logo

Traitement de la névralgie du nerf occipital - une tâche difficile, mais possible: symptômes et causes de la douleur dans la région occipitale de la tête

Connaissez-vous un mal de tête? Même si vous êtes une personne en parfaite santé, vous êtes probablement familier de toute façon.

Un mal de tête est le compagnon de tant de maladies, ou simplement le résultat d'expériences, d'un surmenage.

L'un des facteurs qui provoquent des maux de tête est une névralgie du nerf occipital..

Fonction du nerf occipital

Pour commencer, où est le nerf occipital et quel est son rôle?

Les branches sensorielles des nerfs du plexus cervical traversent la partie extrême du muscle entre la poitrine et la clavicule, et s'étendent plus loin sous le muscle du cou. Dans le plexus cervical se trouve le nerf occipital (ainsi que la grande oreille, les nerfs transverses et supraclaviculaires) - derrière la deuxième vertèbre cervicale.

Cette structure, comme de nombreux autres nerfs, fournit une connexion des tissus et des organes avec le système nerveux central, leur fournissant des impulsions nerveuses.

Que se passe-t-il avec la névralgie??

La principale cause de névralgie du nerf occipital est l'irritation (compression) des racines du nerf, qui est situé dans la zone occipitale.

Les fibres sensibles dans les racines, lorsque des perturbations structurelles se produisent, donnent des impulsions fréquentes, qui se manifestent par de la douleur.

La névralgie peut survenir sans la présence d'un élément provoquant (primaire, idiopathique, essentiel) ou à la suite de l'influence de facteurs externes et de maladies concomitantes (c'est-à-dire une névralgie secondaire symptomatique).

Quelles sont les causes de la névralgie occipitale?

  • l'ostéochondrose de la colonne vertébrale dans la région cervicale (dommages au noyau dans le disque de la vertèbre) est la cause la plus fréquente;
  • blessures au dos ou au cou, en raison desquelles il comprime les fibres nerveuses;
  • hypothermie du nerf occipital;
  • arthrose de la colonne cervicale;
  • Surmenage des muscles cervicaux et de la ceinture scapulaire: en raison d'une position assise constante - au volant, au bureau, à l'ordinateur, au bureau (les muscles sont comprimés en raison de spasmes, une névralgie chronique se développe);
  • infections qui affectent le tissu nerveux: encéphalite, méningite;
  • tumeurs d'origine et de localisation diverses: dans les vertèbres cervicales ou dans le cerveau;
  • maladies auto-immunes, au cours desquelles le système immunitaire détruit les cellules nerveuses du corps: sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux;
  • goutte;
  • Diabète;
  • processus inflammatoires des vaisseaux sanguins (endartérite, par exemple);
  • stress, surmenage constant, explosions émotionnelles négatives;
  • spondylarthrite tuberculeuse;
  • forme grave de maladie catarrhale (ARVI, amygdalite).

En identifiant avec précision la cause de la maladie, vous pouvez l'éliminer avec succès (dans la plupart des cas) et restaurer les racines nerveuses endommagées.

Quels sont les symptômes de la maladie

Disons simplement que vous pouvez à peine manquer de remarquer l'apparition de cette maladie.

La névralgie occipitale a le principal symptôme - c'est la douleur. Laquelle? Plus de détails ci-dessous:

  • brûlure, douleur lancinante à l'arrière de la tête;
  • se transformant souvent en "tir";
  • de nombreux patients rapportent que la condition est très similaire à la migraine;
  • le plus souvent, la douleur est palpable d'un côté, mais parfois de deux;
  • les mouvements du cou peuvent provoquer de la douleur;
  • parfois même peigner ou toucher le cuir chevelu provoque de la douleur;
  • moins souvent, la douleur survient avec un léger toucher sur la peau du cou;
  • une lumière vive provoque des douleurs dans les yeux et au-dessus d'eux;
  • parfois la douleur apparaît en toussant ou en éternuant;
  • on a parfois l'impression que quelque chose coupe la tête ou comme s'il était sur le point d'exploser;
  • peut donner une pulsation à l'oreille ou à la mâchoire inférieure;
  • les tours et les inclinaisons de la tête augmentent la douleur.

Comme vous l'avez peut-être deviné, la névralgie du nerf occipital est exactement le cas quand ils disent "la vie est douleur".

Mais en plus, la névralgie du petit nerf occipital présente les symptômes suivants:

  • les mouvements de la tête peuvent provoquer des nausées et parfois des vomissements;
  • hypersensibilité dans la zone à problème du cou, inconfort accru pendant la palpation;
  • troubles autonomes: sensation de chair de poule, froid, engourdissement, peau rouge ou blanche sur la zone affectée, larmoiement;
  • si la maladie dure assez longtemps, la zone alimentée par le nerf endommagé peut perdre en sensibilité.

Un tel mal de tête en grappe désagréable et difficile à traiter peut être arrêté. Lisez les détails dans notre matériel..

Un médicament efficace, mais très cher, Exedrine, dont les analogues ne contribuent pas au pire, mais sont beaucoup moins chers. Apprenez des directives spécifiques pour choisir des synonymes..

Techniques de diagnostic

Étant donné que les maux de tête peuvent avoir une étiologie diverse, vous devez décrire vos sentiments aussi précisément que possible au médecin (orthopédiste ou neurologue).

Il devrait vous écouter très attentivement, comparer les symptômes avec vos conditions associées et soupçonner la présence de névralgie..

Ensuite, des études appropriées sont prescrites qui aideront à confirmer / réfuter la présence de la maladie et, surtout, à identifier correctement sa cause.

Pour cela, les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

  • la tomodensitométrie (à l'aide de rayons X, une image structurelle de la colonne vertébrale dans la région cervicale et des couches de tissus dans la zone d'étude est affichée sur le moniteur) - on pense que c'est la méthode la plus efficace pour étudier cette maladie;
  • IRM (imagerie par résonance magnétique) - l'étude des os et des tissus mous dans la zone touchée à l'aide d'ondes électromagnétiques.

Procédures de guérison

La maladie diagnostiquée en temps opportun et l'identification correcte de ses causes aideront à se débarrasser avec succès de l'inconfort et d'autres troubles structurels possibles.

Si vous suivez toutes les recommandations du médecin, vous pouvez récupérer..

Si la maladie est diagnostiquée au stade initial, les invasions peuvent être évitées et limitées aux médicaments, compresses et massages.

Traitements conservateurs

Le traitement de la névralgie du nerf occipital avec des méthodes conservatrices vise à soulager la douleur, l'inflammation et à éliminer les pincements. N'implique pas de chirurgie:

  • la première règle est la paix et le maximum de repos passif;
  • massage thérapeutique - soulage les spasmes musculaires dans la zone massée, améliore la circulation sanguine, aide à faire face à la douleur;
  • compresses thermiques à la zone à problème;
  • d'autres types de physiothérapie qui réchauffent les tissus affectés (échographie, thérapie au laser).
  • Thérapie par l'exercice (séries d'exercices visant à soulager les spasmes musculaires dans la zone occipitale, à renforcer les muscles du cou et du dos);
  • acupuncture - l'effet sur les points réflexes est effectué, grâce auquel le métabolisme est normalisé, la circulation dans la zone traitée est améliorée, l'élimination des pathologies est stimulée;
  • thérapie manuelle - un spécialiste rétablit la position correcte des articulations ou crée mécaniquement des conditions optimales pour une efficacité maximale du cours de traitement.

Traitement médical

Parmi les principaux:

  • l'utilisation de médicaments qui ont un effet relaxant sur les muscles (sirdalud, midcalm);
  • anticonvulsivants: finlepsine, gabapentine;
  • les stéroïdes anti-inflammatoires qui bloquent le nerf affecté (métipred, hydrocortisone, dextamethasone, kenalog) - sont injectés par voie sous-cutanée dans la zone affectée;
  • analgésiques;
  • sédatifs (amitriptyline, duloxétine);
  • Vitamines B.

Les méthodes décrites peuvent être utilisées à la fois pour l'élimination temporaire des symptômes et pour un traitement approprié. Cela dépendra de la cause de la névralgie..

Sur la photo, une liste de points d'acupuncture pour le traitement de la névralgie du nerf occipital

Il est conseillé d'aborder le problème de manière globale, de s'appuyer sur le tableau symptomatique général, de prendre en compte les causes de la maladie et les affections associées.

Si toutes ces méthodes ne donnent pas de résultat, alors comment traiter une névralgie du nerf occipital?

Une intervention chirurgicale sera indiquée si la névralgie est à un stade avancé ou si une intervention conservatrice n'a pas donné de résultats visibles..

Traitements chirurgicaux

Opérations de base disponibles:

  1. Décompression microvasculaire: pendant l'opération, la compression du nerf occipital est éliminée. Cette méthode est utilisée si une névralgie occipitale est survenue à la suite d'une compression, respectivement. Le chirurgien identifie les vaisseaux qui ont serré le nerf, effectue les manipulations correctives appropriées. Après cela, la sensibilité des racines nerveuses diminue et elles reviennent à la normale. En conséquence, la douleur disparaît.
  2. Neurostimulation: un câblage spécial est appliqué aux nerfs, qui conduisent des impulsions électriques (ils bloquent les impulsions de douleur). Un neurostimulateur est implanté sous la peau dans la région du cou. L'action de l'appareil peut être ajustée en commutant les modes d'alimentation, pour recréer l'état le plus confortable. Là où la douleur était précédemment ressentie, le patient éprouve une chaleur agréable qui se propage en douceur ou une légère vibration. Le côté positif de cette technique: l'absence d'effets secondaires sur le corps et les dommages minimaux au tégument.

Après avoir longtemps éliminé les symptômes, les spasmes du cou disparaissent, les muscles se relâchent - cela peut enlever la «pince» du nerf.

Si une intervention conservatrice ou chirurgicale n'a pas résolu le problème et que la douleur persiste, un examen approfondi et répété est effectué. Cependant, cela se produit assez rarement..

Traitement à domicile

Il est peu probable que des remèdes populaires exceptionnels guérissent la névralgie, mais les méthodes à domicile peuvent devenir un élément très important d'une thérapie complexe - en combinaison avec d'autres méthodes thérapeutiques:

  1. Bains aux herbes. Préparez une infusion de thym, d'origan, de menthe poivrée (1 cuillère à soupe de chacune des herbes dans un verre d'eau bouillante), passez le liquide à travers une étamine et ajoutez-le au bain avec de l'eau chaude. Allongez-vous ensuite dans la salle de bain pendant 10 minutes. Jouez tous les jours pendant un mois.
  2. Compresses Moudre les légumes: pommes de terre, cornichons, oignons. Verser la pulpe avec du vinaigre de vin dilué, laisser infuser le mélange pendant plusieurs heures (remuer de temps en temps). Des compresses sont appliquées sur les zones frontales et occipitales, matin et soir. La procédure dure une heure..
  3. Gouttes pour les oreilles. Déposez quelques gouttes de jus de betterave cru dans votre oreille. Ou vous pouvez envelopper les betteraves râpées dans de la gaze et mettre un tampon dans votre oreille (du côté de la douleur).
  4. De l'herbe à l'intérieur. Versez 2 c. lumbago d'herbe séchée ouverte (en aucun cas ne pas utiliser de produits frais, c'est toxique!). Prendre une fois par jour, 50 millilitres.

Complications possibles

Si vous ne recevez pas de traitement en temps opportun, des dommages graves et irréparables à votre santé peuvent être infligés..

L'état des nerfs occipitaux va se détériorer, les processus destructeurs seront aggravés.

La destruction d'un nerf peut entraîner les graves conséquences et problèmes suivants:

  • maux de tête persistants et dépendants du médicament;
  • cécité;
  • torticolis (souvent les patients restent handicapés pour le reste de leur vie);
  • troubles mentaux concomitants causés par une douleur persistante.

Prévention de la névralgie

Les mesures visant à prévenir cette maladie sont assez simples. Tout le monde peut les exécuter:

  • une activité physique suffisante et équilibrée dans votre vie quotidienne;
  • méfiez-vous des blessures au cou, au cou et au dos;
  • protégez votre cou du froid;
  • si votre travail implique un style de vie sédentaire, faites régulièrement de petits entraînements;
  • fournir au corps suffisamment de vitamines.

Vous ne pourrez pas vous protéger complètement de la possibilité de névralgie, mais essayez de faire tout ce qui dépend de vous et la maladie vous contournera!

Névralgie - symptômes et traitement à domicile

Une maladie associée à une lésion d'un nerf périphérique est appelée névralgie. Il se manifeste physiquement par des attaques douloureuses de nature paroxystique à gauche ou à droite, qui apparaissent dans la région du nerf irrité. De son diagnostic correct dépendra de la façon de traiter la névralgie.

Les causes de la névralgie

Avec un long effort physique, un microtraumatisme du tronc nerveux se produit. Ces troubles peuvent survenir en raison de la défaite de toxines de diverses étiologies, qui sont soit infectieuses, soit survenues pendant l'intoxication alcoolique, la prise de médicaments ou l'interaction avec des métaux lourds. Les causes, les symptômes et le traitement dépendent du type de maladie: articulation du genou, membres inférieurs, nerf facial, plexus solaire, pelvien, intervertébral, nerf vague, etc. Autres causes de névralgie:

  • ostéochondrose;
  • hypothermie;
  • maladies associées au système musculo-squelettique et à l'articulation de la hanche (anomalies congénitales des articulations et des os, lésions de la colonne vertébrale);
  • tumeurs;
  • Diabète;
  • les maladies vasculaires périphériques qui perturbent l'apport sanguin aux tissus nerveux;
  • athérosclérose.

Névralgie intercostale

Les symptômes de la névralgie intercostale (code CIM-10: M79.2) sont des douleurs dans l'espace intercostal gauche ou droit, qui ressemble à une ceinture dans le côté gauche ou droit du corps. Une cause fréquente d'ostéochondrose est dans la région de la colonne vertébrale thoracique. Les symptômes de la maladie apparaissent si une personne tourne brusquement (de gauche à droite et vice versa). La douleur apparaît de façon inattendue et s'accompagne d'une augmentation de la pression artérielle. Chez les adolescents et les enfants, la maladie ne se produit pas. Le traitement par la névralgie intercostale n'est prescrit que par un médecin.

La névralgie du trijumeau

Les médecins ont découvert que sur 10 000 personnes, 50 présentent une névralgie du trijumeau (trijumeau). Les femmes après 40 ans sont à risque de contracter la maladie. Les causes du développement sont le rhume, les infections, les blessures et l'hypothermie. Les attaques douloureuses se produisent fortement avec des bruits forts, une lumière vive, en réponse à la consommation d'aliments très froids ou trop chauds. Le traitement et l'élimination des symptômes de ce type de maladie se font par l'administration de trleptal et de finlepsine. Méthode de destruction des racines par radiofréquence appliquée.

Névralgie glossopharyngée

En médecine, la névralgie glossopharyngée (glossopharyngée) n'est pas souvent diagnostiquée. Vous pouvez en apprendre davantage sur la maladie par les premiers signes: paroxysmes de douleur dans la gorge, la gorge, la racine de la langue, le palais mou, les amygdales. La douleur s'étend à la mâchoire inférieure et à l'oreille. La cause peut être des infections chroniques. La maladie s'accompagne de symptômes tels que: inhibition des réflexes dans le pharynx et le palais, altération de la salivation et de la perception gustative de l'arrière de la langue dans la zone touchée. En médecine, il existe 2 formes de ce type de maladie: idiopathique et symptomatique.

Névralgie occipitale

La maladie se manifeste par une douleur de l'arrière de la tête à la région temporale, qui peut passer dans la région des yeux. Les sensations douloureuses sont causées par une irritation des racines nerveuses dans la région occipitale. Dans certains cas, le petit et le gros nerf spinal sont touchés dans la région des deuxième et troisième vertèbres cervicales. Le principal symptôme de la névralgie du nerf occipital est appelé par les médecins une douleur pulsatile difficile à supporter. Il se produit avec des mouvements de tête et une toux. Lors d'une attaque, le mouvement peut provoquer des nausées et des vomissements chez le patient.

Névralgie fémorale

Le processus pathologique est caractérisé par une douleur douloureuse le long du nerf. La douleur est paroxystique, "tirante" dans la nature. Les personnes d'âge moyen sont à risque, les hommes sont plus susceptibles d'avoir une névralgie fémorale plus souvent que les femmes. En marchant, en changeant la position du corps en vertical, la douleur dans le dos avec les jambes tendues aggrave, des engourdissements et des brûlures apparaissent sur la peau.

Une légère compression au niveau de la sortie du nerf provoque une sensation de douleur insupportable. La maladie peut se manifester par une claudication intermittente. La paresthésie (altération de la sensibilité) se produit uniquement lors de la marche. La cause principale de l'occurrence est la compression du nerf cutané latéral externe de la cuisse sous le pli inguinal. Une atteinte de la racine nerveuse peut survenir en raison d'un traumatisme des tissus environnants, avec l'apparition de cicatrices, la croissance de tissus adipeux ou fibreux, pendant la grossesse (congestion veineuse dans les organes pelviens), avec myome utérin.

Névralgie herpétique

La conséquence d'une infection herpétique est une névralgie herpétique. Une maladie dangereuse est souvent trouvée chez les patients à immunité réduite et chez les personnes âgées. Ce processus pathologique diffère des autres manifestations cutanées sous la forme d'une éruption herpétique. Le type postherpétique de la maladie se manifeste après le zona sous forme de douleur due à une éruption cutanée sèche.

Pterygo-névralgie

La ganglionévrite (ganglionite) est également appelée "névralgie ptérygopalatine", syndrome de Slader. Désigne les syndromes neurostomatologiques (maladies de la cavité buccale et du visage). La maladie s'exprime par des symptômes végétatifs. La moitié du visage peut devenir rouge, un gonflement des tissus, des larmoiements peuvent survenir, la sécrétion peut être sécrétée par la moitié du nez. Les attaques de paroxysmes douloureux peuvent se développer la nuit, durer et ne pas disparaître pendant plus de 2 jours.

Le complexe de symptômes comprend des sensations douloureuses aiguës et peut se propager dans de tels endroits:

  • yeux
  • mâchoire supérieure;
  • zone temporelle;
  • zone de l'oreille;
  • occiput;
  • cou
  • omoplate et zone scapulaire;
  • région d'épaule;
  • avant-bras;
  • mains.

Les symptômes de la névralgie

Il existe des signes courants de névralgie qui peuvent vous aider à la reconnaître même à la maison. Le processus névralgique de lésion du nerf périphérique s'accompagne de sensations douloureuses sévères, qui peuvent être aiguës et briser le caractère. La zone douloureuse peut devenir rouge. L'emplacement de la douleur dépend de la zone d'irritation du tronc nerveux. Les lieux de douleur suivants sont distingués, selon le type de maladie et de lésion:

DéfaiteLocalisationSymptômes spéciaux
nerf trijumeaucou, dents, globe oculaire, demi-visagesalivaire et larmoiement, la douleur survient en touchant les zones "déclencheurs" (la zone de la peau du menton), les spasmes des muscles de la mâchoire.
nerf lombairebas du dosla douleur se manifeste par des attaques, des "pousses"
nerf intercostalcage thoraciquelumbago (lumbago) de nature paroxystique, qui augmente avec les virages corporels (de gauche à droite ou vice versa) et la respiration profonde
nerf sciatiquel'arrière de la cuissedouleur brisante, débilitante, brûlante due à la défaite de nombreuses branches de petites branches nerveuses


Traitement de la névralgie

Vous devez contacter la clinique avec un neurologue, dentiste, oto-rhino-laryngologiste. Les spécialistes établiront un diagnostic, effectueront un examen, une tomodensitométrie du cerveau ou une IRM, donneront un congé de maladie et vous diront ce qu'est la névralgie - symptômes et traitement.

Le traitement de la névralgie consiste en une thérapie conservatrice, qui consiste à prendre:

  • vitamines;
  • les antibiotiques;
  • comprimés ou injections d'analgésiques;
  • médicaments fortifiants;
  • anticonvulsivants;
  • sédatifs.

Analgésiques pour névralgie

Pour soulager les symptômes de la douleur, le médecin prescrit un analgésique pour la névralgie. Parmi les médicaments analgésiques prescrits Nise (Nimesil), Analgin, Movalis, Baralgin. Pour soulager les spasmes musculaires, Midokalm est utilisé. Une douleur modérée cesse de déranger pendant plusieurs heures. Pour l'effet à long terme, il est nécessaire de respecter le schéma d'administration: au moins 3 fois par jour après les repas. Une longue administration entraîne une altération de la fonction hépatique, du tractus gastro-intestinal. Pas de traitement analgésique.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens pour la névralgie

La thérapie combinée comprend des anti-inflammatoires non stéroïdiens pour la névralgie (AINS), qui ont un effet polyvalent sur la maladie, soulagent la douleur et ont un effet anti-inflammatoire. Formes de libération de ces médicaments: injections, pommades, suppositoires rectaux, comprimés pour la névralgie. Les injections de Ketorol, Analgin ou Ketonal éliminent instantanément les symptômes douloureux pendant 3 heures. AINS pour la névralgie:

  • Le kétoprofène;
  • Ibuprofène;
  • Indométhacine;
  • Naproxène;
  • Piroxicam;
  • Diclofénac.

Onguents chauffants pour la névralgie

L'effet du réchauffement des onguents avec névralgie est obtenu en raison de l'augmentation de la circulation sanguine. Dans le domaine de la nutrition des tissus nerveux pincés, la saturation en oxygène se produit, ce qui est particulièrement efficace après l'hypothermie, le stress et la décompression. L'effet vasodilatateur est exercé par des irritants naturels (huiles essentielles, camphre, térébenthine, poivre, venin de serpent ou d'abeille) ou synthétiques (nonivamide, diméthylsulfoxyde, nicoboxyle, nicotinate de benzyle). Ces pommades comprennent la ménovazine.

Plâtre au poivre pour la névralgie

À la maison, pour le traitement, créant un effet irritant, utilisez un patch au poivre pour la névralgie, qui réchauffe l'endroit, peut soulager la douleur. Avant d'appliquer le patch, vous devez dégraisser la zone douloureuse avec de l'eau de Cologne ou de l'alcool. Séchez avec un chiffon propre. Lorsque vous sentez que la chaleur se propage sur le corps, le patch doit être retiré. Le traitement avec ce médicament se manifeste par une meilleure circulation sanguine, une relaxation musculaire.

Traitement de la névralgie avec des remèdes populaires

Si, pour une raison quelconque, vous ne pouvez pas consulter un médecin pour obtenir de l'aide professionnelle, vous pouvez utiliser un traitement contre la névralgie avec des remèdes populaires. Un traitement efficace est une décoction de saule, qui doit être prise 1 cuillère à soupe. l 4 fois avant les repas. Pour préparer le produit dont vous avez besoin:

  • écorce de saule hachée (10 g) versez de l'eau bouillante (200 ml);
  • laisser mijoter 20 minutes;
  • passer à travers une étamine, boire quand il refroidit.

Vous pouvez être traité avec un mélange efficace à la maison, que vous devez utiliser tous les deux jours pendant un mois:

  1. Dans des proportions égales, mélangez l'iode et la glycérine dans une bouteille en verre foncé.
  2. Agitez le flacon, humidifiez un tampon propre avec une solution.
  3. Lubrifiez les zones douloureuses à l'exception de la colonne vertébrale.

Traitement de la neurologie du nerf occipital: symptômes et causes

La douleur, quelle que soit la cause profonde de leur apparition, cause beaucoup de problèmes, surtout si elle devient chronique.

En cas de concentration d'inconfort et de douleur dans la zone occipital-pariétale, la source est souvent une névralgie du nerf occipital - lésion (traumatisme, compression) d'une ou plusieurs terminaisons nerveuses. Cette maladie du système nerveux est provoquée par un certain nombre de facteurs et se manifeste par une variété de symptômes..

Névralgie occipitale, formes et caractéristiques de l'évolution de la maladie

La névralgie occipitale est une lésion fragmentaire ou totale des processus du nerf occipital, qui peut affecter à la fois les gros et les petits nerfs spinaux (situés dans la zone des 2e et 3e vertèbres cervicales).

L'inflammation du nerf occipital provoque des douleurs cycliques qui peuvent nuire à la qualité de vie si des mesures ne sont pas prises rapidement pour les éliminer..

Dans le corps humain, il y a un gros et un petit nerf occipital.

Ils sont responsables de la sensibilité de la peau:

  • grande - dans l'occipital et une partie de la région pariétale;
  • petit - derrière les oreilles.

Ces nerfs ne sont pas impliqués dans la sensibilité du tissu musculaire. La violation d'un ou plusieurs processus entraîne un affaiblissement de la fréquence des impulsions transmises du cerveau aux tissus de la colonne cervicale. En conséquence, une névrite du nerf occipital se développe, caractérisée par des manifestations spécifiques.

En cas de lésion du gros nerf occipital, une sensation d'inconfort, accompagnée de poussées soudaines et aiguës de douleur, se concentre à l'arrière de la tête.

Si le petit nerf occipital est affecté négativement, la douleur est fixée près de l'endroit appelé le point Kerer.

Cette maladie fait référence à des pathologies du système nerveux (classe VI). La classification par codes se fait en fonction de la cause première (G-53, etc.).

Les formes suivantes de manifestation de la névralgie sont distinguées:

  1. Primaire (autres noms populaires - névralgie d'Arnold, idiopathique ou aiguë) - survient spontanément et spontanément.
  2. Secondaire (symptomatique, chronique) - souvent une conséquence d'autres processus pathologiques dans le corps et, par conséquent, ne peut pas être complètement guéri sans éliminer les sources de la maladie sous-jacente.

Les causes de la névralgie

La névralgie provoquée peut:

  • maladies de la colonne vertébrale survenues en raison d'un stress mécanique et d'une altération des terminaisons nerveuses;
  • ostéochondrose ou arthrose;
  • activité physique excessive;
  • les maladies infectieuses qui interfèrent avec le fonctionnement normal des tissus nerveux;
  • néoplasmes et hématomes de nature différente, localisés dans les vertèbres cervicales (moins souvent dans le cerveau);
  • dysfonctionnements du système immunitaire et pathologie du tissu conjonctif;
  • hypothermie du nerf occipital;
  • surmenage régulier des muscles de l'épaule et du cou, provoquant des crampes et conduisant à une névralgie chronique;
  • diabète sucré (quel que soit le type);
  • un grand nombre de contraintes sévères et de surmenage;
  • processus inflammatoires dans les vaisseaux;
  • empoisonner le corps avec des poisons ou de l'alcool;
  • goutte et autres.

Les causes de la névralgie chez les patients jeunes et âgés peuvent varier.

Par exemple, le diabète chez une personne de 60 ans peut provoquer une névralgie, tandis que chez les personnes plus jeunes, la présence de cette maladie sur l'état des terminaisons nerveuses ne risque pas d'affecter.

L'efficacité du traitement et la reprise du fonctionnement des terminaisons nerveuses endommagées dépendent directement de la rapidité avec laquelle la source de névralgie est trouvée.

Symptômes et évolution de la maladie

Les symptômes de névralgie du nerf occipital peuvent varier en fonction de la forme de la maladie. Le principal signe du processus inflammatoire dans les processus nerveux est la douleur:

  • dans la zone occipitale - souvent pulsatoire, mais peut aussi souvent tirer;
  • ressemblant parfois à des migraines;
  • surtout ressenti d'un côté de la tête, beaucoup moins souvent des deux;
  • aggravé par les mouvements du cou et des touches légères sur la peau au niveau du site de la lésion;
  • surgissant parfois dans les yeux et au-dessus d'eux sous l'influence d'une lumière vive;
  • survenant pendant la toux ou les éternuements réguliers;
  • apparaissant même dans les oreilles ou la mâchoire inférieure.

Les mouvements de la tête nets et lisses, quelle que soit la direction, affectent l'intensité de la douleur, qui peut durer d'une seconde à plusieurs minutes. Dans certains cas, plus de 100 attaques de durées variables en 24 heures peuvent survenir..

Parallèlement aux maux de tête, vous pouvez voir:

  • frissons accompagnés d'une sensation caractéristique de "ramper" sur la peau;
  • pâleur et parfois légère cyanose de la peau;
  • engourdissement des membres supérieurs (les inférieurs ne sont pratiquement pas affectés);
  • une diminution ou une perte complète de sensibilité de la peau de l'occiput;
  • autres signes de troubles autonomes.

La névralgie du petit nerf occipital peut être accompagnée de:

  • sensibilité aiguë dans la zone affectée;
  • nausées et vomissements (rare)
  • inconfort accru pendant la palpation de la zone touchée;
    larmoiement.

Étant donné que de nombreux symptômes d'inflammation du nerf occipital sont similaires à des signes de migraine, un appel à un spécialiste (neurologue) est nécessaire dans tous les cas, car c'est le professionnalisme du médecin qui détermine la vitesse de détermination du diagnostic exact et de la préparation ultérieure d'un plan de traitement..

Méthodes de diagnostic

Pour le diagnostic et le traitement, des diagnostics complexes sont essentiels.

Le moyen le plus abordable et le plus efficace d'auto-diagnostiquer la névralgie est la pression sur certains points, accompagnée de poussées soudaines de douleur:

  • pour un gros nerf - entre la branche mastoïde et le tubercule occipital;
  • pour le petit nerf - au point Kerer à l'arrière du cou.

L'examen initial comprend la collecte des antécédents médicaux du patient et l'examen de la zone touchée. Ce n'est qu'après que cela peut être attribué:

  1. CT (tomodensitométrie) - permet d'examiner l'état des tissus et des os de la colonne cervicale et de déterminer la présence de pathologies.
  2. IRM (imagerie par résonance magnétique) - permet d'effectuer un examen détaillé des tissus mous.
  3. Radiographie - vous permet d'évaluer l'état du tissu osseux.

En plus des méthodes ci-dessus, une partie intégrante du diagnostic est un examen impliquant un neurologue et / ou un orthopédiste.

Après leur conclusion, un examen supplémentaire peut être prescrit, nécessaire pour clarifier le diagnostic et sélectionner les tactiques de traitement pour une personne en particulier, car les recommandations générales ne conviennent pas à tout le monde.

Traitement: méthodes de base et méthodes d'application

Le traitement de la névralgie du nerf occipital est plus efficace avec des soins médicaux en temps opportun. Plus les études nécessaires sont effectuées tôt, plus la probabilité qu'il soit possible de limiter la destination de certains médicaments et de se passer d'une intervention chirurgicale est élevée..

Les mesures pour le traitement de la névralgie du nerf occipital comprennent les méthodes suivantes:

Conservateur - leur objectif principal est d'éliminer la douleur et l'inflammation causées par le pincement:

  • limitation de l'activité physique (allonger davantage, marcher moins, etc.);
  • massage thérapeutique (professionnel ou auto-massage) - aide à soulager les spasmes et à améliorer la circulation sanguine à travers les vaisseaux de la zone endommagée;
  • échographie, traction vertébrale et autres types de manipulations physiothérapeutiques;
  • exercices de physiothérapie - aide à renforcer les tissus des muscles du cou et du dos, ce qui élimine les crampes musculaires;
  • Acupuncture - pour normaliser le métabolisme et le flux sanguin;
  • thérapie manuelle.

Médicaments - traitement de la principale cause de la maladie et élimination des symptômes à l'aide de produits pharmaceutiques:

  • anticonvulsivants;
  • sédatifs;
  • non stéroïdien - bloquant le processus inflammatoire;
  • relaxants musculaires - neutralisation de la souche des tissus musculaires;
  • stéroïde anti-inflammatoire;
  • anticonvulsivants et antidépresseurs;
  • d'autres médicaments, si les processus pathologiques du corps deviennent une source d'inflammation;

Chirurgical - sont utilisés en dernier, si l'inflammation du nerf occipital est chronique et n'est éliminée par aucune des méthodes conservatrices ou médicales.

Ces options incluent:

  • décompression microvasculaire - désactivation des nerfs pincés avec une diminution parallèle de leur sensibilité;
  • neurostimulation - le blocage du syndrome douloureux est assuré par l'implantation d'un capteur spécial capable de transmettre des impulsions électriques spécifiques.

C'est important de savoir! Le blocage du nerf occipital implique la nomination de stéroïdes anti-inflammatoires qui sont injectés sous la peau dans la zone touchée. Le type de médicament est prescrit par le médecin, en fonction de la forme sous laquelle se déroule la névralgie occipitale et des résultats des tests. Cette méthode est très efficace, les premiers signes de soulagement de la névralgie sont observés quelques minutes après l'administration du médicament, les attaques ultérieures deviennent moins intenses et prolongées. Il n'est pas recommandé d'utiliser cette technique sur une base continue, car cela peut entraîner des conséquences négatives pour la santé..

ethnoscience

Les méthodes de médecine alternative, avec lesquelles vous pouvez éliminer les symptômes et parfois guérir la névrite du nerf occipital, comprennent:

  • compresses (à base d'oignons, de pommes de terre, de raifort et d'autres ingrédients);
  • bains aux herbes (menthe poivrée, thym, huile d'épinette, etc.);
  • gouttes auriculaires (fabriquées indépendamment du jus de betterave);
  • infusions d'herbes (thé de millepertuis, lumbago ouvert).

Il est possible de réduire indépendamment les sensations désagréables à l'aide de l'auto-massage, qui doit être effectué avec des mouvements doux des doigts sur la zone touchée (circulaire, râteau, zigzag).

Il existe plusieurs recettes de remèdes populaires qui diffèrent par les composants et la durée du cours d'administration.

En utilisant des méthodes non traditionnelles, n'oubliez pas qu'elles ne peuvent montrer une efficacité élevée que si elles sont correctement combinées avec des méthodes traditionnelles.

Les conséquences de la maladie

Les conséquences d'un traitement intempestif de la névralgie peuvent être des complications sous la forme de:

  • la propagation du processus inflammatoire à d'autres organes;
  • céphalées occipitales incessantes dues à des changements pathologiques irréversibles des terminaisons nerveuses (neuropathie);
  • une forte baisse de la vision (parfois pour compléter la cécité);
  • torticolis, qui peut conduire à un handicap;
  • troubles mentaux qui se sont développés dans le contexte de la douleur continue.

Il est beaucoup plus difficile de gérer les conséquences que la cause de la maladie, car bien souvent ces processus sont irréversibles et ne peuvent pas être corrigés ou complètement éliminés. Les opérations neurochirurgicales et une longue période de rééducation sont parfois le seul moyen de récupérer, de reprendre son mode de vie habituel.

Prévention des maladies

Les moyens de prévenir la névralgie qui donnent le plus d'effet sont:

  • activité physique constante;
  • protection du cou contre les courants d'air, les basses températures;
  • entraînements systématiques et exercices de gymnastique avec un style de vie sédentaire;
  • apport régulier de complexes vitaminiques.

Ils ne garantissent pas qu'il sera possible d'éviter une maladie aussi désagréable, mais cela vaut la peine d'essayer, car les méthodes ci-dessus sont non seulement inoffensives, mais, au contraire, renforcent le corps.

Des informations détaillées sur la façon de traiter la névralgie occipitale ne peuvent être fournies par un spécialiste qu'après un examen approfondi. Il est préférable de ne pas s'engager dans le traitement de la névralgie, car cela peut ne pas atténuer l'évolution de la maladie, mais aggraver considérablement la situation..

Céphalées névralgiques

La douleur névralgique est paroxystique: de courtes attaques se succèdent, le patient souffre douloureusement pendant des heures et des jours.

Le deuxième trait distinctif est la présence de zones de déclenchement, ou déclencheur, dont l'irritation provoque une attaque (toucher, laver, raser, mâcher ou avaler des aliments, parler).

Le troisième signe caractéristique de cette douleur est son irradiation vers des sites voisins ou éloignés. La douleur est généralement perçante, coupante, brûlante ("comme la foudre" ou le "courant électrique" affecte le patient).

Au moment du paroxysme, le patient se fige, a peur d'ouvrir la bouche et de «cligner de nouveau des yeux», évite tout mouvement de la tête. Parfois, au contraire, le patient commence à frotter fiévreusement le point sensible avec sa main ou avec un objet.

Nous avons observé un patient atteint de névralgie de la première branche du nerf trijumeau, dans lequel, en frottant la peau lors d'une attaque avec un tampon de tissu de laine spécialement cousu, une racine des cheveux en retrait s'est formée dans la région frontopariétale.

La nature et la dynamique des paroxysmes, la localisation initiale dans la zone du visage facilitent la reconnaissance de la douleur névralgique; des difficultés surviennent lorsqu'un composant neuritique est attaché. Dans ce cas, les patients ressentent une douleur interparoxystique sourde, parfois avec une couleur sympathique, qui peut être localisée non seulement sur le lieu de l'événement (généralement sur le visage), mais aussi là où elle rayonne pendant le paroxysme. Chez certains patients, les zones d'irradiation atteignent non seulement le frontotopariétal, mais aussi la région occipitale. Au stade névritique, une douleur persistante sourde peut être la seule plainte..

La pathogenèse des céphalées névralgiques est différente. En premier lieu, la fréquence est la névralgie idiopathique, dont la nature reste floue, mais, bien sûr, est associée à une altération du fonctionnement des systèmes centraux de nociception et d'antinociception. C'est ce que L.G. Erokhina a appelé le «réflexe pathologique multi-neuronal central» - un terme témoignant de notre impuissance à essayer de comprendre la nature de la douleur faciale de la genèse centrale.

Des arguments indirects mais puissants en faveur de l'origine centrale («neuropathique») de la prosopalgie sont des tentatives infructueuses pour arrêter la prosopalgie avec un blocage périphérique de la novocaïne, la neurolyse alcoolique des branches du nerf trijumeau émergeant du crâne, et même lorsque le nœud gasser est détruit dans le meccel fossa et le nerf racinaire postérieur est coupé ( du nœud gasser au tronc).

Parallèlement au mécanisme neuropathique central, la cause de la prosopalgie peut certainement être des facteurs ischémiques de compression locaux - le «mécanisme tunnel». Ils peuvent être le résultat d'une exposition aux branches des nerfs V et IX de caractéristiques structurelles congénitales ou de lésions locales acquises aux endroits où passent les troncs et les branches de ces nerfs, dans les ouvertures osseuses et les canaux, dans les espaces étroits entre les structures osseuses et tendineuses..

Les ganglions et les nerfs du visage peuvent également être exposés à un effet toxique infectieux. La tunnellisation et les mécanismes de toxicité infectieuse par rapport au type central de prosopalgie peuvent être considérés comme un type périphérique de névralgie (neuropathie, ganglioneuropathie).

Les syndromes douloureux avec défaite des ganglions autonomes de la tête sont également particuliers. La localisation profonde de la douleur, l'irradiation dans la région fronto-orbitaire, temporopariétale ou parotide complique souvent le diagnostic. Dans certains cas, la névralgie crânienne «typique» peut longtemps rester la seule manifestation clinique d'une tumeur ou d'une arachnoïdite cérébrale. Avec la névralgie, un mal de tête de tension musculaire peut également se joindre, mais il ne «bloque» jamais le tir aigu et la douleur névralgique coupante.

Un mal de tête médicamenteux peut être le résultat d'un effet secondaire (souvent comme une «continuation de l'action principale») du médicament. Le mal de tête le plus connu après la prise de nitroglycérine, ce qui complique l'écoulement veineux de la cavité crânienne, provoquant une sensation de lourdeur et d'éclatement. Le dipyridamole, les inhibiteurs des canaux Ca de la série des dihydropyridines et une surdose d’a-bloquants provoquent également des maux de tête vasodilatateurs artériels et veineux. De nature différente, maux de tête avec abus et utilisation incontrôlée prolongée d'analgésiques.

Les mécanismes de mise en œuvre de ce mal de tête sont différents. Dans certains cas, il s'agit d'un type de syndrome de sevrage, c'est-à-dire à la fin de l'action du médicament analgésique pris, puis passe immédiatement la prochaine fois qu'il est pris. Dans d'autres cas, il s'agit d'une manifestation de dépendance pathologique (dépendance) aux analgésiques, plus souvent aux AINS, par exemple, à la suite d'une utilisation prolongée et de l'arrêt de l'indométhacine..

Un mal de tête similaire est possible chez les patients qui prennent de l'ergotamine, de la codéine, des triptans (sumatriptan, zolmitriptan, naratriptan) depuis longtemps. On l'appelle parfois abuseur, ricochet. Le mal de tête des symptômes de sevrage de la caféine est également connu parmi les amateurs de thé et de café forts lorsqu'il est impossible de boire encore et encore votre boisson préférée..

Les cas de dépendance pathologique obligent les patients à respecter l'interdiction de prendre le coupable. Au moment du sevrage du médicament habituel, il faut offrir au patient un autre remède, mieux indifférent ("factice").

Ainsi, l'analyse sémiologique permet de distinguer 5 principaux types de céphalées: vasculaire, tension musculaire (ou céphalée de tension), liquide céphalo-rachidien, toxique-infectieux et névralgique.
Chaque type est basé sur ses propres mécanismes pathogénétiques qui déterminent les caractéristiques cliniques de la douleur..

Nous pensons que l'isolement des principaux types est une condition indispensable au succès du diagnostic et du traitement pathogénique des maux de tête. Le dossier médical d'un mal de tête chez un patient souffrant d'hypertension, de dystonie végétovasculaire ou d'arachnoïdite cérébrale ne fournit aucune information sur son mécanisme..

Chez les patients présentant différentes formes nosologiques, le mécanisme des céphalées peut être le même et le traitement pathogénique des céphalées doit être identique. Au contraire, chez les patients ayant le même diagnostic nosologique, le mécanisme des céphalées peut être différent, cela doit être pris en compte lors de son traitement pathogénétique.

Il convient de souligner que, dans certains cas, nous avons affaire à une combinaison de mécanismes pathogénétiques, si un autre mécanisme rejoint le mécanisme principal initial lors d'une attaque ou lorsque la maladie se développe et qu'une autre composante du mal de tête apparaît (par exemple, un mal de tête rejoint une douleur vasculaire pendant la migraine). douleur de tension musculaire). Si vous reconnaissez correctement le principal mécanisme du mal de tête et prescrivez une thérapie adéquate en temps opportun, alors un mal de tête "secondaire" d'un autre type diminue, disparaît complètement ou n'a même pas le temps de se produire.

Dans d'autres cas, la combinaison de mécanismes de maux de tête est due à la pathogenèse particulière de la maladie sous-jacente. Ainsi, par exemple, avec la méningite dans la genèse des maux de tête, il y a une violation de la dynamique du liquide céphalorachidien, un œdème cérébral et une hypertension intracrânienne, une dilatation parétique des artères membraneuses, une obstruction de l'écoulement veineux et une violation des propriétés rhéologiques du sang en raison de la coagulation intravasculaire disséminée.

La violation de la perméabilité vasculaire provoque la sortie des substances vasoneuroactives et algogènes des vaisseaux. Avec une combinaison de différents mécanismes pathogéniques, seul un traitement combiné aide. Ainsi, un cinquième est ajouté aux quatre principaux types de maux de tête - un mal de tête de genèse mixte.

Classification pathogénique des céphalées

Les maux de tête ne sont qu'un symptôme subjectif qui accompagne diverses maladies. L'expression «maux de tête» ne peut pas être utilisée comme diagnostic. C'est peut-être la raison pour laquelle toutes les tentatives pour présenter une classification clinique des céphalées ont échoué..

Et cela n'est pas surprenant - après tout, il ne vient à l'esprit de personne de suggérer une classification clinique de la douleur dans une autre partie du corps. Imaginez une classification de la douleur au pied, au genou, à l'épaule. La classification d'autres symptômes d'autres maladies, comme la toux, l'essoufflement, la constipation ou la diarrhée, aurait été tout aussi ridicule.

La systématisation de ces symptômes est en réalité importante et nécessaire, mais uniquement dans le but de développer un algorithme de diagnostic adéquat qui vous permette de «faire» le bon diagnostic nosologique.

Les «Classification-1988» et «Classification-2003» proposés ne satisfont pas aux principales exigences scientifiques et théoriques des constructions de classification - une seule base. Ils ne répondent pas aux exigences de la pratique, car ils n'aident pas le médecin à reconnaître le mécanisme des maux de tête et à choisir un traitement pathogène.

Le célèbre neurologue américain D.J. Dalessio (1981) note que l'expansion de la recherche, l'apparition de revues spéciales et des colloques annuels conduisent à des progrès significatifs dans l'étude des maux de tête. Au cours de ce travail, des approches pathogénétiques ont été formulées qui reflètent adéquatement l'évaluation clinique des types de maux de tête avec des formes nosologiques manifestement différentes (du point de vue de l'étiologie et de la pathogenèse).

Tout cela donnait espoir de progrès dans le classement des maux de tête. Cependant, poursuit-il, «ces dernières années, cette tendance a été masquée par ceux qui ont diffusé le problème à maintes reprises dans des formulations vagues, déversant ensemble différents types de maux de tête, et confondant complètement le problème..

La tâche de l'étude clinique des maux de tête est aussi simple que le travail de laboratoire d'un chercheur débutant: plus les différents types et formes cliniques de maux de tête sont décrits et déterminés avec plus de soin et de différence, plus tôt le médecin établira le diagnostic correct et le patient pourra, espérons-le, recevoir une thérapie adéquate. ».

À notre avis, la solution découle de la formulation même du problème. Pour résoudre ce problème, les types pathogènes de maux de tête doivent être classés et non les maladies dans lesquelles ils surviennent doivent être répertoriés. L'analyse ci-dessus des mécanismes des maux de tête suggère que le principe pathogénétique peut servir de base adéquate pour une telle classification.

La classification distingue 5 principaux types de maux de tête, qui sont fondamentalement différents les uns des autres par le mécanisme d'apparition, et un type mixte de maux de tête, en raison d'une combinaison de facteurs pathogénétiques (voir tableau).

Nous pensons qu'une telle classification satisfait à la fois aux exigences théoriques et pratiques. Du point de vue des études théoriques, elle indique la direction d'une étude approfondie de la pathogenèse des maux de tête de chaque type.

Cette tâche se limite à l'étude des mécanismes de régulation centrale, l'interaction des systèmes médiateurs du cerveau, l'appareil récepteur de ces systèmes, les mécanismes de médiation et de modulation synaptiques, ainsi que les problèmes de pharmacologie clinique qui étudient les possibilités de régulation des médicaments: fonctions du SNC et, en particulier, nociception et analgésie.

D'un point de vue pratique, cette classification vise à l'établissement initial du type pathogène de céphalées selon une caractéristique sémiologique.

Traitement de la névralgie

La névralgie est un syndrome de douleur aiguë de nature paroxystique et se produisant le long du nerf affecté.

Dans la plupart des cas, ce syndrome douloureux est une conséquence de l'ostéochondrose de la colonne vertébrale, des anomalies du développement du crâne, du zona.

Les sensations de douleur sont souvent d'un degré élevé, elles nécessitent donc un traitement rapide. Nous discuterons des symptômes de l'inflammation nerveuse sur les côtés droit et gauche, le traitement de la névralgie chez les hommes et les femmes dans l'article.

Causes et manifestations de la maladie

La névralgie peut avoir une localisation différente. Les types de névralgie les plus courants et leurs principales manifestations:

  • Intercostal - douleur aiguë de tir le long de l'espace intercostal, aggravée par la respiration profonde et le moindre mouvement, douleur lors de la pression le long de l'espace intercostal.
  • Nerf trijumeau - douleur le long d'une de ses branches, sensation de rampement dans cette zone.

    Localisation de la douleur: la moitié du front avec des dommages à la première branche; la zone allant de la fissure palpébrale à la lèvre supérieure est la deuxième branche; menton et région de la lèvre inférieure - troisième branche.

  • Nerf cutané externe de la cuisse - mal de dos et brûlure le long de la surface externe de la cuisse.
  • Nœud ptérygo-palatin - douleur dans le palais, les tempes et les yeux.
  • Le nerf glossopharyngé - inconfort dans l'oreille, le pharynx et la mâchoire inférieure du côté affecté.
  • Nerf occipital - brûlure dans le cou et les tempes.
  • En règle générale, la douleur avec névralgie survient soudainement, parfois après une exposition à des facteurs provoquants:

    • avec névralgie du tronc et des membres - haltérophilie, mauvaise posture de sommeil;
    • pour névralgie de la zone du visage - dents carieuses, herpès, hypothermie de la zone nerveuse.

    Le syndrome douloureux avec névralgie à droite et à gauche n'est pas différent.

    Quel médecin contacter?

    La douleur neurologique est traitée par un neurologue. Lors de la prise de contact, un spécialiste effectue:

  • inspection visuelle;
  • tests fonctionnels;
  • prescrit une radiographie ou une imagerie par résonance magnétique du crâne ou de la colonne vertébrale.
  • De plus, l'herpès zoster est souvent la cause de la névralgie. Si des éruptions vésiculaires caractéristiques sont détectées le long du nerf, le médecin peut prescrire un test sanguin pour déterminer les anticorps contre le virus de la varicelle.

    La consultation d'un spécialiste de ce syndrome douloureux est obligatoire, notamment en ce qui concerne la névralgie intercostale. Selon l'emplacement, cela peut ressembler à une maladie cardiaque (lire ici comment distinguer les douleurs cardiaques de la névralgie), aux coliques rénales, à une crise de cholécystite et de pancréatite.

    Parfois, la névralgie est de nature atypique, ce qui peut nécessiter l'enregistrement d'un électrocardiogramme ou un examen échographique de la cavité abdominale.

    Comment soulager une crise de douleur aiguë: premiers secours

    Que faire d'une crise aiguë de névralgie? Pour un soulagement rapide de la douleur, les fonds du groupe des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens conviennent.

    Ceux-ci inclus:

    • Ketonal;
    • Diclofénac;
    • Indométhacine;
    • Ketorol;
    • Ibuprofène et al.

    La douleur dans la demi-heure après avoir pris, en règle générale, disparaît. Cependant, arrêter la douleur avec des analgésiques n'est pas une raison pour reporter une visite chez le médecin.

    Comment traiter?

    Selon la gravité du syndrome douloureux, différentes méthodes sont utilisées pour le traitement de la névralgie:

    Thérapie médicamenteuse

    Comment faire face à la névralgie avec des médicaments? Pour le traitement des douleurs névralgiques, une pharmacothérapie complexe est utilisée, y compris les groupes de médicaments suivants:

  • médicaments anti-inflammatoires pour soulager la douleur (Ketonal, Diclofenac, etc.);
  • relaxants musculaires pour la relaxation des muscles intercostaux (Sirdalud, Midokalm);
  • produits combinés contenant des vitamines B pour la restauration des nerfs intercostaux endommagés (Neuromultivite, Milgamma);
  • antidépresseurs (amitriptyline, duloxétine) et anticonvulsivants (finlepsine) pour soulager la douleur.
  • Le dernier groupe de médicaments mérite une attention particulière. Avec une douleur intense (en particulier avec une névralgie fréquemment récurrente), les médicaments du groupe diclofénac n'apportent parfois qu'un soulagement temporaire. Dans ces cas, les neurologues prescrivent de la carbamazépine (finlepsine).

    Initialement, le médicament n'était utilisé que pour le traitement de l'épilepsie, mais plus tard, il a été noté que cet outil est très efficace dans la douleur causée par des dommages ou une inflammation des fibres nerveuses.

    Par conséquent, Finlepsin est actuellement largement utilisé pour éliminer la névralgie de diverses localisations, mais ce médicament est vendu strictement selon une prescription..

    Avec un syndrome douloureux léger avec des dommages aux nerfs du tronc et des membres, parfois les médicaments locaux suffisent.

    Quoi d'autre est prescrit pour la névralgie? Appliquer des onguents à base d'agents anti-inflammatoires:

    • avec du diclofénac (Voltaren, Ortofen);
    • avec du cétonol (Ketonal);
    • méloxicam (Movalis) et autres.

    La pommade doit être soigneusement frottée directement dans la zone douloureuse.

    Méthode chirurgicale

    La chirurgie n'est pas le traitement de choix pour la névralgie. Cependant, des traitements chirurgicaux existent et sont utilisés dans des cas particuliers..

    Le traitement chirurgical du syndrome névralgique est utilisé pour les douleurs persistantes de plus de six mois, qui ne peuvent pas être éliminées par d'autres méthodes.

    Une autre indication pour la chirurgie est la parésie (paralysie) des muscles innervés qui se produit en raison de la compression des racines de la hernie intervertébrale ou des fibres nerveuses crâniennes lors d'anomalies dans la structure du réseau vasculaire du cerveau.

    Types d'aides chirurgicales pour la névralgie du nerf cutané intercostal et externe de la cuisse:

    1. Laminectomie - une aide chirurgicale pour éliminer la pression des racines des nerfs.
    2. Discectomie - réalisée avec de grandes hernies intervertébrales.
    3. Arthrodèse - une opération consistant à installer un implant métallique dans la hernie intervertébrale.

    Le traitement chirurgical est très efficace, mais nécessite une rééducation à long terme (généralement au moins six mois), l'exclusion de l'activité physique et de l'haltérophilie.

    Une cause fréquente de névralgie récurrente du nerf crânien est la compression de leurs fibres par des vaisseaux anormaux. Dans ce cas, une décompression microvasculaire chirurgicale des nerfs est effectuée..

    Physiothérapie

    Quoi d'autre aide à la névralgie autre que les médicaments? Les méthodes physiothérapeutiques sont assez efficaces et sûres, peuvent être utilisées pour la douleur aiguë et pendant la période d'exacerbation..

    Pour la douleur aiguë, les méthodes suivantes sont utilisées:

  • Électroanalgésie transcrânienne. Cette méthode consiste à l'effet des courants sur les zones du cerveau qui sont responsables de la perception de la douleur, à réduire progressivement l'intensité de la douleur, sans affecter directement sa source;
  • Échographie ou électrophorèse avec analgésique. Ces traitements aident à administrer les analgésiques directement dans la zone touchée..
  • Pendant la période d'affaissement de l'exacerbation, les méthodes suivantes sont utilisées:

    1. Magnétothérapie - un champ magnétique alternatif est créé sur la zone affectée, améliorant le métabolisme et les processus de récupération dans les fibres nerveuses.
    2. Darsonvalization - une méthode d'application de décharges électriques ponctuelles qui améliorent la circulation sanguine dans la zone d'inflammation.
    3. Massage - une méthode de traitement qui vous permet de détendre les muscles tendus.
    4. Paraffine. Les applications de cette substance sur la zone affectée peuvent réduire la douleur et accélérer le processus de réparation des nerfs endommagés.

    Ces méthodes de traitement ne sont pas recommandées avant la disparition de la douleur aiguë, car leur utilisation entraîne une augmentation du flux sanguin dans la zone touchée, ce qui peut provoquer une augmentation de la douleur.

    Almag

    Une bonne alternative à l'équipement des cliniques médicales est l'appareil Almag. C'est un analogue à domicile de la magnétothérapie, prend peu de place, est facile à utiliser. Cette unité peut être utilisée indépendamment. Il convient de rappeler que son utilisation n'est pas recommandée jusqu'à ce que la douleur intense disparaisse..

    Comment guérir à la maison?

    Comment et avec quoi traiter la névralgie à la maison? Une méthode efficace de traitement à domicile est l'utilisation de pommades, de médicaments (mais uniquement après la nomination d'un médecin), il est également pratique d'utiliser Almag.

    Une autre façon est la physiothérapie. Il convient de noter que la gymnastique est le principal moyen de prévenir la douleur dans l'ostéochondrose pendant la période interictale.

    Exercice et gymnastique

    Pendant une période de douleur intense avec névralgie intercostale, il est recommandé d'effectuer une relaxation post-isométrique: cette méthode consiste à effectuer des exercices spéciaux pour la tension d'un groupe musculaire malade. Après une tension importante, les fibres musculaires se relâchent, ce qui entraîne une diminution voire une élimination complète du syndrome douloureux.

    Méthodologie:

  • Position de départ - assis.
  • L'avant-bras de la main endolorie est placé sur le dessus de la tête, la main vers le bas.
  • La main opposée doit saisir le poignet de la main endolorie.
  • Dans cette position, vous devez forcer la partie la plus douloureuse de la poitrine, en sirotant la main avec une main saine.
  • La position de la tension maximale doit être maintenue pendant 10 à 15 secondes, après quoi vous devez vous détendre. La douleur après plusieurs répétitions s'apaise.
  • Dans la période interictale, vous pouvez utiliser le complexe suivant pour des exercices quotidiens pour la névralgie:

    1. Basculez les bras droits vers les omoplates. Effectuez au moins 10 fois.
    2. Joignez vos mains derrière votre dos dans la serrure et soulevez progressivement jusqu'à la butée.
    3. Saisissez les pinceaux devant le château, tournez vos paumes vers l'avant et tirez, en arrondissant la colonne vertébrale.
    4. Chat d'exercice. Debout sur le sol à quatre pattes pour faire une déviation profonde de la colonne vertébrale lorsque vous inspirez, puis que vous expirez autour de la colonne vertébrale. Répétez 8-10 fois.
    5. En position couchée sur le sol, tirez alternativement une jambe pliée au genou vers l'estomac.
    6. Squats profonds avec un dos droit. Le nombre d'approches individuellement. Non recommandé pour les problèmes de genou..

    La gymnastique avec névralgie n'est pas utilisée pour les dommages aux fibres nerveuses crâniennes.

    Recettes folkloriques

    Sinon, comment traiter la névralgie? Il existe de nombreuses recettes sur Internet pour éliminer la névralgie, mais la plupart d'entre elles sont complètement inutiles. Les seules méthodes populaires efficaces pour se débarrasser de la névralgie de l'ostéochondrose sont les agents chauffants:

  • enduits à la moutarde
  • onguents à base de venin de serpent;
  • onguents au venin d'abeille.
  • Ces médicaments ont des effets anti-inflammatoires, soulagent l'enflure et la douleur..

    Vous ne devez pas appliquer ces fonds sur le visage avec des dommages aux fibres nerveuses crâniennes. La mise en place de pansements de moutarde sur la région du cœur, la colonne vertébrale, la zone des glandes mammaires chez la femme est interdite.

    Est-il possible de se débarrasser rapidement d'une maladie?

    Dans la plupart des cas, la douleur passe rapidement. Afin de s'en débarrasser à la vitesse la plus élevée, il est nécessaire d'effectuer un traitement médicamenteux complexe selon les directives d'un médecin.

    La névralgie est un syndrome douloureux désagréable qui peut cependant être contrôlé efficacement.

    Médicaments pour se débarrasser de la névralgie: pilules et injections efficaces

    La névralgie est caractérisée par le développement d'un processus pathologique dans les nerfs périphériques. La défaite des tissus mous entraîne l'apparition de douleurs d'intensité variable. Les patients ressentent...

    Le "Almag" magique pour le traitement de la névralgie: les secrets de l'utilisation

    À l'heure actuelle, divers dispositifs sont utilisés dans le traitement des troubles liés aux lésions nerveuses en neurologie. Surtout largement, ils se sont établis...

    TOP-9 onguents efficaces pour la névralgie

    Les pommades pour le traitement de la névralgie sont utilisées en parallèle avec la principale thérapie médicamenteuse avec des préparations orales. Les moyens pour l'application externe aident à éliminer rapidement...

    Instructions d'utilisation: comment Finlepsin va aider avec la névralgie?

    La finlepsine (carbamazépine) appartient au groupe des anticonvulsivants. Il est souvent utilisé dans la pratique médicale comme anesthésique chez les patients atteints de...

    Recettes de grand-mère: est-il possible de traiter la névralgie avec des remèdes populaires?

    Les remèdes populaires aident bien à combattre différents types de névralgies. Dans l'article, nous parlerons des plus efficaces, vraiment utiles et…