit et gauche du gros cerveau. Courbant vers l'arrière, les faisceaux de ces fibres recouvrent les sections postérieures de la fente longitudinale du gros cerveau et forment la pince occipitale.

Les fibres commissurales passent dans le cadre de la commissure antérieure du cerveau et des commissures de l'arc. La plupart des fibres commissurales qui composent la commissure antérieure sont des faisceaux reliant les sections antéromédiales du cortex des lobes temporaux des deux hémisphères entre elles en plus des fibres du corps calleux. La commissure antérieure contient également des faisceaux de fibres commissurales faiblement exprimées chez l'homme et qui se déplacent du triangle olfactif d'un côté du cerveau à l'autre. Les fibres commissurales qui relient le cortex des lobes temporaux droit et gauche des hémisphères cérébraux, les hippocampes droit et gauche passent dans la commissure de l'arc.

Les fibres nerveuses de projection relient les parties sous-jacentes du cerveau (colonne vertébrale) au cerveau, ainsi que les noyaux du tronc cérébral avec les noyaux basaux (striatum) et le cortex, et vice versa, le cortex cérébral, les noyaux basaux avec les noyaux du tronc cérébral et la moelle épinière. À l'aide de fibres nerveuses de projection atteignant le cortex cérébral, les images du monde extérieur sont comme projetées sur le cortex, comme sur l'écran, où l'analyse la plus élevée des impulsions reçues ici, leur évaluation consciente, a lieu. Dans le groupe des chemins de projection, on distingue les systèmes de fibre ascendants et descendants.

Des voies de projection ascendantes (afférentes, sensibles) transportent vers le cerveau, vers ses centres sous-corticaux et supérieurs (vers le cortex), les impulsions résultant de l'exposition à des facteurs environnementaux, y compris les organes sensoriels, ainsi que les impulsions des organes de mouvement, organes internes, vaisseaux sanguins. Selon la nature des impulsions, les trajets de projection ascendants sont divisés en trois groupes.

1. Les voies extéroceptives véhiculent des impulsions (douleur, température, toucher et pression) résultant de l'influence de l'environnement extérieur sur la peau, ainsi que des impulsions des sens supérieurs (organes de la vision, de l'audition, du goût, de l'odorat) - latérale et antérieure dorsale-thalamique. le chemin.

2. Les voies proprioceptives conduisent les impulsions des organes de mouvement (muscles, tendons, capsules articulaires, ligaments), véhiculent des informations sur la position des parties du corps, sur l'amplitude des mouvements.

3. Les voies d'interception conduisent les impulsions des organes internes, des vaisseaux sanguins, où les chimiorécepteurs chimio, baro- et mécaniciens perçoivent l'état de l'environnement interne du corps, le taux métabolique, le chimisme du sang et de la lymphe, la pression artérielle.

Parmi les chemins ascendants, il convient de noter ce qui suit (r. 11.35, 11.36):

1. Un faisceau mince (Gaulle) et un faisceau en forme de coin (Burdaha) passent dans les cordons dorsaux et sont formés par des axones de nerons afférents des ganglions rachidiens. Les neurones du deuxième ordre sont situés dans la moelle oblongue dans les noyaux de Gaulle (médial) et Burdach (latéral). Les axones des neurones de ces noyaux du croisement du tronc cérébral (boucle médiale). Les neurones du troisième ordre sont situés dans les noyaux du diencéphale et dirigent les axones dans le cortex cérébral. Le SNC reçoit des informations sensorielles à travers ces voies principalement des propriocepteurs des muscles et des tendons, ainsi que des récepteurs tactiles de la peau..

2. La voie spinale-thalamique assure la transmission principalement de la douleur et de la sensibilité à la température. Les neurones du premier ordre sont situés dans les ganglions rachidiens, et les neurones du deuxième ordre sont situés à la base des cornes dorsales de la matière grise de la moelle épinière. Les axones de ce dernier passent du côté opposé et traversent la substance blanche de la moelle latérale ou ventrale sans interruption du diencéphale. Les neurones du troisième ordre qui s'y trouvent envoient des axones au cortex cérébral.

3. Les voies vertébrale-cérébelleuse - la dorsale (faisceau Flexig) et ventrale (faisceau Govers) - sont occupées par des cordes latérales. Les neurones du premier ordre sont également situés dans les ganglions rachidiens. Les axones des neurones du 2e ordre, situés dans la matière grise de la moelle épinière, longent les cordons latéraux du même côté (chemin Flexig) ou opposé (chemin Govers) jusqu'au cervelet. Dans le tronc cérébral, les fibres du chemin de Govers se croisent à nouveau et pénètrent dans le cortex cérébral du même côté. Les deux voies fournissent la signalisation des propriocepteurs des muscles et des tendons, ainsi que des viscérorécepteurs.

Figure. 11.35. Voies de la moelle épinière.

Des voies de projection descendantes (effectrices, efférentes) conduisent des impulsions du cortex, des centres sous-corticaux vers les parties inférieures, jusqu'aux noyaux du tronc cérébral et aux noyaux moteurs des cornes antérieures de la moelle épinière. Ces chemins peuvent être divisés en deux groupes:

1) la voie motrice principale ou pyramidale (les voies cortico-nucléaire et cortico-spinale) transporte des impulsions de mouvements volontaires du cortex cérébral vers les muscles squelettiques de la tête, du cou, du tronc, des membres à travers les noyaux moteurs correspondants du cerveau et de la moelle épinière. Étant donné la direction des fibres, ainsi que l'emplacement des faisceaux dans le tronc cérébral et la moelle épinière, la voie pyramidale est divisée en trois parties: le cortico-nucléaire - jusqu'aux noyaux des nerfs crâniens; corticale-vertébrale latérale (pyramidale) - jusqu'aux noyaux des cornes antérieures de la moelle épinière; corticale-vertébrale antérieure (pyramidale) - également aux cornes antérieures de la moelle épinière;

2) voies motrices extrapyramidales - transmettent les impulsions des centres sous-corticaux aux noyaux moteurs des nerfs crâniens et rachidiens, puis aux muscles.

Figure. 11.36. Voies du cerveau.

La voie rubro-spinale est formée par les axones des neurones du noyau rouge du mésencéphale. Ces axones traversent directement sous le noyau et descendent le long de la moelle latérale vers divers segments de la moelle épinière, établissant des liens avec les interneurones dans sa matière grise. C'est un chemin plus ancien que le chemin pyramidal, le système de contrôle de la fonction motrice et est développé non seulement chez les mammifères, mais aussi chez les reptiles et les oiseaux..

La voie vestibulo-spinale est formée par des neurones des noyaux de Deuterium situés dans la moelle oblongue. Leurs axones passent dans la moelle ventrale et se terminent sur les neurones inter- et moteurs de la zone intermédiaire de la matière grise de la moelle épinière.

La voie réticulo-spinale est formée par les axones de la formation réticulaire du cerveau postérieur. La partie principale de ces fibres se termine sur les interneurones de la partie médiale de la corne ventrale.

Ainsi, les voies du cerveau et de la moelle épinière établissent des connexions entre les centres afférents et efférents (effecteurs), participent à la formation d'arcs réflexes complexes dans le corps humain. Certaines voies (systèmes de fibres) commencent ou se terminent dans des noyaux phylogénétiquement plus anciens situés dans le tronc cérébral qui assurent des fonctions avec un certain automatisme. Ces fonctions (par exemple, le tonus musculaire, les mouvements réflexes automatiques) sont effectuées sans la participation de la conscience, bien que sous le contrôle du cortex cérébral. D'autres voies transmettent des impulsions au cortex cérébral, aux sections supérieures du système nerveux central ou du cortex aux centres sous-corticaux (aux noyaux basaux, aux noyaux du tronc cérébral et de la moelle épinière). Les voies intègrent fonctionnellement le corps en un tout unique, assurent la cohérence de ses actions.

questions de test

1. Dites la structure externe et interne de la moelle épinière.

2. Ce qu'on appelle un segment de la moelle épinière?

3. Quelles sont les voies d'accès situées dans chacune des cordes de la moelle épinière??

4. Énumérer les principales parties du cerveau, leurs caractéristiques structurelles et leur signification fonctionnelle.

5. Quelles sont les frontières entre les départements du cerveau.

6. Énumérer les couches du cortex cérébral.

7. Quels noyaux d'analyseur dans le cortex cérébral connaissez-vous?

8. Énumérer les nœuds basaux du grand cerveau.

9. Énumérez les couches du cervelet.

10. Quels groupes de voies connaissez-vous? Énumérez-les et donnez des exemples.

11. Quels sont les coquilles du cerveau et de la moelle épinière.

Date d'ajout: 2014-01-06; Vues: 2625; violation de copyright?

Votre avis est important pour nous! Le matériel publié était-il utile? Oui | Non

Voies médullaires: ascendantes et descendantes

Les voies du cerveau et de la moelle épinière sont combinées par un système commun de fibres nerveuses qui assurent la fonctionnalité du cerveau, à la fois séparément et entre elles. Grâce au travail des voies, le système nerveux central s'intègre, s'interconnecte avec les composants externes et normalise le corps dans son ensemble..

Action de la voie

La moelle épinière a 2 types de voies (ascendantes et descendantes). Ils contribuent à la transmission d'un signal nerveux aux centres de la matière grise pour normaliser l'activité nerveuse.

La fonction des voies ascendantes consiste à assurer l'accomplissement des mouvements du corps, la perception de la température, la douleur, la sensibilité tactile.

Les voies descendantes de la moelle épinière assurent la coordination des mouvements tout en maintenant l'équilibre. De plus, ils sont responsables des réflexes, fournissant ainsi une transmission d'impulsion aux muscles et aux méninges, ce qui vous permet de transmettre rapidement des impulsions et d'effectuer un mouvement corporel coordonné.

Classification de la colonne vertébrale

La majeure partie des voies est formée par les neurones, ce qui permet de les classer selon les caractéristiques fonctionnelles des fibres nerveuses:

  • communication commissurale;
  • voies associatives;
  • fibres de projection.

Les tissus nerveux sont situés dans la matière blanche et grise du cerveau et relient le cortex de l'hémisphère et les cornes vertébrales. La morphofonctionnalité des trajectoires descendantes conductrices limite fortement la transmission de la quantité de mouvement dans une direction.

Les principaux canaux vertébraux ascendants

La fonction de conducteur est accompagnée des caractéristiques suivantes:

  • Les voies associatives sont une sorte de «pont» qui relie les zones entre le noyau et le cortex cérébral. Les voies associatives sont longues (la transmission du signal se produit dans 2-3 segments de la substance cérébrale) et courtes (situées dans 1 partie de l'hémisphère).
  • Voies commissurales - consistent en un corps calleux, qui relie de nouveaux départements de la moelle épinière et du cerveau, et divergent sur les côtés sous forme de rayons.
  • Fibres de projection - en termes de fonctionnalité, elles peuvent être afférentes et décroissantes. L'emplacement de ces fibres permet au pouls d'atteindre le cortex de l'hémisphère le plus rapidement possible.

La fonction de conduction de la moelle épinière est déterminée par les chemins descendant et ascendant

En plus d'une telle classification, en fonction des fonctions principales, les formes de voies suivantes sont distinguées:

  • Le principal système de fibres nerveuses est la voie corticale-vertébrale de transmission des impulsions, responsable de l'activité motrice. Selon la direction, il est divisé en système latéral latéral, cortico-nucléaire et cortico-spinal latéral.
  • Dans le système nerveux descendant de projection, qui commence dans la croûte de l'hémisphère moyen et passe à travers son cordon et son tronc, se terminant dans les cornes avant de la colonne vertébrale, il y a une présence du chemin de transmission vertébrale tympanique de l'impulsion.
  • Le diagnostic du canal rachidien antéropostérieur normalise le travail dans l'appareil vestibulaire. Dans le même temps, les tissus nerveux passent à l'avant de la moelle épinière, à partir du noyau latéral dans la zone du nerf vestibulo-cochléaire.
  • Conduire une impulsion nerveuse de l'hémisphère cérébral à la matière grise et améliorer le tonus musculaire appartient à la voie de développement réticulaire-vertébrale.

Il est important de se rappeler que les voies sont combinées par la totalité de toutes les terminaisons nerveuses qui fournissent un signal à diverses parties du cerveau.

Les conséquences des lésions de la colonne vertébrale

Les changements pathologiques dans la fonction de conduction peuvent entraîner une altération de la fonctionnalité du corps, l'apparition de douleurs, l'incontinence urinaire, etc. À la suite de divers types de blessures, de maladies de la colonne vertébrale et de malformations, une diminution ou une cessation complète de la conduction des récepteurs nerveux est possible.

En violation de la conduction impulsionnelle, la parésie des membres inférieurs se produit

Une altération complète de la conduction impulsionnelle peut s'accompagner d'une paralysie et d'une perte de sensibilité des membres. En outre, il existe des dysfonctionnements des organes internes, dont les neurones endommagés sont responsables. Par exemple, avec des lésions de la partie inférieure de la colonne vertébrale, une défécation spontanée est possible.

Selon la gravité des dommages aux nerfs rachidiens après une blessure ou à la suite de la maladie, les manifestations suivantes sont possibles:

Nous recommandons également: Myélopathie cervicale

  • développement d'une pneumonie congestive;
  • la formation de plaies de pression et d'ulcères trophiques;
  • infections des voies urinaires;
  • Syndrome spastique (contraction pathologique des muscles paralysés), accompagné de douleur, raideur du membre et formation de contractures;
  • empoisonnement du sang septique;
  • violation des réactions comportementales (désorientation, timidité, réaction inhibée);
  • changement psychologique, qui se manifeste par de fortes fluctuations de l'humeur, un état dépressif, des pleurs sans cause (rires), de l'insomnie, etc..

Une violation de la conductivité et de l'activité réflexe est observée immédiatement après la détection d'un changement pathologique dégénératif. Dans ce cas, une nécrose des cellules nerveuses se produit, ce qui entraîne une progression accélérée de la maladie, nécessitant un traitement immédiat. Les conséquences de cette condition sont déterminées par la gravité des symptômes négatifs et par les cellules endommagées..

Méthodes pour restaurer la perméabilité de la moelle épinière

Toutes les mesures thérapeutiques visent principalement à arrêter la nécrose cellulaire et à éliminer les facteurs qui ont été les catalyseurs de cette condition..

La pharmacothérapie implique l'utilisation de médicaments qui empêchent la mort des cellules du cerveau et fournissent un apport sanguin suffisant aux zones endommagées de la moelle épinière.

Dans ce cas, la catégorie d'âge du patient et la gravité de la lésion doivent être prises en compte.

De plus, afin de fournir une stimulation supplémentaire des cellules nerveuses, l'utilisation d'impulsions électriques qui soutiennent le tonus musculaire est recommandée..

Si nécessaire, une intervention chirurgicale est effectuée pour restaurer la conduction, qui affecte 2 zones: élimination du catalyseur et stimulation de la moelle épinière pour assurer la restauration de la fonction perdue.

L'opération de restauration par conduction est réalisée par des neurochirurgiens expérimentés utilisant les méthodes les plus modernes de surveillance du processus.

Avant l'opération, un examen diagnostique approfondi du patient est effectué, ce qui permet d'identifier la localisation du processus dégénératif, après quoi les neurochirurgiens rétrécissent le champ chirurgical. Dans les symptômes graves, l'action du médecin vise principalement à éliminer la compression qui a provoqué le syndrome de la colonne vertébrale.

En plus du traitement chirurgical et thérapeutique, l'apithérapie, la phytothérapie et l'hirudothérapie sont souvent utilisées, qui ont un effet positif sur les voies structurelles de la colonne vertébrale et du cerveau. Cependant, il ne faut pas oublier que dans tous les cas, une consultation médicale obligatoire est requise.

Il faut garder à l'esprit que la restauration de la communication neuronale après divers types d'influences négatives nécessite un traitement à long terme. Dans ce cas, la recherche précoce d'une aide hautement qualifiée est d'une grande importance..

Sinon, les chances de restaurer la fonctionnalité de la moelle épinière sont considérablement réduites..

Cela indique que les voies du cerveau et de la moelle épinière interagissent étroitement l'une avec l'autre, unissant tout le corps, ce qui garantit l'unité d'action.

Conduire des voies ascendantes et descendantes de la moelle épinière

Les composants des arcs réfléchissants se terminant à certains niveaux du cerveau sont appelés chemins vertébraux conducteurs..

Par ces voies, divers points du cerveau peuvent communiquer avec les départements et segments correspondants de la moelle épinière, recevant rapidement et transmettant par la suite des pulsions réfléchissantes ou sympathiques.

Les voies descendantes sont conçues pour envoyer des impulsions du cerveau vers la moelle épinière, et les ascendantes sont vice versa. Les voies ascendantes et descendantes de la moelle épinière contrôlent le fonctionnement des organes internes humains.

L'essence de la mission conductrice vertébrale

Les voies sont des fibres neurales spéciales qui transmettent des signaux d'un certain type à divers centres cérébraux. Il est courant dans la pratique médicale de différencier trois groupes des fibres ci-dessus.

Itinéraires de conduction vertébrale

  • Associatif. Destiné à relier les cellules de matière grise de segments hétérogènes pour former, directement près de la matière grise, des faisceaux intrinsèques spéciaux (signifiant antérieur, latéral, postérieur).
  • Commisural. La fonction de ces fibres est de combiner la matière grise des deux hémisphères, ainsi que des centres nerveux similaires et également espacés des deux moitiés du cerveau pour corréler et coordonner leur travail.
  • Projection. Ces fibres relient les régions cérébrales sus-jacentes et sous-jacentes. Ils sont chargés de projeter des images du monde qui les entoure sur le cortex cérébral, comme sur une pancarte ou un écran de télévision..

Les fibres de projection diffèrent selon la direction des désirs envoyés vers les voies ascendantes et descendantes. Pour la fourniture de signaux au cerveau qui se manifestent sous l'effet de divers facteurs et phénomènes environnementaux sur le corps humain, les trois groupes suivants de voies ascendantes.

  • Exteroceptive - émet des impulsions à partir de deux types de récepteurs.
  1. Impulsions fournies par des extorécepteurs. Cela fait référence à la température, aux signaux tactiles et à la douleur.
  2. Impulsions des sens: la capacité de voir, d'entendre, de distinguer les odeurs et les goûts.
  • Proprioceptif - responsable des impulsions des organes de mouvement et des muscles.
  • Interoceptif - sont destinés à conduire des impulsions envoyées par des organes internes.

Les signaux des centres sous-corticaux et du cortex lui-même vers les noyaux du cerveau, ainsi que vers les noyaux moteurs des cornes vertébrales situées à l'avant, passent le long des voies descendantes. Les chemins descendants incluent plusieurs systèmes de fibres.

Nos lecteurs recommandent

Pour la prévention et le traitement des MALADIES DES ARTICULATIONS, notre lecteur régulier utilise la méthode de traitement non chirurgical, qui gagne en popularité, recommandée par les meilleurs orthopédistes allemands et israéliens. Après l'avoir soigneusement étudié, nous avons décidé de le proposer à votre attention.

  1. Cortico-spinal est responsable de la mission du mouvement.
  2. La moelle épinière lombaire, autrement appelée voie tectospinale, est la projection du système nerveux descendant.
  3. La moelle épinière vestibulaire est responsable de la bonne coordination dans le travail de l'appareil vestibulaire.

  • La rétine-colonne vertébrale, autrement appelée réticulaire-vertébrale, fournit le bon niveau de tonus musculaire..
  • De plus, les voies du cerveau et de la moelle épinière se différencient également en fonction des tâches effectuées..

    • Les voies motrices responsables de la réaction réflexe. Leur tâche consiste à transférer des «pointeurs» du cerveau vers la moelle épinière et plus loin vers les muscles. Grâce au travail coordonné de ces voies, un bon niveau de coordination des mouvements est assuré..
    • Les voies sensibles aident à reconnaître la douleur, la température et ses chutes, les sensations tactiles.

    Les fibres nerveuses sont les garants de la relation inextricable du cerveau avec la moelle épinière, et à travers elle avec tous les systèmes d'organes. La transmission rapide des signaux appropriés garantit la cohérence de tous les mouvements du corps, éliminant l'effort important exercé par la personne elle-même. Les voies forment des ligaments des cellules nerveuses.

    Types de chemins conducteurs

    Les voies ascendantes de la moelle épinière reconnaissent les pulsions reçues de divers organes de maintien de la vie d'une personne, avec leur disposition ultérieure au «centre».

    Des voies ascendantes et descendantes relient les cornes vertébrales au cortex cérébral

    Les voies descendantes envoient immédiatement des «directions» vers certains organes internes, diverses glandes et aussi les muscles. Dans ce cas, les signaux et les impulsions sont transmis par la connexion neuronale vertébrale.

    Un transfert de données rapide et précis est assuré grâce à la double course des voies vertébrales.

    Localisation des chemins le long de leur mouvement

    Des voies ascendantes et descendantes relient les cornes vertébrales au cortex cérébral. Les voies vertébrales sont des faisceaux nerveux et des tissus qui traversent les zones correspondantes du cerveau. Dans ce cas, les impulsions ne peuvent être transmises que dans une seule direction. L'emplacement des canaux rachidiens est clairement démontré par le schéma dans la vidéo ci-dessus.

    Voies ascendantes de la moelle épinière et leurs caractéristiques

    Les corps des premières cellules nerveuses, agissant comme des transmetteurs de divers types de sensibilité vertébrale, se trouvent dans les nœuds cérébraux correspondants. Les axones cellulaires de ces nœuds pénètrent dans la partie vertébrale. Parmi eux, il y a quelques groupes.

    Le groupe médial se déplace en direction du cordon postérieur. À ce stade, chaque fibre disponible est divisée en une paire de branches. Ils sont appelés ascendants et descendants. Un certain nombre des branches ci-dessus lors du déplacement de haut en bas forment des faisceaux dans divers segments et points de la colonne vertébrale.

    Le groupe latéral se déplace vers le bord, puis vers la colonne postérieure de matière grise pour le contact avec les cellules du genre postérieur..

    Les trajets ascendants de la moelle épinière, autrement appelés aussi centrifuges ou afférents avec leurs caractéristiques et leur sens de déplacement, sont décrits en détail dans le tableau n ° 1.

    Non. P / pVue du chemin ascendantLes caractéristiques
    1Cervelet postérieurLa tâche de cette voie cérébelleuse directe est de transmettre des impulsions au cervelet à partir des récepteurs musculaires. Le nœud spinal est le havre des premiers neurones. L'abri des deuxièmes neurones est toute la surface de la moelle épinière dans le noyau thoracique. Ces neurones se déplacent vers l'extérieur. Lorsqu'ils atteignent la région vertébrale postérieure, ils se replient et suivent de près la moelle épinière latérale. Ensuite, ils vont au cortex cérébelleux..
    2Cervelet antérieurCe tract est également conçu pour conduire des impulsions vers le cervelet à partir des récepteurs musculaires. Le nœud spinal est le site de nidification des premiers neurones. Et le noyau médial de la section intermédiaire est l'habitat des corps des seconds neurones. Leurs fibres sont envoyées aux cordons latéraux des deux côtés. Ayant atteint les sections antéropostérieures des cordons, les fibres seront situées au-dessus de la moelle épinière postérieure. En remontant, en traversant le pont et en traversant, les fibres atteignent le ver cérébelleux, complétant ce chemin.
    3Rachis lombaireCette let conductrice ascendante commence dans les cellules des cornes postérieures. Après le croisement, les axones de ces cellules remontent le long de la surface vertébrale. Le point final des voies d'irrigation dorsale suivantes sont, respectivement, les noyaux d'olive. Selon le chemin ci-dessus, le cerveau reçoit des données des récepteurs musculaires et cutanés..
    4Thalamique dorsal avantResponsable de la signalisation concernant la sensibilité tactile.Ganglions rachidiens - l'emplacement des corps des premiers neurones. Le chemin des seconds neurones court du côté opposé en direction des cordons. Les fibres de ces voies, contournant la moelle oblongue, le pont et les pattes cérébrales, atteignent ensuite le thalamus. Les troisièmes neurones se trouvent précisément dans le thalamus, suivant directement le cortex cérébral.
    5Thalamique latéralEmet des signaux concernant la température et la douleur.
    6Réticulaire vertébralLes éléments de ce tract sont des fibres provenant des deux voies dorso-thalamiques.Ces deux chemins traversent la moelle épinière latérale, se terminant par une plaque du toit médian.
    7Pneu vertébral
    8Faisceau minceCe faisceau transmet des «directions» dirigées par les parties inférieures du corps humain, ainsi que ses membres inférieurs, en dessous du 4e segment thoracique. Ayant atteint la moelle oblongue, le faisceau commence à entrer en contact avec ses propres cellules nucléaires.Les muscles fournissent des «directions» aux deux faisceaux. Les premiers neurones des pistes ci-dessus se trouvent dans certains nœuds rachidiens. Ils se déplacent vers les noyaux de la moelle oblongue. Deux tubercules sont les seconds neurones des faisceaux correspondants. Leurs axones en mouvement atteignent le côté opposé. Là, ils forment une croix sensible, puis se déplacent vers le thalamus, faisant déjà partie intégrante de la boucle médiale. Les fibres de ces faisceaux entrent en contact direct avec les cellules thalamiques. Les processus de ces neurones et sont envoyés directement au cerveau.
    9Poutre en forme de coinIl est formé de fibres qui initient le mouvement dans les cellules des ganglions rachidiens et se terminent par un tubercule en forme de coin.

    Chemins descendants

    Tous les trajets descendants de la moelle épinière avec leurs caractéristiques détaillées et leur évolution sont clairement indiqués dans le tableau n ° 2.

    Non. P / pVue du chemin descendantLes caractéristiques
    1Corticale latérale et vertébrale, également appelée corticospinal latéral ou pyramidal croisé principal.La composition de ce chemin comprend une proportion considérable des fibres du système pyramidal. Le trajet latéral est localisé dans le cordon latéral. Au cours de son parcours, les fibres s'amincissent progressivement. Les fibres latérales conduisent des signaux qui déclenchent l'action consciente d'une personne.Les fibres latérales conduisent des signaux qui déclenchent l'action consciente d'une personne.
    2Cortico-spinal antérieur, autrement appelé corticospinal, ainsi que pyramidal direct ou non croisé.Cette voie se situe dans la moelle épinière antérieure. Comme la voie pyramidale latérale, le tractus pyramidal direct comprend les axones cellulaires du flic moteur de l'hémisphère, bien qu'ils soient situés ipsilatéralement. Initialement, ces axones sont réduits à "leur" segment. Après cela, dans le cadre de la commissure vertébrale antérieure, ils sont transportés vers le côté opposé, se terminant par des mononeurones de la corne antérieure.
    3Rachidien ou rubrospinal.Commençant dans le noyau rouge de la moelle épinière, ce tract descend par la suite jusqu'aux cellules nerveuses motrices des cornes antérieures. Cette voie est responsable de la transmission de signaux moteurs inconscients..
    4Tumeur vertébrale, autrement appelée tectospinal.Il est localisé dans le cordon antérieur près du trajet pyramidal antérieur. Ce tract commence sur le toit du mésencéphale. Les mononeurones des cornes avant sont sa destination finale. Le tractus tectospinal fournit des actions protectrices réflexes en réponse aux irritants visuels et auditifs.
    5Le vestibule-spinal, autrement appelé vestibulospinal.Cette voie est localisée dans la moelle épinière antérieure. Les noyaux vestibulaires du pont en sont le début et les cornes vertébrales antérieures en sont la fin. L'équilibre du corps humain est assuré uniquement par la transmission des impulsions du tractus vestibulospinal.
    6Réticulo-spinal ou réticulospinal.Cette voie assure la transmission de la formation réticulaire de signaux stimulants aux cellules nerveuses spinales.

    Pour comprendre la neurophysiologie des voies de la moelle épinière humaine, vous devrez vous familiariser brièvement avec la structure de la colonne vertébrale. La structure de la moelle épinière est un peu comme un cylindre recouvert de tissu musculaire de tous les côtés.

    Des voies conductrices surveillent le travail des organes internes, ainsi que tous les systèmes et fonctions organiques exécutés par le corps. Les blessures, diverses blessures, d'autres affections de la moelle épinière peuvent en quelque sorte réduire la conductivité.

    Soit dit en passant, la conductivité peut même complètement s'arrêter en raison de la mort des neurones. Une perte complète de conductivité des signaux vertébraux se caractérise par une paralysie, qui se manifeste par une absence totale de sensibilité dans les membres.

    Ceci est très lourd de problèmes avec les organes internes qui sont responsables des dommages à la connexion des cellules nerveuses. Ainsi, les blessures et autres affections des parties cérébrospinales inférieures sont souvent caractérisées par une incontinence urinaire et même une défécation spontanée. Les médicaments consisteront à prescrire des médicaments pour prévenir la mort des cellules cérébrales, ainsi qu'à augmenter le flux sanguin vers les sections vertébrales endommagées..

    En tant que traitement supplémentaire, stimulant le travail des neurones et aidant à maintenir le tonus musculaire, des impulsions électriques peuvent être prescrites.

    La chirurgie pour restaurer la conduction vertébrale est effectuée dans des cliniques spécialisées de la colonne vertébrale.

    En outre, si nécessaire, le médecin traitant peut prescrire l'utilisation des remèdes populaires suivants.

    • Apithérapie. Les piqûres d'abeilles rétablissent efficacement la conductivité du tractus efférent. Ainsi, les poisons de ces insectes, pénétrant dans les zones endommagées, leur fournissent un flux sanguin supplémentaire. Si la cause de la pathologie de la colonne vertébrale est la sciatique, une hernie croissante et d'autres affections similaires, l'apithérapie sera un excellent ajout au traitement traditionnel.
    • Phytothérapie. Les médicaments sont prescrits pour normaliser la circulation sanguine et améliorer le métabolisme.
    • Hirudothérapie. Grâce au traitement par des sangsues, il devient possible d'éliminer la stagnation - les attributs inévitables des pathologies vertébrales.

    Les changements dégénératifs qui en résultent conduisent presque immédiatement à une violation de l'activité du conducteur et du réflexe. Les neurones mourants sont assez difficiles à récupérer. La maladie peut souvent se développer rapidement, perturbant considérablement la conductivité. Par conséquent, il est conseillé de consulter un médecin pour une assistance médicale si les premiers signes de pathologie sont détectés.

    • Vous avez un style de vie sédentaire?
    • Vous ne pouvez pas vous vanter d'une posture royale et essayer de cacher votre perche sous des vêtements?
    • Il vous semble que cela passera bientôt de lui-même, mais la douleur ne fait que s'intensifier...
    • De nombreuses méthodes ont été essayées, mais rien n'y fait...
    • Et maintenant, vous êtes prêt à profiter de toute opportunité qui vous procurera un bien-être tant attendu!

    Un remède efficace existe. Les médecins recommandent En savoir plus >>!

    Voies du cerveau et de la moelle épinière

    La colonne vertébrale est un système complexe composé non seulement de tissu osseux, mais également de la délicate moelle épinière. C'est grâce à lui qu'une personne est capable de vivre pleinement, de toucher des objets, de les distinguer entre eux.

    Il se compose d'un grand nombre de fibres nerveuses et de voies uniques le long desquelles les impulsions se déplacent.

    L'anatomie de la moelle épinière est caractérisée par sa haute organisation, car des millions de signaux provenant des récepteurs le long de la périphérie traversent constamment cet organe..

    Brève définition

    Les trajets ou trajets de la moelle épinière sont des amas de fibres nerveuses situés à l'intérieur de la colonne vertébrale, fournissant des mouvements d'impulsion du cerveau vers toutes les parties du corps et dans la direction opposée.

    Les terminaisons nerveuses, dont la totalité forme les chemins, diffèrent par une structure, un développement et des fonctions communes similaires. Ils sont répartis entre eux en fonction des tâches qui leur sont confiées..

    Les chemins sont classés comme suit:

    • Associatif. Leur objectif principal est de combiner les cellules de matière grise de divers segments pour former leurs propres faisceaux avant, latéraux ou postérieurs.
    • Commissural. Ces fibres combinent la matière grise de deux hémisphères. Avec leur aide, le travail coordonné des sections individuelles, des centres nerveux et des deux hémisphères se produit..
    • Projection. En utilisant ces voies, le travail des régions cérébrales sus-jacentes et sous-jacentes est combiné. Ils fournissent la projection d'images du monde environnant, comme sur un écran de contrôle.

    Les voies de projection, quant à elles, sont efférentes et afférentes. Ils forment la base du système nerveux central, et sont divisés en ascendant (centripète ou sensible) et descendant (centrifuge, moteur).

    Important! Les fibres nerveuses fournissent une connexion inextricable permanente du cerveau situé dans le crâne et la colonne vertébrale. C'est grâce à eux qu'une transmission d'impulsion rapide est effectuée, tous les mouvements du corps sont coordonnés entre eux.

    Les voies du cerveau et de la moelle épinière sont différentes, mais elles fonctionnent toujours de concert, assurant le passage d'un nombre incroyablement élevé de signaux nerveux des récepteurs au système nerveux central. Les chemins sont formés à partir de longs axones, des fibres spéciales qui peuvent créer des liens entre eux, reliant ainsi des segments individuels du tronc spinal, assurant le contrôle des organes effecteurs.

    La structure des chemins conducteurs

    Tous les chemins de la moelle épinière sont en matière blanche, qui est divisée en la moelle antérieure, latérale et antérieure. Leur volume principal est constitué de voies suprarachidiennes, grâce auxquelles une communication bidirectionnelle entre la section vertébrale et l'organe de la tête est assurée. Ces bandes occupent peu d'espace autour de la matière grise et sont appelées propriospinales.

    Les voies conductrices des sections dorsale et de tête sont divisées conditionnellement, en fonction des caractéristiques de leur structure et de leur fonctionnalité.

    Ils font partie intégrante de la colonne vertébrale dans son ensemble et vous permettent de contrôler non seulement l'activité motrice du corps, mais aussi le travail des organes internes.

    Ils sont situés à l'extérieur des principaux faisceaux du cerveau. Ils se développent parallèlement à la formation du chef de service.

    Important! Au début de la mort des neurones le long desquels les impulsions se déplacent, la conduction peut s'arrêter complètement, ce qui entraînera une perte de sensibilité des membres ou une paralysie.

    Les voies ascendantes de la moelle épinière sont responsables du transport d'une impulsion de douleur, des sensations tactiles, des informations sur la température corporelle, la sensibilité des récepteurs au cervelet. Autrement dit, leur principale caractéristique est le mouvement du flux de la périphérie vers le centre.

    C'est grâce à eux qu'une personne comprend ce qui se passe avec son corps à un instant donné, traite constamment les informations entrantes du monde extérieur, prend des décisions opportunes en fonction des impulsions reçues.

    Plus d'informations sur les variétés de ce type de chemin, et leurs principales tâches diront le tableau.

    Nom des cheminsEmplacementLeurs tâches principales
    Faisceau mince (poutre Gaulle)Colonne arrièreC'est la base des chemins ascendants, car ils passent le long du tronc spinal entier. Ses impulsions sont dirigées vers le cortex cérébral. Avec leur aide, des impulsions conscientes sont transmises des récepteurs musculaires au "centre".
    Bouquet en forme de coin (façon Burdakh)Colonne arrièreLes courants nerveux sont dirigés vers le cortex. Les voies sont responsables de la transmission des impulsions du système musculo-squelettique.
    Voie cérébrospinale postérieure (voie Flexig)DorsalResponsable du transfert des courants nerveux inconscients des propriétaires-récepteurs des fibres musculaires, des ligaments, des tendons au cervelet.
    Moelle épinière antérieure (voie de Govers)Plus ventralementComme dans le cas précédent, il est responsable du transport des courants des muscles, des ligaments et des tendons vers le cervelet. Les impulsions sont transmises inconscientes.
    Voie spinothalamique latéraleIls sont responsables de la sensation de changements de température et de douleur, car l'impulsion est effectuée sur eux.
    Voie vertébrale antérieureIl est responsable de la transmission des courants nerveux sur les sensations tactiles, la pression, les contacts et autres choses.

    Les voies ascendantes du tronc spinal sont généralement responsables du transfert de toute information entrante aux récepteurs articulaires du corps. Grâce à eux, une personne comprend la position de son corps, est consciente des sensations tactiles, effectue des mouvements passifs, ressent des vibrations.

    Chemins descendants

    Les chemins descendants sont responsables du mouvement des courants des départements sous-jacents vers les systèmes de travail. En général, ils sont divisés en pyramidaux et extrapyramidaux.

    Les premiers sont responsables de la transmission des impulsions de réactions motrices arbitraires, à savoir le contrôle des mouvements conscients, les seconds contrôlent les mouvements involontaires (maintien de l'équilibre en cas de chute).

    A travers ces faisceaux nerveux, formés d'axones de cellules, ils sont responsables de la distribution des «indications» du cerveau aux principaux services moteurs. Grâce à eux, la moelle épinière effectue des tâches exécutives de premier plan.

    Pour comprendre la structure des chemins descendants, le schéma de structure suivant vous aidera:

    Symptômes et traitement de l'inflammation de la moelle épinière

    • Voie pyramidale ou cortiospinale. Ils traversent la moelle oblongue, située dans les cordes antérieure et latérale de la moelle épinière. Sa tâche principale est de transporter les courants nerveux de la section de la tête, à savoir: des centres moteurs qui y sont situés et des services responsables des fonctions motrices vers des zones similaires de l'organe rachidien. Avec lui, une personne est capable d'effectuer des actions arbitraires par le système musculo-squelettique.
    • Chemin rubrospinal. Un autre chemin en aval majeur. Il prend sa source dans le noyau rouge et descend progressivement dans les segments de la moelle épinière en tant que partie de la matière blanche. Le chemin se termine dans la partie intermédiaire de la matière grise. Il est responsable de la transmission des courants nerveux, qui soutiennent le tonus du corset musculaire du squelette nécessaire à une activité motrice normale.
    • Voie réticulospinale. Il est situé devant la colonne, à partir de la formation réticulaire de la moelle oblongue. L'objectif principal est le transport des impulsions, ainsi que le soutien du tonus des muscles squelettiques avec des effets inhibiteurs et perturbateurs sur les motoneurones. Grâce à lui, l'état et le contrôle du centre végétatif vertébral sont effectués.
    • La voie vestibulospinale. Passe à l'avant du pilier, à partir des noyaux Deiters. Avec son aide, la transmission d'impulsions est effectuée, ce qui soutient une certaine posture et est responsable de l'équilibre du corps.
    • Voie tectospinale. Les impulsions qui fournissent des réflexes moteurs aux organes de la vision et de l'audition se déplacent le long de celui-ci..

    Les voies descendantes permettent aux impulsions de se déplacer librement de la tête vers les noyaux moteurs sous-jacents dans le canal rachidien, maintenant ainsi une activité motrice normale. Avec leur aide, le travail du centre moteur supérieur, à savoir le cortex cérébral, est effectué.

    Les dommages aux motoneurones centraux ou périphériques entraînent le développement de la paralysie et de la parésie.

    Ces troubles s'accompagnent, en règle générale, de la disparition complète des réflexes en raison de la perte de la partie efférente de l'arc réflexe et d'une diminution complète du tonus musculaire.

    S'il est nécessaire de déterminer la zone affectée, certaines zones sont stimulées, provoquant des contractions ondulatoires, de petits contractions. Où ils ne sont pas observés et où le problème est localisé.

    En tant que traitement, la chirurgie est le plus souvent prescrite, ce qui aide à restaurer la perméabilité du canal rachidien. Mais parfois, les médecins recourent à l'hirudothérapie ou à l'apithérapie. Les piqûres d'abeilles, à savoir l'injection de leur venin, aident à augmenter le flux sanguin et à réparer les dommages. Mais cela est loin d'être toujours autorisé et n'est effectué que sous la supervision d'un agent de santé..

    Fonction de la moelle épinière

    L'une des fonctions clés de la moelle épinière est conductrice, car les chemins ascendants et descendants la traversent. Autrement dit, un organe sert de certain «véhicule» à travers lequel tous les systèmes du corps sont connectés avec le département principal.

    Grâce à elle, le cerveau reçoit toutes les informations nécessaires sur ce qui se passe avec le corps et transmet des impulsions à toutes les parties et à tous les organes. Les signaux nerveux ascendants proviennent de la peau, à la suite de contractions musculaires, du travail des systèmes internes.

    Du cerveau, les impulsions descendantes traversent également la moelle épinière et sont capables de changer l'état des muscles squelettiques et d'affecter le travail de tous les services vitaux.

    La capacité à effectuer des tâches est assurée grâce à la matière blanche, les fibres nerveuses et les neurones qui composent la moelle épinière.

    Ses voies sont une collection de terminaisons nerveuses qui assurent le mouvement des impulsions de différents segments et relient la moelle épinière et le cerveau.

    Leur structure spéciale permet une "communication bidirectionnelle", c'est-à-dire la possibilité de déplacer des impulsions dans l'une et l'autre direction.

    Fonction réflexe

    Une tâche tout aussi importante pour la moelle épinière est la mise en œuvre de réflexes autonomes et moteurs. Les impulsions provenant du cerveau le long des voies descendantes sont responsables des mouvements de l'ensemble du tronc et des membres. C'est grâce à la perméabilité des impulsions que se réalisent les réflexes moteurs, alimentaires et vasomoteurs.

    L'activité réflexe principale de la moelle épinière:

    • Régulation du tonus musculaire.
    • Formation de marche normale.
    • Contraction de la paroi musculaire antérieure et abdominale.
    • Mouvement réflexe des extrémités: rythmique, extenseur, flexion, posnotonique.

    La fonction réflexe de la moelle épinière est basée sur la communication avec le cerveau. Dès réception d'un signal, les réflexes de flexion et d'extenseur de la moelle épinière sont activés..

    Ils sont eux-mêmes de nature assez simple. Avec une irritation répétée, la force et la durée du réflexe augmentent considérablement.

    La fonction réflexe et de conduction de la moelle épinière est contrôlée par les parties sus-jacentes du système nerveux central.

    Les voies du cerveau et de la moelle épinière sont un système unique qui fonctionne toujours ensemble.

    C'est cela qui assure la coordination de toutes les actions du corps, sa réaction normale à une situation particulière.

    Par exemple, la réception d'un signal le long de trajets ascendants provenant de récepteurs glissants dans la rue permet de transmettre des impulsions le long de trajets ascendants pour maintenir l'équilibre.

    34. Voies ascendantes et descendantes reliant la moelle épinière au cerveau

    Parcours
    Système nerveux central construit à partir de fonctions homogènes
    groupes de fibres nerveuses; ils représentent
    connexions internes entre les noyaux et
    centres corticaux situés dans
    différentes parties et départements du cerveau, et servir
    pour leur intégration fonctionnelle
    (l'intégration). Des voies comme
    passent généralement dans la matière blanche
    la moelle épinière et le cerveau, mais peut
    localisé dans le fût du coffre
    cerveau, où il y a des frontières claires entre le blanc et
    pas de matière grise.

    Conducteur principal
    lien dans le système de transfert d'informations
    d'un centre du cerveau à un autre sont
    fibres nerveuses - axones des neurones,
    transmettre des informations sous la forme d'un
    élan dans un strictement défini
    direction, à savoir à partir du corps de la cellule.
    Parmi les voies dépendant
    de leur structure et de leur signification fonctionnelle
    distinguer différents groupes de nerfs
    fibres: fibres, faisceaux, chemins, radiations,
    commissures.

    Chemins de projection
    composé de neurones et de leurs fibres,
    fournir des connexions entre la dorsale et
    le cerveau. Chemins de projection
    connectez également le noyau à la base
    noyaux et cortex cérébral, et
    aussi noyaux de tronc avec écorce et noyaux
    cervelet. Les chemins de projection peuvent être
    ascendant et descendant.

    • Ascendant
      (sensoriel, sensible, afférent)
      les chemins de projection conduisent le nerf
      impulsions provenant de l'extérieur, de la
      interorécepteurs (sensibles
      terminaisons nerveuses de la peau, des organes
      système musculo-squelettique, interne
      organes), ainsi que des organes sensoriels
      montant à la tête
      au cerveau, principalement au cortex cérébral,
      où se terminent essentiellement au niveau
      IV couche cytoarchitectonique.
    • Distinctif
      caractéristique des ascensions est
      transmission séquentielle en plusieurs étapes
      informations sensorielles dans le cortex cérébral
      cerveau à travers une série de nerfs intermédiaires
      centres.
    • En plus du cortex cérébral
      des informations sensorielles sur le cerveau sont envoyées
      également dans le cervelet, dans le mésencéphale et dans
      formation réticulaire.
    • Descendant
      projection (efférente ou centrifuge)
      les voies conduisent les impulsions nerveuses du cortex
      hémisphères cérébraux, qui proviennent de
      neurones pyramidaux du V cytoarchitectonic
      couche aux noyaux basaux et souches
      cerveau et plus loin aux noyaux moteurs
      moelle épinière et tronc cérébral.
    • Elles sont
      transmettre des informations relatives à
      programmation des mouvements du corps
      dans des situations spécifiques sont donc
      voies motrices.

    Caractéristique commune
    la descente des voies motrices est
    ce qu'ils traversent nécessairement
    capsule intérieure - une couche de blanc
    substances dans les hémisphères cérébraux,
    séparant le thalamus des noyaux basaux.
    Dans le tronc cérébral, la plupart des
    chemins menant à la moelle épinière et
    le cervelet va à sa base.

    35. Systèmes pyramidaux et extrapyramidaux

    Pyramidal
    le système est un agrégat
    centres moteurs du cortex cérébral, moteur
    centres des nerfs crâniens
    tronc cérébral et centres moteurs
    cornes avant de la moelle épinière ainsi
    nerf de projection efférente
    fibres les reliant entre elles.

    Chemins pyramidaux
    fournir des impulsions conductrices
    processus de régulation consciente
    mouvements.

    Chemins pyramidaux
    sont formés de pyramide géante
    neurones (cellules Betz), ainsi que de grands
    neurones pyramidaux situés dans
    Couche V du cortex cérébral.

    À propos de
    40% des fibres partent de la pyramide
    neurones dans le gyrus précentral,
    où est le centre cortical du moteur
    analyseur; environ 20% - du centre post-central
    méandres, et les 40% restants - de l'arrière
    sections du lobaire supérieur et moyen
    gyrus, et du gyrus supra marginal inférieur
    lobe pariétal, dans lequel se trouve
    centre de praxie, complexe de contrôle
    coordonné concentré
    mouvements.

    Chemins pyramidaux
    subdivisé en cortico-spinal
    et cortico-nucléaire. Leur caractéristique commune
    c'est qu'ils commencent dans le cortex
    hémisphères droit et gauche, passer
    du côté opposé du cerveau (c.-à-d..
    croix) et finalement
    réguler les mouvements
    demi-corps controlatéral.

    Extrapyramidal
    le système combine phylogénétiquement
    mécanismes de contrôle plus anciens
    mouvements humains que pyramidaux
    système.

    Elle exerce principalement
    régulation involontaire et automatique
    manifestations motrices complexes des émotions.

    Une caractéristique distinctive de l'extrapyramidal
    le système est en plusieurs étapes, avec
    nombreux changements, transmission
    influences nerveuses de divers départements
    cerveau aux centres exécutifs
    - les noyaux moteurs de la moelle épinière et
    nerfs crâniens.

    Par
    les voies extrapyramidales se produisent
    transmission des commandes moteur pendant
    réflexes protecteurs du moteur,
    coulant inconsciemment.

    par exemple,
    grâce aux voies extrapyramidales
    les informations sont transférées pendant la récupération
    position verticale du corps en conséquence
    perte d'équilibre (vestibulaire
    réflexes) ou avec des réactions motrices
    à la lumière ou au son soudain
    exposition (réflexes protecteurs,
    enfermé dans le toit du mésencéphale) et
    etc.

    Extrapyramidal
    le système est formé par les centres nucléaires des hémisphères
    (noyaux basaux: caudés et
    lenticulaire), diencéphale
    (noyaux médiaux du thalamus, subthalamique
    noyau) et le tronc cérébral (noyau rouge, noir
    substance) ainsi que les voies,
    le reliant au cortex cérébral,
    cérébelleux, avec formation réticulaire
    et enfin avec les centres exécutifs,
    couché dans les noyaux moteurs du crâne
    nerfs et dans les cornes antérieures de la colonne vertébrale
    cerveau.

    Il y a aussi
    et une interprétation quelque peu élargie,
    quand à E.S. compter le cervelet, les noyaux
    quadruple du mésencéphale, noyau
    formation réticulaire, etc..

    Les voies corticales prennent
    à partir du gyrus précentral, et
    également d'autres parties du cortex cérébral; celles-ci
    les trajectoires projettent l'influence du cortex sur le basal
    graines. Les noyaux basaux eux-mêmes sont étroitement liés
    entre eux de nombreux internes
    connexions, ainsi qu'avec les noyaux du thalamus et avec
    noyau central du cerveau rouge.

    Émergent
    ici les commandes du moteur sont transmises
    aux centres moteurs exécutifs
    moelle épinière principalement deux
    voies: à travers la moelle épinière rouge
    (rubrospinal) et à travers le noyau
    formation réticulaire (réticulospinal
    tract).

    Aussi à travers le noyau rouge
    les effets du cervelet sont transmis
    au travail du moteur rachidien
    centres.

    Voies de la moelle épinière et du tronc cérébral

    Les impulsions afférentes entrant dans la moelle épinière à partir de récepteurs sont transmises par de courts trajets aux neurones efférents du segment correspondant de la moelle épinière.

    Dans le même temps, de longues voies ascendantes d'impulsions afférentes sont transmises au cerveau. Les impulsions vers les neurones efférents de la moelle épinière proviennent également non seulement des neurones afférents, mais également le long des voies descendantes du cerveau..

    Ainsi, la moelle épinière est connectée aux voies ascendantes et descendantes du cerveau.

    Chemins ascendants. Dans ces voies, il y a des fibres nerveuses des neurones des nœuds rachidiens ou des neurones de la matière grise des cornes postérieures de la moelle épinière, avec lesquelles les neurones afférents entrent en contact.

    Chemins ascendants des piliers arrière. 1. Poutre douce (poutre Gaulle). Ce sont les fibres les plus longues qui conduisent les impulsions afférentes des récepteurs des membres inférieurs et du bas du corps.

    2. Fagot en forme de baleine (fagot Bourdakh). Ce sont des fibres qui conduisent des impulsions afférentes des récepteurs des membres supérieurs et du haut du corps.

    Les fibres des deux faisceaux conduisent des impulsions afférentes des récepteurs de la peau (toucher et pression) et des propriocepteurs, ainsi que des impulsions afférentes des récepteurs des organes internes provenant des nerfs cœliaque, vague et pelvien.

    Chez l'homme, les fibres du faisceau de Gaulle sont myélinisées plus tard que les fibres du faisceau de Burdach, ce qui est associé au fonctionnement ultérieur des jambes et au fonctionnement plus précoce des muscles des bras et du haut du corps après la naissance. À la naissance, les piliers arrière sont recouverts de myéline..

    Après des dommages aux montants arrière, la coordination des mouvements est altérée.

    Voies ascendantes des poteaux latéraux. 3. La voie spinale-cérébelleuse postérieure (faisceau Flexig).

    4. La voie cérébelleuse vertébrale antérieure (faisceau de Govers).

    Les deux voies nerveuses conduisent des impulsions afférentes des propriocepteurs au cervelet. Les dommages à ces voies s'accompagnent d'une violation du ton et de la coordination des mouvements.

    5. Voie thalamique vertébrale. La partie latérale de cette voie conduit les impulsions des récepteurs de la douleur et de la température, et la partie abdominale - les impulsions des récepteurs du toucher et de la pression. Sur la voie dorsale-thalamique, les fibres atteignent les neurones des tubercules visuels. Les piliers latéraux contiennent également des fibres nerveuses individuelles qui conduisent les impulsions des organes internes.

    Chemins descendants. 1. La voie cortico-spinale antérieure ou pyramidale droite. Croix dans la moelle épinière. 2. Trajet pyramidal latéral ou croisé cortico-spinal. Croix dans la moelle oblongue. Toutes les fibres du chemin pyramidal ne se croisent pas, une partie passe par le même côté.

    Les voies pyramidales n'apparaissent dans la phylogenèse que chez les mammifères et atteignent le développement le plus élevé chez l'homme.

    Ainsi, chez les chiens, la masse de fibres des voies pyramidales représente 10% de la quantité totale de matière blanche de la moelle épinière, chez les singes - 20% et chez l'homme - près de 30%.

    Sur les deux millions de fibres nerveuses qui composent les voies pyramidales humaines, 40% proviennent des neurones du gyrus central antérieur, 60% proviennent des neurones du gyrus situés en face, ainsi que du gyrus central postérieur et d'autres zones.

    Les voies pyramidales sont composées à 80% de fibres végétatives (groupe C), conduisant des impulsions efférentes vers les organes internes. Les deux voies pyramidales contiennent des fibres de myéline épaisses qui conduisent rapidement des impulsions d'excitation et une course, conductrice lente.

    Le chemin croisé comprend 70 à 90% du nombre total de fibres.

    Les voies pyramidales transportent des impulsions efférentes du cortex cérébral vers les motoneurones des cornes antérieures de la moelle épinière, provoquant et inhibant les contractions des muscles squelettiques. En raison de l'intersection des deux voies pyramidales, chaque hémisphère cérébral innerve les muscles de la partie opposée du corps.

    Les deux voies pyramidales de la moitié de la moelle épinière humaine dans les segments cervicaux supérieurs contiennent plus de 2 fois plus de fibres par rapport au segment thoracique supérieur.

    La diminution rapide du nombre de fibres nerveuses des voies pyramidales se produit après qu'elles se terminent dans les cellules motrices des cornes avant innervant les mains, ce qui est associé à l'énorme importance du travail dans la vie humaine..

    Les voies pyramidales chez une personne commencent à se myéliniser 5-6 mois après la naissance. Leur myélinisation se termine par 4 à 10 ans.

    La défaite des voies pyramidales d'un côté conduit à la paralysie des muscles d'une moitié du corps: des lésions au-dessus de l'intersection du chemin pyramidal latéral chez une personne paralysent des mouvements arbitraires sur la moitié opposée du corps, et si elles sont plus basses, dans la partie supérieure de la colonne cervicale, le même côté est paralysé. Les muscles ne dégénèrent pas et les réflexes ne disparaissent pas.

    Au contraire, les réflexes rachidiens augmentent même de manière significative du fait que l'effet d'arrêt sur eux des centres du cerveau cesse. L'indicateur de rupture des chemins pyramidaux est le réflexe de Babinsky. Contrairement aux humains, couper les chemins pyramidaux chez les chiens et les singes ne les prive pas de leur capacité à appeler des mouvements arbitraires.

    Cela indique que les voies pyramidales jouent un rôle majeur dans la transmission des impulsions du cortex cérébral aux motoneurones des cornes antérieures de la moelle épinière. Un rôle important appartient à d'autres chemins qui peuvent assumer la fonction des chemins pyramidaux..

    3. Chemin rubrospinal (faisceau de Monakov). Se compose de longs processus de neurones du noyau rouge situés dans le mésencéphale.

    En raison du fait que le noyau rouge est connecté au cervelet, cette voie peut servir de chemin vers le bas pour le cervelet..

    Puisque le noyau rouge est également associé au cortex cérébral, lorsque le tractus pyramidal est détruit, les voies rubrospinales conduisent des impulsions motrices du cortex cérébral à la moelle épinière.

    4. La voie vestibulospinale (à partir de l'appareil vestibulaire de l'oreille interne). Participe à la régulation du tonus musculaire.

    En plus de ce qui précède, il existe d'autres chemins descendants reliant le diencéphale, le milieu et la moelle oblongue à la moelle épinière.

    Choc vertébral. Le choc chez les animaux avec une température corporelle constante est qu'il n'y a pas de réception en dessous du site des dommages à la moelle épinière, il n'y a pas de mouvements volontaires appelés, les muscles sont détendus et manquent de tonus, il n'y a pas de réflexes à l'exception des réflexes des sphincters de la vessie et du rectum.

    C. Sherrington (1906) estime que le rôle principal dans les phénomènes de choc est joué par la cessation de l'influx d'impulsions provenant de la partie supérieure du système nerveux et des récepteurs supérieurs associés qui soutiennent l'excitabilité de la moelle épinière..

    Cependant, après la transection chez les chiens de la moitié postérieure de la moelle épinière ou uniquement des colonnes postérieures, le choc rachidien est provoqué par une inhibition, qui se propage le long des voies descendantes vers la partie de la moelle épinière située en dessous de la transection, en raison de l'irritation des voies afférentes coupées des colonnes postérieures (M. G. Durmishyan, 1955).

    Plus l'animal est développé, plus les impulsions des récepteurs supérieurs sont importantes pour son activité vitale et donc plus le choc est aigu.