logo

Que faire quand les orteils font mal

Une douleur continue dans les orteils cause une grande gêne à une personne, limite sa mobilité et affecte considérablement la qualité de vie. Cela peut être le premier signe d'une maladie. Vous ne devez pas aggraver le problème, il est préférable d'établir immédiatement la cause de la douleur. Un accès rapide à un médecin permettra à un spécialiste de choisir un traitement efficace et de se débarrasser de l'inconfort.

Les causes de la douleur

Avant de commencer le traitement, vous devez établir la cause de la douleur. Le plus souvent, les orteils font mal en marchant. Cela peut être un signal que certains troubles ont commencé à se produire dans le corps ou directement dans les tissus des jambes..

Maladies possibles

  1. Goutte. Il se manifeste par une inflammation de l'articulation du gros orteil dans le contexte d'une violation du métabolisme de l'acide urique. La maladie se déroule par vagues, avec des périodes d'exacerbations et de rémissions. Les exacerbations surviennent souvent la nuit et sont provoquées par l'utilisation de certains aliments (viande, vin rouge, etc.). La douleur est le résultat d'un gonflement des articulations et de dommages à la membrane synoviale avec des terminaisons nerveuses situées à l'intérieur. Par conséquent, si la base du pouce est saccadée et douloureuse, ne tirez pas sur la visite chez le médecin.
  2. L'athérosclérose est une maladie chronique des vaisseaux sanguins, qui se manifeste par le dépôt de plaques de cholestérol sur leurs parois. Ils obstruent le vaisseau, obstruant le mouvement du sang. Pour cette raison, les tissus des membres ne reçoivent pas suffisamment d'oxygène et de nutriments, ce qui entraîne des douleurs. Habituellement, une personne ressent d'abord une sensation de picotement, puis une douleur aux orteils. Après un arrêt forcé, la douleur disparaît généralement. La douleur peut être aggravée à basse température en raison d'un vasospasme supplémentaire..
  3. La thromboembolie est une condition pathologique dans laquelle un thrombus se détache de l'endroit auquel il était précédemment attaché, est emporté par la circulation sanguine plus loin dans la circulation sanguine et obstrue le vaisseau sanguin. La source de caillots sanguins qui peuvent obstruer les artères des orteils sont les cavités gauches du cœur, de l'aorte et des artères iliaques. Le syndrome douloureux dans la thromboembolie des artères des orteils est causé par l'état de privation aiguë d'oxygène des tissus mous de ces parties du corps. Dans la plupart des cas, un seul doigt est affecté. Si la cause n'est pas éliminée, après la première thromboembolie, répétée, affectant les orteils restants peut suivre. Si vous vous demandez pourquoi le deuxième orteil se casse, il est préférable de contacter un spécialiste.
  4. L'arthrite est une inflammation qui provoque des douleurs dans un ou plusieurs doigts, selon la forme de la maladie. L'arthrite réactive se caractérise par une lésion principalement du gros orteil et, à mesure que la maladie progresse, les articulations des phalanges restantes des doigts commencent à s'enflammer. La douleur se manifeste généralement complètement la nuit. Au pied gauche, la douleur est plus prononcée qu'à droite. Si votre pouce ne se plie pas et ne fait pas mal, la cause peut être l'arthrite.
  5. Hallux valgus, oignon. La maladie se manifeste par un déplacement vers l'intérieur du premier os métatarsien, ainsi qu'une déviation vers l'extérieur de la première phalange du pouce. Avec la progression de la maladie et sans la fourniture de soins médicaux appropriés, le pouce peut croiser le deuxième orteil, passer en dessous ou au-dessus, et la tête du premier os métatarsien dépasse encore. Cette maladie est l'une des premières places parmi les maladies des orteils..
  6. Le névrome de Morton est un type de maladie assez courant, qui se manifeste sous la forme d'un épaississement du nerf du pied et s'accompagne de douleurs désagréables. Le neurinome du pied est localisé principalement entre le troisième et le quatrième orteil, tandis qu'une lésion unilatérale du nerf se produit. Ce n'est que dans de très rares cas que le bilatéral est possible. Les patients se plaignent généralement de douleurs aiguës et aiguës et de brûlures entre le troisième et le quatrième orteil, d'inconfort lors de la marche, de picotements dans les doigts.

Blessures

La cause de la douleur dans les orteils peut être non seulement des maladies, mais aussi diverses blessures.

  1. L'entorse survient en raison d'un traumatisme dans lequel un mouvement dans l'articulation s'est produit au-delà de la plage acceptable. En conséquence, la charge entière tombe sur l'appareil ligamentaire, qui est généralement étiré, et lors d'un impact critique - se casse. Immédiatement après l'étirement, une vive douleur est ressentie. Souvent, il y a un œdème instantané dans la zone d'étirement, qui est causé par la rupture de l'un des vaisseaux sanguins.
  2. L'étirement des tendons tendineux est le plus souvent le résultat d'une charge excessive sur ces parties du corps chez les personnes non formées. En conséquence, un tendon est étiré, ce qui lors de l'élargissement microscopique se manifeste par de nombreuses petites ruptures de fibres du tissu conjonctif. Étant donné que les terminaisons nerveuses sont également situées entre les fibres, elles sont également détruites, ce qui provoque d'abord des sensations douloureuses. Après un certain temps, ces douleurs deviennent constantes et sourdes, ce qui est associé à une augmentation de l'œdème autour du tendon endommagé.
  3. Ecchymoses, fractures. Les blessures les plus complexes entraînent des fractures ouvertes et fermées à fragments multiples avec écrasement des tissus mous. Les blessures de gravité modérée entraînent souvent des fractures ou des fissures linéaires fermées, accompagnées d'ecchymoses des tissus mous. Les blessures légères sont généralement limitées aux blessures des tissus mous avec des dommages mineurs à la peau. Le syndrome douloureux varie en fonction des structures endommagées. Par exemple, avec une fissure au petit doigt, les victimes ressentent invariablement de la douleur, l'apparition d'un œdème, parfois une rougeur ou un bleuissement du doigt, une violation de ses fonctions motrices. La durée du syndrome douloureux dépend également de la gravité des dommages, car elle affecte directement la durée du processus inflammatoire..

Méthodes de diagnostic

Pour savoir ce que les orteils font mal, vous devez consulter un médecin. Il faut être prêt à décrire la nature de la douleur. Il peut être tranchant, terne, brûlant, lancinant, perçant. Il est utile d'observer l'intensité de la douleur. S'il change, à quel moment de la journée il s'intensifie et diminue, quels facteurs peuvent affecter cela. Si le matin vous vous sentez les orteils raides, faites attention au moment où il passe.

Il est important que le médecin sache depuis combien de temps vous ressentez de la douleur, comment elle s'est manifestée pour la première fois, ce qui l'a provoquée et s'il y a eu des blessures. Assurez-vous d'informer le spécialiste des symptômes qui accompagnent la douleur. Il peut s'agir de frissons, d'éruptions cutanées, de bouche sèche, de contractions musculaires, etc..

D'après les tests de laboratoire, un médecin peut avoir besoin d'un test sanguin. Général - pour déterminer les processus inflammatoires dans le corps, l'intoxication, le processus malin de la moelle osseuse. Biochimique - pour vérifier les tests rhumatismaux, pour exclure le processus de destruction du tissu osseux ou des fibres musculaires.

Des diagnostics instrumentaux, radiographie, échographie, dopplerographie des vaisseaux des membres inférieurs, tomodensitométrie, imagerie par résonance magnétique peuvent être prescrits.

Dans quel cas dois-je consulter un médecin et à quel spécialiste? Cela dépend de la nature de la douleur:

  • le traumatologue traite les entorses, les tendons, les fractures, les ecchymoses, les brûlures, les engelures,
  • vous devez contacter un rhumatologue si vous soupçonnez une polyarthrite rhumatoïde, une goutte, une périartérite noueuse,
  • physiothérapeute se remet des ecchymoses et des fractures,
  • visitez le chirurgien si athérosclérose, thromboembolie des artères des orteils, déformation de l'hallux valgus du pouce, le névrome de Morton est possible.

Méthodes de traitement

Alors, que faire si un orteil est douloureux? Les méthodes de traitement dépendent de la cause de la douleur et peuvent varier du repos normal et des appareils orthopédiques à la chirurgie. Dans chaque cas, ils sont sélectionnés individuellement.

Traitement médical

La thérapie consiste à prendre des médicaments qui peuvent arrêter la douleur, soulager l'inflammation, réduire l'enflure et d'autres symptômes désagréables. La nomination des médicaments est effectuée uniquement par un spécialiste, en tenant compte de la maladie à l'origine de la douleur:

  • Pour éliminer la douleur, des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont généralement prescrits, tels que & # 171, Diclofenac & # 171,, & # 171, Indomethacin & # 187,. En règle générale, ils sont prescrits par voie intraveineuse ou intramusculaire afin de ne pas irriter la muqueuse gastrique et d'obtenir un effet cicatrisant plus rapidement. L'application locale de ces fonds peut être considérée uniquement comme un supplément, car l'efficacité des onguents et des gels est extrêmement faible,
  • pendant les périodes d'exacerbation de l'arthrose, des corticostéroïdes hormonaux sont utilisés - & # 171, Hydrocortisone & # 171,, & # 171, Diprospan & # 187, intra-articulaire. Des chondroprotecteurs et # 8212 sont également prescrits, des substances qui aident à restaurer le cartilage et à augmenter la qualité du liquide synovial. Il s'agit notamment de & # 171, Chondroitin Sulfate & # 187, et & # 171, Glucosamine & # 187,. Leur caractéristique est une longue réception jusqu'au premier effet,
  • médicaments à base d'acide hyaluronique (& # 171, Hyastat & # 187,, & # 171, Dyrolan & # 187,, & # 171, Ostenil & # 187,, & # 171, Hialart & # 187,, & # 171, Sinokrom & # 187,, & # 171, Fermatron & # 171,) sont utilisés dans le traitement de l'arthrite. Il fait partie du tissu conjonctif et forme la membrane des cellules du cartilage articulaire. Les médicaments sont administrés par voie intra-articulaire..

Remèdes populaires

Après avoir consulté un spécialiste, vous pouvez essayer de réduire la douleur à l'aide de méthodes traditionnelles..

  1. Avec les douleurs articulaires et musculaires, la teinture de consoude aide bien. Versez une cuillère à soupe de racine écrasée de la plante avec un litre de vodka et maintenez dans un endroit sombre pendant trois semaines. Après cela, la teinture doit être filtrée et diluée avec de l'eau jusqu'à ce qu'un volume total de 3 litres soit obtenu. Vous devez prendre une cuillère à soupe 3 fois par jour 10 à 15 minutes avant les repas pendant un mois. Pour améliorer l'effet, appliquez du radis noir sur un point sensible, râpé sur une râpe grossière.
  2. Pour les crampes musculaires, du jus d'aloès mélangé à des huiles peut être utilisé. À parts égales, mélanger le jus d'aloès et l'huile de menthol, les clous de girofle, l'eucalyptus, le camphre (ces huiles peuvent être achetées à la pharmacie). Frottez le produit deux à trois fois par jour dans des endroits douloureux. Superposition en laine pour plus de chaleur.
  3. Si le bout de vos doigts est très douloureux, essayez de préparer un mélange cicatrisant de moutarde et de vin. Dans 250 g de vin chaud rouge, ajoutez deux cuillères à soupe de moutarde. Bien mélanger jusqu'à consistance lisse. Humidifiez un chiffon doux dans le produit, pressez le jus et appliquez pendant 10-20 minutes.

Physiothérapie

Les exercices thérapeutiques sont généralement utilisés en combinaison avec un traitement médical. L'exercice aide à améliorer la circulation sanguine, étirant l'appareil musculo-ligamentaire. Il est important de les effectuer régulièrement..

  1. Tenez-vous comme si vous veniez de faire un pas avec votre pied droit. Placez votre pied gauche de sorte que la surface supérieure des doigts repose sur le sol. Verrouillez le pied dans cette position pendant 10 à 15 secondes.
  2. Asseyez-vous sur une chaise, saisissez votre pied avec votre main et insérez vos orteils entre chaque orteil. Tirez vos orteils sur les côtés pendant au moins 30 secondes. Répétez avec l'autre jambe..
  3. Debout sur le sol, levez-vous sur les orteils, restez dans cette position pendant 10 secondes, puis revenez à sa position d'origine.
  4. Et vice versa: le talon reste au sol et les orteils remontent. Maintenez la position pendant 10 secondes et revenez à la grille d'origine.

Très bien aide à faire face au problème de la douleur dans les orteils du massage. Il s'agit d'une option simple et abordable qui fonctionne à la maison. Chaque doigt doit être massé et l'oreiller et l'articulation sont impliqués. Le mouvement s'effectue en longueur et en largeur. Techniques appliquées telles que mouvements circulaires, picotements, caresses intenses et faibles, frottements en demi-cercle. Le massage des orteils doit commencer en direction de la plaque de l'ongle, en se déplaçant progressivement vers sa base. Toutes les manipulations doivent être continues.

Méthodes de prévention

Afin de ne pas vous soucier des causes et du traitement de la douleur au gros orteil, il est nécessaire de suivre des règles de prévention simples:

  • Choisissez vos chaussures avec soin, elles ne devraient pas vous serrer les pieds. Les femmes ne devraient pas abuser du port de chaussures à talons hauts.,
  • Faites attention à l'hygiène des pieds. Lavez-les quotidiennement, utilisez diverses crèmes et sprays,
  • acheter des chaussettes faites de matériaux de qualité,
  • en cas de dommages aux jambes, prévenir l'infection,
  • faites régulièrement de l'exercice ou faites des exercices spéciaux. Les experts recommandent la course, le vélo, le ski, la piscine et la marche. Il est très pratique d'utiliser des chaussures de sport ou des semelles orthopédiques spéciales,
  • mange bien. Inclure des produits enrichis en vitamines et micronutriments.

Conclusion

Si vous rencontrez un problème tel qu'une douleur aux orteils, ne retardez pas la visite chez un spécialiste. Les causes de la douleur peuvent être multiples. Ne souffrez pas d'inconfort, car au fil du temps, cela peut causer beaucoup de problèmes. Analysez la nature de la douleur et décidez avec quel médecin prendre rendez-vous. Suivez toutes ses recommandations.

N'oubliez pas les mesures préventives: faites du sport, portez uniquement des chaussures confortables, utilisez des semelles orthopédiques, respectez un mode de vie sain.

Douleur aux orteils: causes d'un symptôme désagréable

La douleur dans les orteils, si elle est suffisamment forte, peut interférer avec le mode de vie normal d'une personne. Les causes de ce symptôme vont de totalement inoffensif, avec un traitement approprié des conditions, aux pathologies qui menacent directement la vie d'une personne.

Les causes

La liste des maladies pour lesquelles ce symptôme est caractéristique est la suivante:

La douleur localisée dans le gros orteil du pied droit peut indiquer la goutte, une augmentation des sensations désagréables lors de la marche - une maladie du nerf interdigital.

Arthrite

Arthrite des orteils - le nom commun pour les lésions des articulations interphalangiennes des pieds. Les formes d'arthrite indépendantes dans lesquelles les orteils peuvent être douloureux comprennent:

De plus, l'arthrite peut être le symptôme d'un certain nombre de pathologies de nature variée (hépatite, chlamydia, maladie de Lyme, psoriasis, etc.). Dans le même temps, une personne peut ne pas faire attention à la douleur des orteils, car elle est masquée par d'autres symptômes plus prononcés.

Les personnes à risque d'arthrite sont:

  • Ceux qui sont debout depuis longtemps
  • Avoir augmenté le poids corporel
  • Les personnes âgées
  • Doigt blessé ou opéré
  • Ayant des pathologies héréditaires des os et des articulations
  • Porter des chaussures inconfortables, contraindre les orteils, ce qui conduit à leur position non naturelle et, à l'avenir, à la déformation des articulations. Les femmes qui portent des chaussures à talons hauts avec un orteil étroit ont tendance à souffrir.

Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune caractérisée par des dommages au tissu conjonctif et conduisant, entre autres, à la déformation des petites articulations. Cette condition est caractérisée par:

  • La propagation de sensations désagréables dans tous les doigts du membre
  • Paroxystique: une augmentation significative de la gravité de la maladie la nuit ou tôt le matin
  • Forte intensité de la douleur au moment de l'attaque et en appuyant sur les coussinets plantaires.

La polyarthrite rhumatoïde juvénile est particulièrement distinguée, qui est diagnostiquée chez les enfants de moins de 16 ans et pour laquelle un processus inflammatoire systémique est caractéristique sous toutes ses formes.

Arthrite septique

L'arthrite septique a une nature infectieuse - fongique ou bactérienne (staphylocoque ou streptocoque). De telles lésions des petites articulations sont rares: l'agent pathogène est introduit en même temps que le flux sanguin, et les articulations du genou et des hanches sont généralement affectées. La maladie présente les symptômes suivants:

  • Localisation dans une articulation touchée
  • Gêne accrue à la marche
  • Restriction de mouvement de l'orteil affecté.

La forme chronique de l'arthrite septique est causée par une bactérie Mycobactérium tuberculosis (bacille tuberculeux) ou des champignons Candida albicans (agent causal de la candidose).

Arthrite post-traumatique

Cette pathologie est la conséquence d'un traumatisme de toute nature. En conséquence, en règle générale, la monoarthrite se développe (inflammation d'une articulation).

Ostéoarthrose

L'arthrose (arthrose, arthrose) est une maladie articulaire inflammatoire dans laquelle se produisent des modifications dégénératives du tissu cartilagineux. La nature de la douleur dans les orteils avec cette maladie change avec sa progression:

  • Le stade initial de l'arthrose est caractérisé par une douleur inexprimée qui se produit lors de la marche et, en général, avec une charge importante sur l'articulation touchée
  • La deuxième étape se caractérise par une douleur perceptible avec une augmentation de la charge, souvent accompagnée d'un craquement sec dû au frottement des os
  • Pour la troisième étape - aiguë, passant uniquement au repos, accompagnée d'une déformation articulaire importante et d'une mobilité limitée.

Goutte

L'arthrite aiguë ou polyarthrite est l'une des étapes par lesquelles passe le développement de la goutte - une maladie causée par des dépôts de sels d'acide urique (urates) dans les tissus du corps. La nature de la douleur des doigts dans la goutte est la suivante:

  • Douleur pressive d'intensité élevée ou moyenne
  • Douleur au gros orteil, moins souvent - localisation dans l'autre articulation
  • La survenue d'attaques la nuit ou tôt le matin et l'amélioration l'après-midi.

Au quotidien, cette pathologie est souvent mêlée d'arthrose du gros orteil. Il convient de rappeler que la goutte progressive se caractérise par la formation de tofus - petits nodules sous-cutanés jaunâtres (granulomes).

La pseudo-goutte (arthropathie pyrophosphate) - une variété prononcée de chondrocalcinose - a d'autres raisons (dépôts de pyrophosphate de calcium Ca2P2O7). Ses symptômes sont généralement les mêmes, mais l'intensité de la douleur est généralement plus faible. Dans de rares cas de douleur, cette maladie ne se produit pas du tout.

Névrome de Morton

Le névrome de Morton est une tumeur bénigne du nerf interdigité du pied. Avec cette maladie, on observe:

  • Douleur intense, parfois aiguë ou lancinante dans les orteils avec brûlures ou picotements concomitants
  • L'intensification de la douleur et la perte simultanée de sensibilité des doigts lors de la marche avec des chaussures et la disparition ou la réduction de ces symptômes après leur retrait.

Diabète

La douleur aux orteils dans le diabète sucré fait partie intégrante du développement en l'absence de traitement adéquat du syndrome d'arthrose diabétique (pieds de Charcot), dans lequel il existe:

  • Ostéoporose et ostéolyse, conduisant à une déformation du pied, et finalement à la formation d'ulcères trophiques et de gangrène, qui provoquent d'abord une douleur intense lors de la marche, puis privent complètement le patient de la capacité de se déplacer de manière indépendante
  • Gêne accrue la nuit.

Athérosclérose

Athérosclérose oblitérante des vaisseaux des membres inférieurs - une maladie des artères des jambes, caractérisée par le dépôt de cholestérol en eux et la prolifération du tissu conjonctif, conduisant à un blocage des vaisseaux sanguins.

Avec la progression de la maladie lors de la marche, une douleur intense dans les jambes, y compris les doigts, se produit, ce qui provoque le développement de la soi-disant claudication intermittente (syndrome de Charcot) - une démarche spéciale d'un patient souffrant d'athérosclérose et d'endartérite, dans laquelle il est obligé de s'arrêter après une courte distance.

Endartérite

L'endartérite oblitérante est une pathologie des vaisseaux des jambes, caractérisée par leur constriction, une altération de l'approvisionnement en sang et la nécrose tissulaire qui en résulte. Douleur dans ce cas:

  • Il brûle, s'intensifie lorsqu'il est exposé à la chaleur et abaisse le membre (syndrome d'érythromélalgie ou syndrome de Mitchell)
  • A un caractère tranchant, parfois insupportable, se propage dans tout le membre affecté; il est particulièrement fort dans le pied, y compris dans les doigts et dans la partie inférieure de la jambe (syndrome neurologique)
  • Le syndrome de Charcot apparaît.

Ongle incarné

L'onychocryptose (un ongle incarné) est une maladie inflammatoire dans laquelle la plaque de l'ongle due à un traumatisme, l'onychomycose (infection fongique des ongles) ou le port de chaussures trop étroites pénètre dans la peau. Douleur avec cette pathologie:

  • Il est localisé le long du bord latéral de la plaque à ongles
  • Il est décrit comme fort et constant.
  • Renforce avec n'importe quelle pression sur l'ongle, que ce soit en appuyant ou en conséquence de porter des chaussures.

Callus comme source de douleur au gros orteil

Des sensations de douleur assez aiguë surviennent avec une irritation des callosités humides résultant d'une blessure au doigt. Cela se produit généralement à l'extérieur du pouce.

Facteurs mécaniques

La douleur dans les orteils du pied droit ou gauche (principalement gros) peut être causée par le port de chaussures inconfortables.

Une blessure récente aux doigts, selon sa gravité, entraîne diverses sensations douloureuses, à condition que les terminaisons nerveuses soient préservées.

Selon la pathologie dont dispose le patient, il peut avoir besoin d'une consultation:

  • Neurologue
  • Thérapeute
  • Traumatologue
  • Phlébologue
  • Chirurgien
  • Endocrinologue.

Quelle que soit la cause de la condition dans laquelle les orteils font mal, il ne faut pas négliger la possibilité de recevoir des soins médicaux qualifiés.

Douleur aux orteils lors de la marche: causes possibles et que faire

Après une longue marche dans des chaussures inconfortables, une douleur aux doigts se produit, mais elle passe rapidement. Si l'effet persiste pendant une longue période, cela indique la manifestation de certaines maladies, pathologies, blessures.

La cause exacte peut être déterminée en allant chez le médecin. Le plus souvent, la douleur systématique est une manifestation d'arthrite, d'arthrose et de troubles circulatoires. Les cors, ainsi que les ongles incarnés, peuvent également provoquer un effet négatif lors de la marche.

Raisons et pourquoi c'est dangereux

La formation de douleur dans les orteils lors de la marche peut indiquer diverses maladies articulaires, ainsi qu'une inflammation des tissus conjonctifs:

  • Arthrite. Les maladies articulaires de nature inflammatoire entraînent en outre leur destruction. Le symptôme de l'effet de la douleur se reflète sur les orteils lors de la marche, le plus souvent le processus inflammatoire est observé sur le gros orteil, tandis que d'autres peuvent devenir enflammés par la polyarthrite rhumatoïde. Les sensations se manifestent même au repos.
  • Arthrose Une déformation particulière du tissu osseux se produit. La base du développement est considérée comme un facteur d'influence externe, les troubles métaboliques. Localisation - gros orteil, les symptômes apparaissent lors de la marche active.
  • Goutte - une augmentation de la quantité d'acide urique dans le sang, dépôt de sels dans les tissus des articulations. Le développement de la maladie est progressif, mais l'absence de traitement devient la base de l'apparition de la polyarthrite. L'inflammation se développe progressivement, se propage des doigts jusqu'à la jambe, capture les tissus mous.
  • L'ostéoarthrose est une maladie qui affecte les tissus des articulations et les tissus de type cartilagineux. Les sensations douloureuses sont très importantes, surtout en cas d'effort physique, pendant le temps de repos, elle s'apaise, mais par la suite, et au repos, les manifestations pulsatiles.
  • La bursite est la principale manifestation sous la forme d'un gonflement mobile qui se forme sur le pied. Une manifestation caractéristique est un teint cramoisi, un resserrement lors du déplacement, une gêne désagréable. La forme inflammatoire en l'absence de traitement peut entraîner l'apparition de pathologies plus graves. Si la bursite est basée sur une blessure à l'orteil, des agents antimicrobiens sont inclus dans le processus de traitement.
  • La tendinite est une inflammation des tendons. Le doigt gonfle, l'inconfort lors de la marche, les sensations progressivement désagréables augmentent et gênent même au repos. La maladie est le plus souvent causée par un traumatisme..
  • Blessures traumatiques. Le plus souvent - une fracture des os phalangiens. En raison de la faible protection des phalanges contre les influences extérieures. En cas de blessures, vous devez immédiatement consulter un médecin, un traitement intempestif provoque la formation d'arthrite, d'arthrose et d'autres manifestations pathologiques non moins graves.
  • L'ostéomyélite est un processus nécrotique, avec une manifestation purulente. Les agents pathogènes deviennent la base du développement, dans les doigts, le développement de cette maladie se déroule rapidement, la conséquence d'un traitement inapproprié peut être une inflammation grave des tissus mous et même articulaires, jusqu'à la nécessité d'une intervention chirurgicale.
  • Un ongle incarné est une pathologie provoquée par le port constant de chaussures, qui crée un inconfort en portant des chaussures inconfortables ou en coupant les ongles de manière incorrecte. La douleur peut être très intense, des rougeurs, une suppuration se forme, en l'absence de traitement, un œdème se forme, des couches profondes de tissu musculaire sont endommagées (lésions articulaires et osseuses).
  • L'hallux valgus est une courbure de l'articulation, la cause du développement est la faiblesse des ligaments, des tendons ou des pieds plats.

Symptômes

Le principal symptôme est le facteur de douleur lors de la marche. Grâce à des symptômes supplémentaires, il sera possible de déterminer avec précision le problème:

  • Avec un ongle incarné, la goutte, l'ostéomyélite, l'enflure, la suppuration, la rougeur de la peau se manifestent.
  • Déplacement articulaire ou osseux en raison de blessures.
  • Crunch et gonflement caractéristiques avec bursite.
  • Lorsque vous portez des chaussures inconfortables - cors et cors.

La nature de l'effet de la douleur détermine également la cause du problème..

Diagnostique

Le médecin examine le pied, écoute les symptômes, sur la base desquels divers examens sont prescrits. Un ensemble standard d'études est considéré comme des rayons X, ainsi que des tests de laboratoire. Dans certains cas, une échographie est prescrite.

Traitement, méthodes de quoi et comment

  1. Avec la goutte, l'arthrite et l'arthrose, des anti-inflammatoires de type non hormonal sont prescrits.
  2. En cas d'inflammation et d'infection, une cure d'antibiotiques est prescrite.
  3. Des médicaments hormonaux et stéroïdiens sont prescrits en cas de douleur intense et de nécessité d'éliminer rapidement le processus inflammatoire et œdémateux.
  4. Antidouleurs. Des variantes de type local peuvent être utilisées - gels, pommades diverses, ainsi que des crèmes.
  • Différentes options de physiothérapie.
  • Massage thérapeutique (si la maladie est associée à une blessure, le massage est effectué uniquement par un spécialiste).
  • Bains relaxants si des chaussures inconfortables sont la cause du problème.
  • Gymnastique thérapeutique (prescrite par le médecin selon la situation).
  1. En cas de blessure, le membre doit être reposé, mettre de la glace.
  2. Pansement de plâtre ou de fixation appliqué.
  3. Affecté à porter des chaussures orthopédiques.

Anneau douloureux en marchant

Pendant de nombreuses années, sans succès aux prises avec des douleurs dans les articulations.?

Directeur de l'Institut: «Vous serez étonné de voir à quel point il est facile de soigner les articulations en prenant le médicament pour 147 roubles par jour.

Le poids corporel principal tombe sur les pieds. Sa distribution correcte est obtenue par la structure spéciale de la jambe. La plus grande charge tombe sur l'index, ce qui favorise l'émergence de diverses pathologies. Si le gros orteil fait mal, vous devez d'abord découvrir ce que ces symptômes provoquent, puis les traiter.

Pour le traitement des articulations, nos lecteurs ont utilisé avec succès Artrade. Vu la popularité de ce produit, nous avons décidé de l'offrir à votre attention.
En savoir plus ici...

Causes possibles de douleur

Des sensations désagréables surviennent dans le doigt en raison de l'action de facteurs externes et internes. Les premiers d'entre eux sont les suivants:

  1. L'apparition de cors, qu'ils essaient de se débarrasser d'eux-mêmes, a perforé la formation ou l'a coupée, ce qui dans de nombreux cas conduit à une infection à l'intérieur, entraînant diverses complications. Le traitement est effectué après avoir consulté un médecin.
  2. Exercice excessif. Des syndromes de douleur au pouce sont observés principalement chez les danseurs et les athlètes qui se tiennent debout. Cela entraîne une forte pression sur le pied, ce qui entraîne un processus inflammatoire et l'apparition de sensations désagréables..
  3. Ongle incarné. La douleur est surtout aiguë. Dans ce cas, un processus purulent se produit parfois. Inflammation du bout des doigts notée.
  4. Porter des chaussures inconfortables, généralement étroites, à talons hauts ou ne correspondant pas à la taille du pied.
  5. Blessure au doigt. Elle survient avec une ecchymose ou un choc. Parfois accompagnée par la formation d'hématomes, une rougeur des tissus mous et des douleurs douloureuses et douloureuses.

Symptôme maladie

Diverses pathologies conduisant à des affections similaires appartiennent à des facteurs internes:

  1. Hallux valgus, oignon. C'est une croissance avec un changement de forme. Les syndromes douloureux surviennent le plus souvent en portant des chaussures étroites et en marchant en talons.
  2. Diabète. Dans cette maladie, la douleur s'accompagne d'une peau sèche du pied..
  3. Arthrose et arthrite. Avec ces pathologies, diverses articulations sont affectées, en raison desquelles les tissus conjonctifs s'épaississent et la mobilité du pouce est réduite.
  4. Athérosclérose, endartérite et autres pathologies des jambes dues à un effort physique excessif et une hypothermie.
  5. La goutte est observée avec une grande quantité d'acide lactique dans le corps, provoquant une inflammation des articulations, qui deviennent rouges et chaudes. La douleur principale se manifeste pendant le sommeil. Il se caractérise par de fortes sensations désagréables d'éclatement, conduisant à des mouvements douloureux. Après avoir lavé les cristaux après 3-4 jours, ces symptômes disparaissent.

La répartition optimale de la masse chez l'homme est assurée par des arcs transversaux et longitudinaux. Ce dernier est vérifié par l'empreinte sur papier, démontrant la présence d'une telle variété de pieds plats. Le type transversal survient chez les femmes portant des chaussures à talons hauts pendant une longue période.

La pression du pied pendant l'hallux valgus est transférée aux doigts avec une hauteur de talon de plus de 3-5 cm.Les sandales ouvertes sont les plus dangereuses, car l'arche devient progressivement plate. Les doigts sont déformés, le pouce est sous la plus grande charge. Sa flexion est observée et l'articulation fait saillie, ce qui exerce une pression sur les autres doigts.

Qui contacter et comment traiter?

Le premier spécialiste à visiter est un thérapeute. Il écoute les plaintes du patient, l’examine, l’envoie pour analyse, selon les résultats desquels il donne une recommandation sur la visite d’un médecin spécialiste qui poursuivra le traitement.

Avec une déformation du pied, une arthrose ou une arthrite, ce sera un chirurgien orthopédiste, avec une insuffisance hormonale - un endocrinologue, avec une blessure - un traumatologue ou un chirurgien, avec la goutte - un rhumatologue.

Premiers secours

À la réception d'une blessure ou d'une blessure, des mesures de premiers soins sont prises pour réduire la douleur et l'inflammation avant d'aller chez le médecin. Ceux-ci inclus:

  • l'application de glace sur le site des dommages pour former un vasospasme, contribuant à une moindre gravité du processus inflammatoire;
  • donner au pied une position verticale pour éviter la stagnation du sang veineux dans la zone endommagée;
  • lorsqu'une plaie se forme, le sang est arrêté, la plaie est lavée sous un jet d'eau froide, désinfectée, un pansement est appliqué ou un enduit adhésif est appliqué.

Après 2-3 jours, utilisez des onguents chauffants qui ont un effet anti-inflammatoire.

Mesures thérapeutiques

Le traitement utilise des médicaments anti-inflammatoires et analgésiques sous diverses formes, physiothérapie, y compris UHF, exposition à des aimants, électrophorèse.

La douleur peut être causée par une luxation de la phalange. Le traitement consiste à l'étirer. Si nécessaire, l'immobilisation utilise des structures orthopédiques ou impose du plâtre.

Selon les résultats du diagnostic, en cas de fracture de la phalange, le traumatologue prescrit soit un traitement conservateur, qui consiste à ramener la position anatomique au fragment manuellement suivie d'une immobilisation, soit une intervention chirurgicale dans le cas d'une fracture multi-fragmentée, de saignements graves et de lésions des nerfs et des vaisseaux sanguins. Pendant la rééducation, ils effectuent des massages, des exercices de physiothérapie et de physiothérapie.

Les anti-inflammatoires sont utilisés pour traiter la goutte, vous permettant de stopper un symptôme de la maladie et d'éliminer l'acide urique du corps. Les légumineuses, les abats, la viande rouge, les bouillons de viande forts et certains autres produits déterminés par le médecin sont exclus du régime.

Avec le diabète, ils suivent un régime strict et prennent des médicaments spéciaux qui abaissent la glycémie.

Avec l'arthrite et l'arthrose, des médicaments anti-inflammatoires et des chondroprotecteurs sont prescrits.

Avec l'hallux valgus, des appareils orthopédiques sont utilisés, avec lesquels le pouce est fixé dans la position souhaitée. Dans les derniers stades de la maladie, la chirurgie est utilisée. Les types d'ostéotomie suivants sont référés aux méthodes chirurgicales modernes:

  • selon Scarf, dans lequel les os sont fixés avec des vis spéciales et une correction des tendons est effectuée;
  • métatarsien - la chirurgie commence selon la méthode de Shade, à travers l'incision sur le premier os métacarpien, à la fin, le tendon est renforcé pour former correctement l'arc;
  • selon Austin (chevron) - à travers une petite incision, les têtes des métatarsiens sont fixées avec des vis et un fil spécial.

Après ces opérations, le patient pourra se déplacer après 2-3 jours. Après 1 à 1,5 mois, une récupération complète du pied se produit..

Méthodes d'anesthésie

Les principales sont les méthodes médicales de soulagement de la douleur, consistant à utiliser les moyens suivants:

  • médicaments non stéroïdiens et stéroïdiens destinés à lutter contre les processus inflammatoires: médicaments à base de diclofénac, indométhacine, ibuprofène, butadione, méloxicam, etc.;
  • injections de douleur dans l'articulation;
  • certains compléments alimentaires qui empêchent sa destruction;
  • chondroprotecteurs: Don, Teraflex, Myotin, etc..

En cas de douleur aiguë, le doigt est fixé.

Avec les pieds plats, utilisez un massage thérapeutique et des chaussures orthopédiques.

En présence de formes aiguës de pathologie, le massage améliore les syndromes douloureux, provoquant une plus grande courbure du doigt, il n'est donc pas prescrit.

Dans les premiers stades, des remèdes populaires sont utilisés:

  • appliquer une feuille de chou sur l'articulation endommagée avec fixation;
  • une compresse d'oignon haché dans de la gaze à l'endroit de la localisation de la douleur pendant 1 heure;
  • prendre un bain à une température d'environ + 36... + 38 ° С avec l'ajout d'une des huiles essentielles.

Ils sont utilisés en combinaison avec le traitement principal..

Mesures préventives

Les règles de base pour éviter l'apparition d'une douleur soudaine sont les suivantes:

  1. Essayez d'éviter les blessures..
  2. Il est judicieux de combiner stress physique et périodes de repos.
  3. Observer l'hygiène personnelle.
  4. Ne portez pas de chaussures à bout étroit ou à talons hauts, prenez des chaussures confortables.
  5. Soyez prudent lors de la pédicure.

Des mesures opportunes empêchent le développement de diverses pathologies, des sensations désagréables sont à la base du début de la prévention.

Igor Petrovich Vlasov

  • plan du site
  • Diagnostique
  • Os et articulations
  • Névralgie
  • Colonne vertébrale
  • Les préparatifs
  • Ligaments et muscles
  • Blessures

Pourquoi le pied fait-il mal en dessous près des doigts? Le médecin traitant répondra à cette question au patient..

Les pieds sont très souvent soumis à de lourdes charges. Cela ne peut qu'affecter leur état à la fin de la journée. Habituellement, une personne ressent une faiblesse, une légère douleur, de la fatigue. Ces signes sont physiologiques et passent rapidement et sans laisser de trace. Cependant, si le pied commence à vous faire mal trop souvent et pendant longtemps, vous devriez penser à consulter un médecin, car cela peut être le début d'une sorte de maladie. Pourquoi les coussinets sous les orteils font-ils mal??

Les causes de la douleur

Les douleurs aux pieds peuvent survenir pour diverses raisons. Le groupe à risque comprend les femmes enceintes, les personnes engagées dans un travail debout physiquement difficile. Une douleur dans le coussin du pied peut survenir pour les raisons suivantes:

  1. Pied plat. C'est un problème très courant des gens modernes. Il se caractérise par un abaissement de la voûte plantaire, ce qui entraîne une violation de la fonction ressort. Ce phénomène se manifeste par des pieds plats - la formation d'un point d'appui solide au lieu de trois (généralement ce sont des points près des doigts et un sur le talon). Cette pathologie entraîne une charge importante sur le pied, il en résulte une douleur dans la semelle, au bout des doigts.
  2. Blessures. Très souvent, après une chute d'une grande hauteur, les gens se plaignent de douleurs au pied près des doigts. Cela est dû au fait qu'une personne tente d'atterrir sur ses chaussettes, atténuant le coup. Souvent, cela aide, mais si vous tombez d'une grande hauteur, cela est lourd de conséquences. En conséquence, une personne fait mal sous le gros orteil sur la semelle. Les entorses musculaires et ligamentaires affectent également la démarche. En raison de leur surmenage ou de leurs étirements, le patient peut ressentir une douleur au pied sous les doigts lors de la marche.
  3. Il convient également de noter les blessures causées par des objets tranchants. Les blessures dans la seule zone peuvent provoquer une infection et la chaîne de processus pathologiques qui aggrave la situation..
  4. Mauvaises chaussures. Pourquoi le bout des doigts et la semelle font-ils mal? Les gens portent souvent des chaussures inconfortables. Pied frotté, bout des doigts, talons. À son tour, cela peut entraîner l'apparition d'un «os» sur le doigt. Il se manifeste par des douleurs lors du soulèvement des orteils, une fatigue rapide et sévère des jambes. Des blessures peuvent se former sur les membres, provoquant une infection..
  5. L'émergence d'éperons (ostéophytes). Ce phénomène peut entraîner de nombreuses difficultés lors de la marche. Le coussin du pied fait mal. Une personne ne peut pas marcher sur son pied en raison d'une douleur vive et intense.
  6. Infection infectieuse. Comme mentionné ci-dessus, ce phénomène peut se produire avec toute violation de l'intégrité de la peau. Lorsqu'un agent pathogène est introduit dans la plaie, il commence à s'infecter. Le processus s'étend aux tissus adjacents, ce qui entraîne des douleurs dans le coussinet plantaire et de graves conséquences négatives sous la forme d'une inflammation du tissu osseux, des tendons, des articulations et des muscles.

Pourquoi l'orteil du gros pied fait-il mal? Ce phénomène est assez courant aujourd'hui et pose beaucoup de problèmes. Les coussinets des orteils font mal pour presque les mêmes raisons que les pieds. Cependant, le facteur le plus courant de ce phénomène est un ongle incarné. Très souvent, vous pouvez trouver des cas avec des vignettes incarnées dans les tissus adjacents. Le coussin sous le pouce devient sensible au stress, la douleur apparaît.

La métatarsalgie est une autre cause de douleur au bout des doigts. Dans le cadre d'une blessure à l'ongle ou au doigt, un hématome peut se former, qui appuie sur les tissus adjacents, provoquant une douleur.

Lisez aussi pourquoi les pieds font mal le matin.

En plus des doigts, les talons peuvent faire mal le matin.

Symptômes de la maladie

La douleur est le principal symptôme de nombreuses pathologies. Dans le cas de la partie inférieure du pied, il existe plusieurs autres signes:

  • douleur au bout des doigts, incapacité à marcher sur le pied;
  • fatigue intense, faiblesse dans les jambes;
  • changement de couleur des doigts et des pieds;
  • l'apparition d'une rougeur locale;
  • changer la forme du pied et des doigts.

Tous ces symptômes sont courants, ils peuvent être attribués à la plupart des maladies. Parmi les manifestations spécifiques, il convient de noter: le développement de néoplasmes, de manifestations purulentes, de déformations et de blessures graves, l'irradiation de la douleur dans la jambe.

Lors d'un examen, les médecins posent généralement des questions sur le bien-être, le mode de vie, la nutrition, les mauvaises habitudes, le cadre de vie et le lieu de travail. Ensuite, le médecin procède à l'examen. Le médecin peut demander au patient de se tenir debout sur sa jambe, de se tenir debout sur ses orteils, de faire des mouvements circulaires. Cela, à son tour, devrait décrire les sensations (est-ce douloureux de faire des mouvements, de marcher, etc.).

Pour le traitement des articulations, nos lecteurs ont utilisé avec succès Artrade. Vu la popularité de ce produit, nous avons décidé de l'offrir à votre attention.
En savoir plus ici...

Après avoir effectué un examen externe et compilé les antécédents médicaux du patient, il est envoyé pour un examen supplémentaire. Là, vous pouvez inclure des tests sanguins et urinaires (si nous parlons d'une infection infectieuse). Parmi les méthodes instrumentales, la radiographie est souvent utilisée. Si le cas est négligé ou si l'étiologie n'est pas claire, ils peuvent effectuer une imagerie par résonance magnétique et calculée, une dopplerographie ultrasonore, etc. Tout dépend de la gravité de l'affaire..

Méthodes de traitement

Comment se déroule le traitement? La thérapie et le choix des médicaments dépendent directement de la cause de la douleur, de sa durée et de sa complexité. Dans les cas graves, les médecins prescrivent une intervention chirurgicale. Cette méthode est utilisée pour les blessures graves aux jambes, les éperons, les néoplasmes. De petites opérations sont également effectuées, par exemple, l'enlèvement d'un ongle incarné dans l'orteil.

En plus des interventions chirurgicales, les médecins prescrivent un traitement avec divers médicaments. Tout d'abord, ils font tout pour empêcher le développement et la propagation de l'infection. Il doit être traité avec des anti-inflammatoires (dans les cas difficiles, des stéroïdes sont administrés), des antibiotiques, des immunostimulants.

Ensuite, les symptômes sont éliminés: analgésiques, thérapie distrayante (méthode locale de refroidissement des médicaments), diurétiques (pour soulager l'œdème). Pour maintenir l'efficacité du traitement, une thérapie vitaminique est utilisée. Un cours de physiothérapie, massage, exercices de physiothérapie est également prescrit..

Il est très important de commencer le traitement dès que possible. Ainsi, les chances d'éviter des complications et des conséquences inutiles augmentent. Habituellement, le traitement est effectué pendant environ une semaine. Le patient commence à ressentir un soulagement pendant 2-3 jours après le début du traitement. Si tout s'est déroulé sans complications, le patient pourrait bientôt reprendre son mode de vie habituel.

Le meilleur traitement de la maladie est la prévention. Pour éviter les complications, vous devez suivre quelques règles simples:

  1. Nutrition adéquat. Beaucoup de problèmes avec les articulations, les ligaments et l'immunité sont directement liés à l'alimentation. Ne pas permettre l'ingestion d'une grande quantité de sels, graisses nocives, boissons alcoolisées. Cela a un mauvais effet sur la condition humaine. Les fruits, les légumes, la viande (cuite à la vapeur, bouillie ou cuite au four), le poisson, les produits laitiers et une quantité suffisante d'eau (minimum 3 litres par jour) doivent être ajoutés au régime..
  2. Chaussures confortables. Le bon choix de chaussures est très important. Ne négligez pas cette règle. Vous devez porter quelque chose qui tient bien sur la jambe, qui ne presse pas et qui ne frotte pas. S'il y a un problème avec les pieds plats, vous devez contacter un orthopédiste. Il rédigera des semelles spéciales qui aideront à résoudre le problème..
  3. Mode de vie. L'hypodynamie n'amène personne au bien. Elle affaiblit considérablement ses jambes, les rendant vulnérables aux blessures. Les travaux durs nécessitent un certain entraînement des jambes. Vous devriez commencer à faire du sport. L'éducation physique, l'athlétisme et la forme physique en bénéficieront.

La douleur au pied près des doigts n'est qu'un symptôme indiquant la présence d'une pathologie grave. N'ignorez pas le fait de sa présence, sinon tout peut se transformer en complications graves. Il est impératif de consulter un médecin et de suivre toutes ses instructions.

Les orteils font mal. Les os des orteils font mal. Causes de douleur aux orteils. Douleur en marchant. Pathologies qui provoquent des douleurs. Aide aux douleurs des orteils

Questions fréquemment posées

Anatomie des orteils

Squelette

Les os des orteils comprennent des phalanges, qui sont de petits os tubulaires constitués d'un corps et de deux épiphyses (extrémités) - proximale (proche) et distale (distante). Les premiers (gros) orteils de chaque jambe se composent de seulement deux phalanges - proximale et distale, tandis que tous les autres orteils se composent de trois phalanges - proximale, moyenne et distale.

La surface articulaire des épiphyses proximales des phalanges proximale et moyenne est concave. La surface articulaire des épiphyses distales des phalanges proximale et moyenne forme une tête en forme de bloc. L'épiphyse distale des phalanges distales est représentée par une tubérosité, au-dessus de laquelle se trouvent les lits des ongles.

Les articulations des orteils sont divisées en métatarsophalangiennes et interphalangiennes. Les articulations métatarsophalangiennes sont de forme sphérique et permettent la flexion, l'extension, l'abduction, l'adduction et la rotation autour de l'axe de l'os. Les articulations interphalangiennes sont en bloc, donc seuls les mouvements dans un seul plan sont disponibles en eux - flexion et extension.

Les articulations

Les articulations des orteils sont conçues pour assurer le déplacement de leurs os les uns par rapport aux autres. Toute articulation se compose de deux surfaces articulaires et de la membrane articulaire (capsule). Entre les surfaces articulaires se trouve l'espace articulaire. La membrane articulaire se compose de deux couches - externe et interne. La couche externe est constituée d'un tissu conjonctif formé dense et est très résistante aux contraintes mécaniques. La couche interne est autrement appelée synoviale et se compose d'un épithélium prismatique. La fonction principale de cet épithélium est d'assurer la circulation du liquide synovial dans la cavité articulaire et d'y maintenir une pression négative.

La nutrition du cartilage est double. Du côté de l'os, le cartilage reçoit des nutriments à travers un réseau de capillaires appelé la base du cartilage. Il n'y a pas de vaisseaux sanguins dans le cartilage lui-même. De plus, le cartilage reçoit des nutriments du liquide synovial par diffusion (la pénétration mutuelle des molécules d'une substance entre les molécules d'une autre substance).

Les orteils peuvent se plier en raison de deux groupes d'articulations - les articulations métatarsophalangiennes et interphalangiennes. Les articulations métatarsophalangiennes sont constituées des surfaces articulaires des têtes des os métatarsiens et des bases des phalanges proximales. Ils sont classés comme sphériques, cependant, malgré cela, ils ne sont que pliés et non pliés. Seuls les gros orteils sont capables d'abduction, d'adduction et de légère rotation (rotation).

Des articulations interphalangiennes se forment entre les surfaces articulaires des têtes et les bases des phalanges. Ces articulations sont classées en bloc et permettent un mouvement uniquement autour d'un axe, c'est-à-dire la flexion et l'extension.

Ligaments

Muscles et tendons

Les orteils sont entraînés par deux groupes musculaires - les fléchisseurs et les extenseurs. Chacun des muscles de ces groupes a au moins deux de ses propres tendons, avec lesquels il se fixe à l'os. Les muscles extenseurs sont situés à l'arrière du pied et les muscles fléchisseurs sont situés sur sa surface plantaire. De plus, les orteils ne sont pas uniquement entraînés par les muscles qui commencent et se terminent à l'intérieur du pied. En particulier, nous parlons de longs fléchisseurs et extenseurs, qui sont en fait situés dans la région des jambes, cependant, leurs longs tendons passent entre les os, les muscles et les tendons du pied, se fixant, finalement, aux phalanges des doigts.

Aux muscles des extenseurs des orteils du pied:

  • extenseur court des doigts;
  • long extenseur des doigts;
  • extenseur court du gros orteil;
  • long extenseur du gros orteil.
Nom du muscleSite d'attachement proximal (proche)Lieu d'attachement distal (éloigné)Fonction musculaire
Extenseur de doigt courtLa surface supérieure et latérale du calcanéum.La base des phalanges proximale, moyenne et distale de 2 à 5 orteils.Extension et légère abduction de 2 à 5 orteils.
Extenseur long des doigtsLe tiers supérieur du tibia, la tête du péroné, la partie supérieure de la membrane interosseuse de la jambe.La base des phalanges moyenne et distale 2 - 5 orteils.Extension du pied et de 2 à 5 orteils. Abduction du pied et élévation de son bord latéral (externe).
Extenseur court du gros orteilL'avant de la surface supérieure du calcanéum.La phalange proximale et distale du gros orteil.Extension des orteils.
Extenseur long du gros orteilLe tiers moyen et inférieur de la surface interne du péroné et de la membrane interosseuse.Le corps de la base proximale et de la phalange distale du gros orteil.Extension du gros orteil, extension et soulèvement de la face interne du pied.

Les muscles des fléchisseurs des orteils du pied comprennent:
  • muscle qui enlève le gros orteil;
  • muscle menant à l'orteil;
  • fléchisseur court du gros orteil;
  • long fléchisseur du gros orteil;
  • fléchisseur court du petit orteil du pied;
  • muscle qui enlève l'auriculaire du pied;
  • muscle opposé à l'auriculaire du pied;
  • fléchisseur du doigt court;
  • fléchisseur du doigt long;
  • semelles musculaires carrées.
Nom du muscleSite d'attachement proximal (proche)Lieu d'attachement distal (éloigné)Fonction musculaire
Le muscle des orteilsArrêtoir fléchisseur latéral, processus médial du tubercule calcanéen, surface plantaire du scaphoïde.La base de la phalange proximale du pouce et de l'os sésamoïde médial.Flexion et abduction du gros orteil, ainsi que maintien de la voûte plantaire.
Le muscle menant l'orteilIl se compose de deux têtes - transversale et oblique. Le tendon de la tête transversale s'attache aux capsules de 3 à 5 articulations métatarsophalangiennes, aux extrémités distales de 2 à 5 os métatarsiens, à l'aponévrose plantaire et aux ligaments transversaux profonds métatarsiens. Le tendon de la tête oblique est attaché à la surface plantaire de l'os cuboïde et de l'os sphénoïde latéral, à la base de 2 à 5 os métatarsiens, un long ligament plantaire. Parfois attaché au vagin synovial plantaire du long muscle péronier.La base de la phalange proximale du gros orteil, ainsi que l'os sésamoïde latéral.Flexion et adduction du gros orteil, ainsi que maintien de la voûte plantaire.
Fléchisseur court du gros orteilOs sphénoïde médial, surface plantaire du scaphoïde, tendon du muscle tibial postérieur et long ligament plantaire.Les deux os sésamoïdes et la base de la phalange proximale du gros orteil.Flexion du gros orteil et renforcement de la voûte plantaire.
Fléchisseur long du gros orteilBas 2/3 du péroné, membrane interosseuse et septum intermusculaire postérieur.La base de la phalange distale du gros orteil.Flexion du gros orteil, ainsi que partiellement et de 2 à 4 orteils. Participe à la mise en place et à la supination du pied, et renforce également l'arc longitudinal du pied.
Fléchisseur court de l'auriculaire du pied5e métatarsien, long ligament plantaire et gaine plantaire du long muscle péronier.La base de la phalange proximale de l'auriculaire du pied.Renforcement de la voûte latérale du pied. Légère flexion de l'auriculaire du pied.
Le muscle qui détourne l'auriculaire du piedLe processus latéral et médial du tubercule calcanéen, l'aponévrose plantaire.Le côté latéral de la base de la phalange proximale du petit doigt.Défléchit légèrement l'auriculaire du pied et soutient également la voûte latérale du pied.
Le muscle contrastant avec l'auriculaire du piedLigament plantaire long.L'extrémité distale du 5e métacarpien.Contraste légèrement l'auriculaire du pied. Participe à la formation de la voûte plantaire.
Fléchisseur d'orteil courtProcessus médial du tubercule calcanéen et aponévrose plantaire.La base des phalanges moyennes 2 - 5 orteils.Flexion de 2 à 5 orteils et renforcement de la voûte plantaire.
Fléchisseur long des orteilsLe tiers médian de l'arrière du tibia et la feuille profonde de l'aponévrose du tibia.La base des phalanges distales 2 - 5 orteils.Légèrement impliqué dans la flexion de 2 à 5 orteils. En marchant, appuie ses doigts sur le support. Effectue la flexion et la supination du pied, participe au renforcement de son arc.
Muscle carré de la semelleLa surface médiane inférieure du calcanéum.Le bord extérieur du tendon du long fléchisseur des doigts.Modifie la direction de traction du long fléchisseur des doigts en ligne droite par rapport aux muscles.

Tissu sous-cutané et peau

Au-dessus des articulations et des muscles des orteils se trouve une couche de graisse sous-cutanée et de peau. Sur la face plantaire des orteils, c'est-à-dire sur leurs coussinets, cette couche est plus massive que sur la face arrière.

La peau des orteils présente certaines caractéristiques. Comme dans tout le corps, il se compose d'un épithélium pavimenteux stratifié. Sur les surfaces arrière et latérales des doigts, cet épithélium se compose de quatre couches - basale, épineuse, granuleuse et cornée. En outre, des follicules pileux bien développés avec des glandes sébacées et sudoripares sont souvent situés sur la peau de la face arrière. Côté plantaire, l'épiderme est plus dense grâce à une couche brillante supplémentaire.

Le lit et l'ongle méritent une attention particulière. Le lit de l'ongle se compose d'un tissu conjonctif et d'une partie épithéliale. La partie du tissu conjonctif est située le plus profondément et est adjacente directement aux phalanges distales. Dans sa composition, il contient de nombreuses fibres élastiques. La partie épithéliale du lit de l'ongle est située au-dessus de la partie du tissu conjonctif et est une zone de germination. Le produit de croissance est un ongle, qui se compose de plaques de kératine étroitement adjacentes les unes aux autres.

Système lymphatique

Quelles structures peuvent s'enflammer dans les orteils?

L'inflammation est l'un des principaux mécanismes pathogéniques qui expliquent l'apparition de la douleur. À cet égard, les structures anatomiques des orteils qui peuvent être enflammées doivent être répertoriées séparément..

Les structures anatomiques suivantes peuvent devenir enflammées dans les orteils:

  • des os;
  • les articulations
  • ligaments;
  • membranes articulaires;
  • muscle
  • Les ganglions lymphatiques;
  • vaisseaux lymphatiques;
  • vaisseaux sanguins;
  • graisse sous cutanée;
  • lit d'ongle;
  • peau et ses appendices (follicules pileux, glandes sébacées et sudoripares).

Causes de la douleur aux orteils

La douleur aux orteils peut avoir de nombreuses explications. Il est plus simple de déterminer la raison pour laquelle le début de la douleur peut être associé à un événement spécifique, par exemple, une brûlure, des gelures, un traumatisme, etc. Il est beaucoup plus difficile de diagnostiquer des douleurs survenant progressivement ou périodiquement..

Les douleurs aux orteils peuvent être causées par:

  • entorse;
  • entorses;
  • blessure au doigt (ecchymose, fracture);
  • une brûlure;
  • gelure;
  • lymphadénite;
  • lymphangite;
  • goutte
  • angiopathie diabétique;
  • polynévrite diabétique;
  • l'athérosclérose;
  • thromboangiite oblitérante (maladie de Vinivarter-Burger);
  • thromboembolie des artères numériques des jambes;
  • véritable polycythémie (maladie de Wakez) et érythrocytose secondaire;
  • maïs sec;
  • maïs tendre (humide);
  • les maladies rhumatismales;
  • déformation en valgus du premier orteil;
  • Morton névrotique;
  • l'ostéomyélite;
  • panaritium
  • furoncle;
  • rotation de l'ongle dans le lit de l'ongle;
  • compression des nerfs rachidiens;
  • Syndrome / maladie de Raynaud
  • maladies systémiques;
  • empoisonnement à l'arsenic;
  • la lèpre (lèpre);
  • tumeurs osseuses primaires ou secondaires, kystes;
  • polynévrite causée par le syndrome paranéoplasique, etc..

Entorse

L'étirement de l'appareil ligamentaire se développe à la suite d'une blessure dans laquelle un mouvement dans l'articulation s'est produit au-delà de la plage acceptable. En conséquence, toute la charge mécanique tombe sur l'appareil ligamentaire, qui s'étire généralement, et lorsqu'il est exposé de manière critique, il se casse. Étant donné que les ligaments collatéraux des orteils sont entrelacés avec les fibres des capsules articulaires, leur étirement s'accompagne souvent d'une violation de l'intégrité des capsules articulaires et de la libération de liquide articulaire dans les tissus environnants.

L'entorse dépend du temps écoulé depuis la blessure. Immédiatement après l'étirement, une douleur aiguë localisée est notée. Souvent, il y a un gonflement rapide dans la zone d'étirement causé par la rupture de l'un des vaisseaux sanguins. Si le site de la blessure est immobilisé (immobilisé), après quelques heures, la douleur diminue et devient terne. Cependant, le moindre mouvement entraîne son aggravation..

Étirement des tendons

Blessures (ecchymoses, fractures)

Une blessure fait référence à tout effet sur les tissus corporels qui entraîne une violation de son intégrité structurelle. Les blessures sont classées en plusieurs catégories en fonction de la gravité des blessures. Les blessures les plus complexes entraînent des fractures ouvertes et fermées à fragments multiples avec écrasement des tissus mous. Les blessures de gravité modérée entraînent souvent des fractures ou des fissures linéaires fermées, accompagnées d'une commotion cérébrale (ecchymose) des tissus mous et d'un étirement de l'appareil ligamento-tendineux. Les blessures légères sont généralement limitées aux blessures des tissus mous avec des dommages mineurs à la peau..

Le syndrome douloureux varie en fonction des structures endommagées. La plus forte intensité de douleur dans les processus impliquant le périoste et les fractures. Une rupture et un étirement un peu moins douloureux de l'appareil ligament-tendon, dans lesquels il y a une défaite des terminaisons nerveuses qui s'y trouvent. Les récepteurs de la douleur dans d'autres tissus de l'orteil sont moins densément localisés, donc les dommages à la peau et aux tissus mous de cette zone sont moins douloureux.

La durée du syndrome douloureux dépend également de la gravité des dommages, car elle affecte directement la durée du processus inflammatoire. Plus le processus inflammatoire persiste, plus le gonflement comprime les terminaisons nerveuses restantes, ce qui provoque de la douleur.

Brûlures

La douleur dans les orteils causée par une brûlure thermique peut être très sévère, car elle reflète la défaite d'une certaine zone de la peau à une certaine profondeur. Plus la zone de tissus endommagés est profonde, plus le syndrome douloureux est fort. Le mécanisme de la douleur due aux brûlures thermiques comprend deux éléments. Le premier élément est la destruction directe des terminaisons nerveuses par l'énergie thermique. Dans ce cas, seules les cellules directement affectées par l'énergie thermique sont affectées en premier. Le deuxième composant est le contenu des cellules détruites (ions potassium, enzymes lytiques, etc.), qui affecte secondairement les cellules saines situées autour de la zone de la brûlure primaire. Ainsi, la zone de brûlure peut être insignifiante, mais en raison de la nécrose secondaire, au fil du temps, le volume des tissus affectés augmente et la douleur augmente.

Il convient de noter qu'en plus des brûlures thermiques les plus courantes, il existe également des brûlures chimiques, par rayonnement et ultraviolettes (solaires). Les radiations et les brûlures ultraviolettes sont sans aucun doute dangereuses, mais elles affectent généralement l'ensemble du corps et ne provoquent pas une brûlure isolée de petites parties du corps comme les orteils.

Une autre chose est une brûlure chimique. Selon le pH de la substance, une brûlure chimique est divisée en acide et alcalin. Une brûlure acide est quelque peu similaire à une brûlure thermique. Lorsqu'un facteur agressif entre en contact avec la peau, une croûte sèche se forme immédiatement, empêchant la pénétration profonde de l'agent chimique. Ce mécanisme de lésion cellulaire est appelé nécrose de coagulation. Avec les alcalis, malheureusement, les choses sont différentes. Lorsqu'elles sont en contact avec les tissus, elles provoquent une nécrose collicative, c'est-à-dire qu'elles font littéralement fondre le tissu. En conséquence, une croûte protectrice ne se forme pas et même une petite quantité de la substance pénètre profondément dans les tissus, entraînant une quantité importante de dommages.

Gelure

Les gelures sont l'effet local des basses températures sur les parties exposées du corps humain. Lorsqu'il est exposé au froid, le corps cherche à économiser autant d'énergie que possible, pour lequel il redistribue le sang afin qu'il circule dans le noyau énergétique du corps (organes internes, cerveau). Dans le même temps, les tissus périphériques sont obligés de recevoir beaucoup moins de sang, et avec cela moins d'oxygène, de nutriments et de chaleur. En relation avec ce qui précède, un long séjour à basses températures est lourd de gelures de parties distales du corps, c'est-à-dire des doigts et des orteils.

Il convient de noter que le refroidissement des parties du corps se déroule relativement sans douleur, car le froid bloque les terminaisons nerveuses. La douleur n'apparaît que lors d'une augmentation ultérieure de la température des parties du corps affectées par les basses températures. Le mécanisme des dommages cellulaires est associé à un arrêt du métabolisme en eux, ainsi qu'à la formation de cristaux de glace microscopiques dans les tissus mous qui brisent la membrane cellulaire. Après décongélation, le contenu de la cellule est libéré dans l'espace intercellulaire. Dans ce cas, la cellule elle-même meurt, et après un certain temps, les cellules environnantes sont détruites par l'hyperkaliémie (concentration élevée en ions potassium) et de nombreuses enzymes lytiques, déterminant la zone de nécrose secondaire par analogie avec les brûlures.

Le mécanisme de la douleur est associé à la destruction des récepteurs nerveux lors de la décongélation. À l'avenir, elle est causée par un œdème des tissus affectés en conjonction avec l'influence des médiateurs inflammatoires et des produits de décomposition sur les terminaisons douloureuses restantes..

Lymphadénite

La lymphadénite est une inflammation du ganglion lymphatique. L'inflammation des ganglions lymphatiques régionaux est une réaction normale du système immunitaire humain à la présence d'un certain foyer inflammatoire dans le corps. Néanmoins, ce processus physiologique est souvent douloureux, car une augmentation de la taille du ganglion lymphatique s'accompagne d'un étirement excessif de sa capsule, dans lequel il y a une forte concentration de récepteurs de la douleur.

Il convient de noter que la lymphadénite dans la région des orteils est assez rare pour la simple raison que les ganglions lymphatiques dans la région des orteils sont rares. Néanmoins, le ganglion lymphatique enflammé peut être palpé sous la forme d'une formation volumétrique dense, élastique, douloureuse et inactive avec des contours lisses. La peau au-dessus de la lymphadénite est enflée, hyperémique (pleine de sang) et chaude au toucher.

Lymphangite

La lymphangite est appelée inflammation du vaisseau lymphatique. En règle générale, il se développe en présence d'une lymphadénite active. Dans la plupart des cas, un vaisseau lymphatique devient enflammé, amenant la lymphe au ganglion lymphatique enflammé, c'est-à-dire un vaisseau qui est orienté à la périphérie du ganglion. Le mécanisme de développement de la lymphangite est associé à la stagnation de la lymphe dans le vaisseau en face du nœud qui remplit la fonction de filtre. Dans de telles conditions, les bactéries présentes dans la lymphe attaquent la paroi du ganglion lymphatique, entraînant ses dommages et le développement d'un processus inflammatoire réactif.

L'inflammation du vaisseau lymphatique, qui transporte la lymphe du ganglion lymphatique, est un signe défavorable indiquant la défaillance du système immunitaire et la propagation de l'infection. Le mécanisme de la douleur est associé à un œdème de la paroi vasculaire et à une compression des terminaisons nerveuses qui s'y trouvent..

Goutte

Angiopathie diabétique

L'angiopathie diabétique fait référence à des changements spécifiques qui se produisent dans les vaisseaux sanguins sous l'influence de niveaux élevés de glucose dans le sang. Ces changements se manifestent par un rétrécissement de la lumière des grandes et petites artères, jusqu'à un changement de l'architecture architectonique des capillaires. En raison des changements pathologiques ci-dessus, les tissus périphériques, en particulier les membres inférieurs, ne reçoivent pas un apport sanguin suffisant, en raison duquel ils s'atrophient progressivement et même nécrotiques (meurent).

Objectivement, ces changements se manifestent par une diminution du niveau de croissance des cheveux des membres inférieurs, l'apparition d'ulcères non cicatrisants à long terme et, dans les cas critiques, la gangrène. Subjectivement, le patient peut ressentir une douleur dans les orteils et les pieds associée à un manque d'oxygène dans les tissus. Néanmoins, il n'est pas rare dans les cas où même avec des changements vasculaires prononcés, par exemple avec la gangrène, un patient diabétique ne ressent aucune douleur. Ce phénomène est associé à la neuropathie diabétique, qui se manifeste par une diminution prononcée de la sensibilité à la douleur dans le contexte d'une évolution longue et incontrôlée du diabète.

Polynévrite diabétique

Athérosclérose

L'athérosclérose est une maladie chronique des vaisseaux sanguins, qui se manifeste par le dépôt de plaques de cholestérol sur leurs parois. La cause de la formation de plaques est une violation du métabolisme des graisses et des glucides dans le corps. Les artères de gros et moyen calibre, y compris l'aorte, les artères iliaques, les artères tibiales et les artères des pieds, sont les principaux sites de plaques athérosclérotiques..

Les plaques de cholestérol sont caractérisées par une croissance progressive, à la suite de laquelle elles obstruent la lumière du vaisseau et altèrent le flux sanguin à travers elle. En conséquence, l'artère acquiert une certaine limite de débit, en raison de laquelle les tissus périphériques ne reçoivent pas une quantité suffisante d'oxygène et de nutriments, en particulier lors d'un effort physique accru. En raison du manque d'oxygène dans les tissus des membres, les terminaisons nerveuses sont trop irritées, provoquant l'apparition de douleurs. Ce type de douleur est appelé claudication intermittente. Lorsque le patient marche, il a d'abord des sensations de picotements, puis des douleurs aux orteils, aux pieds et aux jambes, causées par une carence en oxygène dans les tissus due à un flux sanguin insuffisant vers eux. Après un arrêt forcé, les muscles des jambes reconstituent les réserves d'énergie et la douleur disparaît. Après que le patient ait franchi une certaine distance, la douleur réapparaît. Avec des stades sévères d'athérosclérose des artères périphériques, une douleur peut être notée au repos. Leur amplification est également observée à basses températures en raison d'un vasospasme supplémentaire..

Thromboangiitis obliterans (maladie de Vinivarter-Burger)

Cette maladie se caractérise par une lésion polyétiologique (causée par diverses raisons) des artères de moyen et petit calibre. Les causes possibles incluent le tabagisme, une augmentation de la fonction des glandes surrénales, des modifications du système nerveux périphérique, une agression auto-immune, etc..

Dans la plupart des cas (60 à 70%), cette maladie affecte précisément les petites artères de la périphérie, c'est-à-dire les artères des orteils, des pieds, des mains et des avant-bras. En raison des facteurs susmentionnés, un rétrécissement progressif de la lumière des artères se produit, accompagné d'une probabilité accrue de formation de masse thrombotique en eux. Ainsi, les patients souffrant de cette maladie sont sujets à une thrombose fréquente des artères qui fournissent du sang aux doigts et aux orteils, aux mains et aux pieds. Les thrombus peuvent se former un peu moins fréquemment dans les grandes artères du corps..

La douleur peut être constante, par exemple, avec un rétrécissement grave du vaisseau en l'absence de caillot sanguin. Dans ce cas, la douleur surviendra lors de la marche et passera au repos, ressemblant à un symptôme appelé «claudication intermittente». Cependant, la douleur peut également se produire fortement, en relation avec une obstruction de la lumière de l'artère par un thrombus flottant avant (un thrombus, dont la tête est attachée à la paroi du vaisseau, et la queue flotte librement dans sa lumière, sans perturber sensiblement le flux sanguin).

Thromboembolie des artères numériques des jambes

La thromboembolie est une condition pathologique dans laquelle un thrombus se détache de l'endroit auquel il était précédemment attaché, est emporté par la circulation sanguine plus loin dans la circulation sanguine et obstrue le vaisseau sanguin distant. La thromboembolie diffère de la thrombose, dans laquelle le thrombus augmente progressivement de taille et obstrue le vaisseau dans lequel il s'est développé. La source de caillots sanguins qui peuvent obstruer les artères des orteils sont les cavités gauches du cœur, l'aorte, les artères iliaques, etc..

Le syndrome douloureux dans la thromboembolie des artères des orteils est causé par l'état de privation aiguë d'oxygène des tissus mous de ces parties du corps. Dans la plupart des cas, un seul doigt est affecté. Si la source de caillots sanguins n'est pas éliminée, après la première thromboembolie, il y a souvent des répétitions, affectant les orteils restants et même certaines artères des pieds et des jambes.

Véritable polycythémie (maladie de Wakez) ou érythrocytose secondaire

La véritable polycythémie est un type spécial d'hémoblastose - une maladie tumorale bénigne du système hématopoïétique. Cette maladie se manifeste par une maturation excessive des globules rouges (globules rouges). Cependant, le niveau de leucocytes et de plaquettes augmente également dans une moindre mesure. Ceci, à son tour, conduit à un épaississement du sang et à la difficulté de sa circulation à travers les petits vaisseaux sanguins.

L'un des symptômes de cette maladie est la douleur au bout des doigts et des orteils, aggravée par certains travaux physiques. Ce symptôme est plus prononcé chez les patients dont le taux d'hémoglobine atteint 200 g / l ou plus, et le nombre de globules rouges atteint 7, 8 et même 10 millions dans un litre de sang.

Une augmentation de la concentration des globules rouges peut également être observée avec les globules rouges secondaires, qui se produisent compensatoires, dans le cadre de certaines maladies. En particulier, l'érythrocytose secondaire survient chez les patients atteints de maladies bronchopulmonaires chroniques, chez les fumeurs, chez les résidents des régions alpines, etc..

Maïs sec

Maïs mou (humide)

Le cal mou est une formation de fluide de la cavité qui se produit en raison de dommages aux couches superficielles de l'épiderme par friction. Le plus souvent, des callosités molles se développent sur la peau des orteils et à l'arrière des talons, et la principale raison de leur apparition est le port de chaussures serrées et inconfortables. Pendant la friction, les couches denses de la peau de ces zones du corps se détachent progressivement de sa couche initiale - la membrane basale. Le liquide intracellulaire commence à s'écouler dans l'espace entre la membrane basale et les couches supérieures séparées de la peau. Au fil du temps, ce fluide forme une cavité élastique, transparente ou jaunâtre appelée ampoule. Les bords de l'ampoule sont élevés au-dessus de la surface de la peau, la zone autour d'elle est souvent sanglante et douloureuse. La pression sur le maïs provoque également une douleur aiguë.

Le mécanisme de la douleur dans les cors mous (humides, mouillés) est associé à une pression de fluide directe de la lumière de l'ampoule aux récepteurs de la douleur situés dans la couche basale de l'épithélium situé à son fond. De plus, la douleur s'explique par l'irritation des terminaisons nerveuses situées autour du cal, réalisée par des médiateurs inflammatoires.

Maladies rhumatismales

Les maladies rhumatismales sont un large groupe de maladies qui combinent des dommages au tissu conjonctif, aux vaisseaux sanguins et aux articulations. Dans la pathogenèse de ces maladies, la composante auto-immune joue un rôle important.

La défaite des petites articulations des orteils est le signe d'une maladie telle que la polyarthrite rhumatoïde. Elle se caractérise par un processus inflammatoire actif, conduisant à une déformation prononcée des orteils et des mains, ainsi qu'à une diminution de l'amplitude des mouvements qui s'y trouvent, jusqu'au développement d'une ankylose (fusion des surfaces articulaires). La douleur dans ce cas est associée aux phénomènes d'arthrite (un processus inflammatoire actif dans l'articulation).

En plus de l'effet sur les articulations, les maladies rhumatismales peuvent provoquer des douleurs aux orteils en exacerbant leur apport sanguin. En particulier, avec la périartérite nodulaire, des nœuds denses apparaissent autour des petites artères, les compressant et altérant le débit. Avec le lupus érythémateux disséminé, une vascularite (inflammation des vaisseaux sanguins) peut se développer, rétrécissant la lumière des artères des orteils et altérant leur apport sanguin.

En plus des mécanismes ci-dessus, certaines maladies rhumatismales (lupus érythémateux disséminé, dermatomyosite, granulomatose de Wegener, etc.) peuvent provoquer des douleurs aux orteils par des lésions auto-immunes des nerfs et des muscles avec le développement d'une polynévrite et d'une myosite. La polynévrite peut également se développer avec la porphyrie, la sarcoïdose et l'amylose..

Hallux valgus, oignon

Par cette maladie, on entend un changement dans la configuration de l'articulation métatarso-phalangienne du premier orteil, de sorte que l'axe du doigt se déplace progressivement latéralement, formant un angle par rapport à l'axe du pied, ouvert vers l'extérieur. Cette maladie est polyétiologique (causée par de nombreuses raisons). Parmi les plus courants, il y a les pieds plats, portant des chaussures chaussettes serrées, courtes et rétrécies, ainsi que des talons. Chez certains patients, une prédisposition génétique à ce type de déformation du gros orteil est tracée.

La douleur dans ce cas est causée non pas tant par la déformation du squelette du pied, mais par la nécessité de porter des chaussures qui compressent les épiphyses saillantes des premiers os et phalanges métatarsiens. La pression sur l'os et la peau qui le recouvre provoque le développement d'un processus inflammatoire qui provoque de la douleur.

Névrome de Morton

Le névrome de Morton est une formation volumétrique encapsulée qui se développe à partir du tissu nerveux et est située entre les têtes des 3e et 4e os métatarsiens. La raison exacte de son apparition n'a pas encore été trouvée, cependant, en raison du fait que cette maladie se développe souvent chez les femmes portant des talons, il a été suggéré que ce névrome est associé à une répartition inégale du poids corporel lors de la marche vers l'avant des pieds..

Aux stades initiaux de la maladie, lorsque le névrome n'a pas atteint de grandes tailles, les patients ne ressentent qu'un certain inconfort en position debout. Des paresthésies («chair de poule», «écoulement actuel») sont parfois observées au niveau de 3 à 4 orteils. Avec le névrome de Morton formé, des douleurs aiguës sont notées qui ne se produisent que lorsque la pression est appliquée sur la jambe et passe au repos. La cause de la douleur est la compression du neurinome. En règle générale, ces formations volumiques se développent uniquement sur une jambe..

Ostéomyélite

L'ostéomyélite est appelée inflammation purulente de la moelle osseuse. Selon la classification étiopathogénétique, l'ostéomyélite peut être primaire et secondaire. La maladie primaire est autrement appelée ostéomyélite hématogène et se développe lorsque des bactéries sont introduites dans la moelle osseuse par une circulation sanguine. L'ostéomyélite secondaire est traumatique et se développe comme une complication des fractures ouvertes, des interventions chirurgicales sur les os, etc..

Le syndrome de la douleur dans l'ostéomyélite est l'un des plus prononcés en médecine. Sa gravité est causée par les conditions dans lesquelles se déroule le processus inflammatoire, à savoir l'isolement de la cavité dans laquelle se trouve la moelle osseuse. À mesure que le processus inflammatoire se développe, la quantité de pus dans la cavité médullaire augmente progressivement, augmentant la pression intra-osseuse. En raison de l'augmentation de la pression, l'os a tendance à "gonfler", mais il est limité par le périoste, qui est extrêmement difficile à étirer. En raison de sa nature, le périoste est étroitement innervé, par conséquent, pendant l'ostéomyélite, les terminaisons nerveuses situées entre le périoste et la substance compacte sont fortement comprimées, provoquant un syndrome douloureux extrêmement prononcé.

L'ostéomyélite des orteils peut également être primaire et secondaire. Dans la grande majorité des cas, elle est secondaire comme complication des fractures..

Criminel

Furoncle

Rotation des ongles dans le lit de l'ongle

Compression du nerf spinal

Le syndrome radiculaire aigu est une condition pathologique dans laquelle se produit une compression des racines vertébrales. La compression peut se produire du côté des disques intervertébraux lorsqu'ils sont déplacés ou herniés, du côté des corps vertébraux, du côté des formations volumiques (tumeurs, kystes, anévrismes, etc.). Les symptômes du syndrome radiculaire dépendent du niveau auquel la compression des nerfs spinaux se produit..

Le principal symptôme d'un syndrome radiculaire est la douleur, dans la projection de l'innervation d'un nerf compressible. En particulier, la douleur dans les orteils peut être causée par la compression des racines vertébrales au niveau de L4 - S2 (de la 4e lombaire à la 2e vertèbre sacrée). À cet intervalle, les nerfs partant de la moelle épinière sont responsables de l'innervation motrice et sensorielle de l'extenseur long des doigts, de l'extenseur long et court du gros orteil, des fléchisseurs long et court des orteils, ainsi que du fléchisseur court du gros orteil. Ainsi, un changement de position corporelle peut améliorer ou affaiblir la compression des nerfs, entraînant des variations de l'intensité du syndrome douloureux. Cette caractéristique distingue le syndrome radiculaire des autres maladies avec des dommages directs au niveau des orteils, dans lesquels la douleur dépend peu de la position du corps..

Syndrome / maladie de Raynaud

La maladie de Raynaud est une affection pathologique qui se manifeste comme un spasme idiopathique (cause primaire inconnue) des artères périphériques et des artérioles. Un symptôme classique de la maladie de Raynaud est le blanchiment et le bleuissement des doigts et des orteils lorsqu'ils sont exposés à de basses températures ambiantes. Le syndrome de Reynaud se réfère à un spasme secondaire ou symptomatique des artères et artérioles ci-dessus, qui n'est apparemment pas différent de la maladie de Reynaud. En d'autres termes, le syndrome de Raynaud peut être la manifestation d'une des nombreuses maladies. Selon les statistiques, la maladie et le syndrome de Raynaud sont plus fréquents parmi la population féminine.

Dans la littérature mondiale, le syndrome de Raynaud accompagne parfois des maladies vasculaires obstructives (athérosclérose, thromboangiite oblitérante, thromboembolie), endocardite infectieuse, cryoglobulinémie, véritable érythrocytose, certaines pathologies professionnelles (effets chroniques du froid, de l'électricité, des vibrations, etc.). Le syndrome de Raynaud est également noté dans les maladies systémiques du tissu conjonctif (sclérodermie, lupus érythémateux disséminé, dermatomyosite), le syndrome radiculaire aigu et chronique, le syndrome du muscle scalène antérieur, ainsi qu'en cas d'intoxication par certains médicaments (dihydroergotamine, nicotine, métisergide, etc.).

Étant donné que le spasme artériel périphérique se produit pendant la maladie et le syndrome de Raynaud, les tissus qui fournissent le sang à ces vaisseaux connaissent une carence aiguë en oxygène et en nutriments, ce qui fait ressentir au patient une douleur intense. L'intensité du syndrome douloureux est proportionnelle à la sévérité du spasme et à sa durée.

Empoisonnement à l'arsenic

L'arsenic est l'une des substances qui ont un effet néfaste sur le corps humain. Le mécanisme de son action est associé à une violation des processus intracellulaires. En fonction de la dose absorbée, cette substance entraîne rapidement ou progressivement le développement d'une défaillance multiviscérale. Les sources possibles d'arsenic comprennent le plomb, le nickel, les minerais de cobalt, les pesticides, les herbicides, certains colorants, la poussière volcanique, etc..

L'intoxication aiguë se manifeste par des convulsions, une baisse de la pression artérielle, une insuffisance rénale aiguë et un coma, qui entraînent souvent la mort. L'empoisonnement chronique se développe lorsque la substance pénètre progressivement dans l'organisme à des doses extrêmement faibles. Cependant, en raison de l'élimination extrêmement lente de ce médicament du corps, à condition qu'il continue à couler, sa concentration atteint progressivement des valeurs dangereuses. Les symptômes sont quelque peu différents des symptômes d'intoxication aiguë, mais il existe également des signes de dommages à tous les systèmes corporels. L'un des signes d'empoisonnement chronique à l'arsenic est une douleur aiguë dans tous les orteils, l'arrêt modéré des analgésiques et des anti-inflammatoires.

Lèpre (lèpre)

Tumeurs osseuses primaires ou secondaires, kystes

Dans de rares cas, les tumeurs osseuses peuvent provoquer des douleurs aux orteils. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les tumeurs osseuses primaires sont plusieurs fois plus susceptibles de se produire chez les jeunes patients de moins de 15 ans que chez les patients plus âgés, et les tumeurs malignes se produisent 3 fois plus souvent. Les tumeurs secondaires sont des métastases à l'os de tumeurs malignes d'un emplacement différent. Les kystes osseux sont encore plus rares et, dans la plupart des cas, leur pronostic est favorable.

En règle générale, la présence d'une tumeur pendant longtemps passe inaperçue. Ce n'est que lorsqu'il atteint la taille nécessaire pour exercer une pression sur le périoste qu'il commence à provoquer des douleurs. De nombreuses tentatives pour traiter ces douleurs n'apportent pas beaucoup de résultats. La germination de l'os à travers le tissu tumoral est lourde de survenue d'une fracture pathologique (spontanée), car la tumeur viole la bonne architectonique de l'os et est donc un point faible.

Polynévrite avec syndrome paranéoplasique

Quel médecin dois-je contacter pour des douleurs aux orteils?

Étant donné que la douleur dans les orteils peut survenir avec diverses maladies, les médecins de diverses spécialités peuvent gérer leur traitement. Souvent, les patients visitent indépendamment un spécialiste après l'autre, reçoivent un traitement, mais la douleur ne disparaît pas. En relation avec ce qui précède, il est recommandé d'aborder le traitement de manière systémique. Le premier élément de ce système est la visite d'un médecin de famille qui peut effectuer un examen, passer des tests et, si nécessaire, demander une consultation avec un spécialiste particulier au profil étroit. Le spécialiste peut se voir confier des études de laboratoire ou instrumentales supplémentaires pour le patient, conçues pour confirmer ou infirmer définitivement le diagnostic initial.

En cas de douleur aux orteils, une consultation peut être nécessaire:

  • traumatologue;
  • rhumatologue;
  • physiothérapeute;
  • chirurgien
  • spécialiste des maladies infectieuses;
  • neurologue;
  • neurochirurgien;
  • oncologiste;
  • toxicologue et autres.
Le tableau ci-dessous explique quelles maladies relèvent de la compétence d'un spécialiste particulier..

SpécialisteMaladie
Traumatologue
  • entorse;
  • étirement des tendons;
  • blessure au doigt (fracture, ecchymose);
  • brûler;
  • gelure.
Rhumatologue
  • lymphadénite;
  • lymphangite;
  • goutte;
  • véritable polycythémie;
  • érythrocytose secondaire;
  • polyarthrite rhumatoïde;
  • le lupus érythémateux disséminé;
  • dermatomyosite;
  • périartérite noueuse;
  • Granulomatose de Wegener;
  • Syndrome / maladie de Raynaud;
  • syndrome paranéoplasique.
Physiothérapeute
  • maïs sec;
  • étirement des tendons;
  • entorse;
  • récupération après fracture, contusion.
Chirurgien
  • l'athérosclérose;
  • thromboangiite oblitérante;
  • thromboembolie des artères des orteils;
  • maïs sec;
  • déformation en valgus du premier orteil;
  • Névrome de Morton;
  • l'ostéomyélite;
  • criminel;
  • furoncle;
  • rotation de l'ongle dans le lit de l'ongle.
Maladie infectieuse
  • lymphadénite;
  • lymphangite;
  • lèpre.
Neurologue
  • polynévrite diabétique.
Neurochirurgien
  • syndrome radiculaire aigu (tumeur, hernie spinale, fracture du corps vertébral, etc.).
Endocrinologue
  • polynévrite diabétique;
  • angiopathie diabétique.
Oncologiste
  • lymphadénite;
  • lymphangite;
  • tumeurs osseuses primaires et secondaires;
  • syndrome paranéoplasique.
Toxicologue
  • empoisonnement à l'arsenic.

Diagnostiquer les causes de la douleur dans les orteils

Diagnostic clinique

L'étude des caractéristiques du tableau clinique implique tout d'abord une collecte approfondie des antécédents médicaux (antécédents de développement) de la maladie. De plus, un examen physique est important (examen, palpation et percussion), ce qui vous permet d'obtenir le maximum d'informations sur la maladie avant le stade des études de laboratoire et instrumentales.

Étant donné que la plainte principale est la douleur, ses caractéristiques doivent être déterminées (aiguë, sourde, lancinante, brûlante, choc électrique, etc.). Il est utile de connaître l'intensité de la douleur. Si l'intensité varie, alors à quelle heure de la journée et quels facteurs affectent l'intensification et la réduction de la douleur. Si une raideur dans les articulations des orteils est présente le matin, vous devez savoir combien de temps elle passe. Il est important de savoir depuis combien de temps le patient souffre, comment la douleur est apparue pour la première fois et ce qui l'a provoquée. Vous devez demander si le patient a subi des blessures et, dans l'affirmative, depuis combien de temps.

En plus des questions liées directement au principal symptôme (douleur), vous devez savoir quels symptômes accompagnent la douleur. En particulier, il convient de se demander si le patient a eu de la fièvre, des frissons, des contractions musculaires, des éruptions cutanées, une diminution de la force musculaire, une déformation des orteils, une bouche sèche, etc..

La palpation des doigts douloureux vous permet de déterminer la présence d'un processus inflammatoire actif ou son absence. De plus, il est parfois palpable de déterminer la présence d'une fracture ou d'une sorte de formation volumétrique. La sensation de resserrement lors du déplacement dans les articulations suggère l'idée de changer l'intégrité des surfaces articulaires. La percussion des os des orteils permet avec une probabilité assez élevée de diagnostiquer des processus dans lesquels le périoste est endommagé (fractures, ostéomyélite, tumeurs osseuses, etc.).

Diagnostic de laboratoire

Les études en laboratoire fournissent souvent au médecin les informations nécessaires pour poser un diagnostic, mais en elles-mêmes, sans le reste des données (cliniques, instrumentales), elles ne sont pas des preuves suffisantes pour confirmer le diagnostic. En d'autres termes, leur rôle est secondaire, auxiliaire. La raison en est la probabilité d'une interprétation diverse des résultats d'analyse et la probabilité plutôt élevée de faux négatifs et de faux positifs en raison du facteur humain, de la mauvaise qualité des réactifs, etc..

L'analyse principale aujourd'hui est un test sanguin général - reflétant l'état de l'organisme entier. Selon son résultat, le médecin peut déterminer la direction dans laquelle se déplacer à la recherche de la cause de la douleur. Une baisse des taux de globules rouges et d'hémoglobine peut être un signe d'intoxication, un processus de moelle osseuse maligne ou une perte de sang. Une augmentation du nombre de globules rouges et d'hémoglobine est observée avec l'érythrémie (véritable polycythémie) ou avec l'érythrocytose secondaire. Le nombre de leucocytes et de plaquettes donne une idée de l'état des germes hématopoïétiques correspondants.

Une augmentation du niveau de leucocytes indique un processus inflammatoire. La nature et la gravité du processus inflammatoire peuvent être jugées sur la base de la formule leucocytaire. Une augmentation du niveau de neutrophiles poignardés indique une activité élevée du processus inflammatoire en réponse à une invasion bactérienne. Une augmentation de la proportion de lymphocytes indique la nature virale de l'inflammation. Une augmentation de la proportion d'éosinophiles peut être observée avec des réactions allergiques et des invasions helminthiques. Le taux de sédimentation érythrocytaire est également un indicateur de l'intensité du processus inflammatoire.

Un test sanguin biochimique peut fournir à votre médecin des informations plus spécifiques. En particulier, pour la douleur aux orteils, les tests rhumatismaux (antistreptolysine-O, facteur rhumatoïde, protéine C réactive), le niveau des complexes immuns circulants, le niveau des immunoglobulines G et M, et le niveau des cryoglobulines sont d'une grande importance. Dans certains cas, il est possible de déterminer les marqueurs de certaines tumeurs malignes, notamment osseuses. La destruction osseuse peut se traduire par une augmentation du titre de la phosphatase alcaline. Avec la destruction des fibres musculaires, une augmentation du niveau de créatine phosphokinase de la fraction MM est à prévoir. Les lésions rénales se manifestent par des concentrations accrues de créatinine sérique et d'urée. Les dommages aux cellules hépatiques affectent l'activité des transaminases.

Diagnostic instrumental

Les méthodes instrumentales sont l'une des plus informatives aujourd'hui, car dans la plupart des cas, elles permettent de visualiser la cause de la douleur.

Pour diagnostiquer les causes de la douleur aux orteils, des études telles que:

  • radiographie numérique;
  • échographie (échographie);
  • dopplerographie des vaisseaux des membres inférieurs;
  • tomodensitométrie (TDM);
  • imagerie par résonance magnétique (IRM);
  • scintigraphie;
  • rhéovasographie;
  • électromyographie, etc..
Radiographie numérique
Aujourd'hui, la radiographie numérique est considérée comme une recherche beaucoup plus avancée que la radiographie simple, qui est encore utilisée dans certaines institutions médicales. Son avantage indéniable est une plus grande clarté et détails de l'image avec moins d'exposition du patient. Grâce à cette étude, il est possible de diagnostiquer les causes de douleurs aux orteils associées à la pathologie osseuse (fractures, ostéomyélite, kystes intraosseux, polyarthrite rhumatoïde, etc.).

Examen échographique (échographie)
L'échographie est utilisée pour diagnostiquer les causes de douleurs aux orteils associées à la pathologie des tissus mous et du cartilage (névrome de Morton, panaritium, furoncles, etc.). L'avantage de cette méthode est la sécurité absolue pour le chercheur, ainsi que la disponibilité relativement élevée de la méthode.

Dopplerographie des vaisseaux des membres inférieurs
Cette étude vous permet de visualiser la lumière d'un vaisseau sanguin et de déterminer la direction et la vitesse du flux sanguin à l'intérieur. Elle est réalisée pour exclure la cause vasculaire de douleur aux orteils (athérosclérose, thrombose, thromboembolie, thromboangiite oblitérante, etc.). Cette étude est également totalement inoffensive, mais moins courante que l'échographie simple..

Tomodensitométrie (TDM)
La TDM est l'une des méthodes de recherche radiologique les plus modernes à ce jour. Ils recourent à son utilisation lorsque les autres méthodes de visualisation ont été impuissantes, car la TDM permet de détecter des changements de quelques mm seulement. Étant donné que cette méthode est basée sur l'utilisation de rayons X, les pathologies osseuses sont mieux déterminées avec son aide. L'utilisation de produit de contraste intraveineux simplifie considérablement le diagnostic des néoplasmes malins, car ces derniers ont un réseau vasculaire dense et bien développé.

Cette étude est contre-indiquée chez la femme enceinte et est prescrite avec une grande prudence aux enfants en relation avec une dose importante de rayonnement. Tous les autres sont autorisés au maximum une fois par an..

Imagerie par résonance magnétique (IRM)
Cette étude n'est pas inférieure à la TDM dans son contenu informationnel, mais est plutôt utilisée pour la visualisation de la pathologie des tissus mous (polynévrite, radiculopathie, hernies vertébrales, modifications des organes internes caractéristiques des maladies systémiques, etc.). L'avantage de cette méthode est l'innocuité absolue. De ce qui précède, la possibilité d'une IRM pendant la grossesse s'ensuit. Les enfants et les patients atteints de claustrophobie sont préalablement injectés dans un somnifère, car la procédure dure 25-30 minutes, pendant lesquelles le patient doit rester immobile.

Scintigraphie
La scintigraphie est une méthode instrumentale prometteuse utilisée pour déterminer la fonction de certains organes internes. Il est également utilisé pour localiser les tumeurs primitives et même leurs plus petites métastases, si ces dernières n'avaient pas été détectées dans les études précédentes..

Rhéovasographie
La rhéovasographie est une méthode instrumentale qui détermine les troubles circulatoires de certaines parties du corps. Cette méthode est largement utilisée pour diagnostiquer les troubles de la microcirculation autonome..

Électromyographie
En utilisant cette méthode, la capacité d'une fibre musculaire à répondre à une impulsion nerveuse est déterminée. Ralentir la réaction ou réduire la force de la réaction peut être en faveur de la dermatomyosite.

Comment traiter quand les orteils font mal?

Entorse

Les premiers soins pour étirer les ligaments des orteils sont l'application d'un sac de glace ou d'un autre objet froid (viande congelée) sur le lieu d'étirement. La douleur étant très prononcée, il est également recommandé de prendre l'un des analgésiques. Le kétanov, le dexalgin, le nurofène et d'autres comprimés peuvent apparaître dans l'arsenal à domicile. Il existe également des analgésiques plus puissants dans l'arsenal de l'ambulance, administrés par voie intramusculaire (tramadol) ou par inhalation (pentrox)..

Il est extrêmement important de consulter un traumatologue afin d'exclure une rupture ligamentaire, ce qui nécessite la suture chirurgicale. Pendant un certain temps après une entorse, la jambe doit être reposée. En règle générale, avec un simple étirement, 1 à 2 semaines suffisent. Après l'agrafage chirurgical, le rétablissement peut prendre jusqu'à un mois. Pour immobiliser un membre, des orthèses (dispositifs de fixation externe des articulations) sont utilisées, comme une botte ou, au pire, des supports élastiques ou un enroulement avec un bandage élastique. La première moitié de la période nécessaire à la récupération, il est recommandé de se déplacer sans se reposer sur les orteils, sur lesquels il y avait un étirement. La seconde moitié est la période de développement en douceur du tendon fusionné afin d'empêcher le développement de la contracture.

Tendons tendus

Les étirements des tendons musculaires peuvent être extrêmement douloureux et s'accompagner d'une rupture partielle ou complète de ceux-ci, ainsi que de saignements interstitiels modérés, qui conduisent par la suite à un hématome. Afin de réduire la douleur, réduire l'inflammation et les saignements, l'application de froid (sac de glace) est recommandée dans les premières minutes après la blessure. Des analgésiques (kétans, dexalgin, ibuprofène, analgin, etc.) seront utiles. Avec un syndrome douloureux très sévère, vous devez appeler une ambulance, car elle a des analgésiques plus puissants. De plus, une ambulance peut emmener le patient à l'hôpital pour une consultation avec un traumatologue afin d'exclure des complications plus graves de la blessure..

Les 2 à 3 semaines suivantes, les tendons endommagés des orteils doivent être reposés. Si nécessaire, une orthèse du type de botte ou de bandages élastiques est appliquée. À partir de la moitié de la période de rééducation (pas plus tôt), vous pouvez progressivement commencer à bouger vos doigts pour éviter le développement de la contracture.

En cas de blessure (ecchymose, fracture)

Tout d'abord, sur un doigt endommagé, vous devez mettre un sac de glace ou quelque chose de froid. Si la fracture est ouverte et s'accompagne de lésions cutanées, la surface de la plaie est d'abord lavée à l'eau propre, traitée avec des antiseptiques (peroxyde d'hydrogène, une faible solution de permanganate de potassium), recouverte d'un bandage stérile et seulement ensuite, mettez un sac de glace sur le dessus. Si possible, le doigt blessé doit être immobilisé. Pour les fractures des doigts, des analgésiques puissants tels que le tramadol doivent être utilisés. Puisqu'il n'y a pas de tels médicaments dans le domaine public, vous devriez appeler une équipe d'ambulance, qui a probablement ces médicaments.

Il est fortement recommandé d'aller à l'hôpital, de prendre une radiographie du membre et, si une fracture est détectée, d'envisager sérieusement la nécessité d'une hospitalisation. Si une fracture est exclue, le patient blessé recevra des recommandations d'un traumatologue concernant le traitement ultérieur de l'ecchymose à domicile.

Avec une brûlure

Dans les premières secondes après une brûlure, il est fortement recommandé que la surface brûlée soit exposée à un jet d'eau froide ou de glace. Cette manœuvre vous permet d'arrêter instantanément le processus de destruction thermique des cellules et de réduire la quantité de tissu qui sera ensuite détruite par une nécrose secondaire. En cas de brûlures, la zone de nécrose secondaire peut être de deux voire trois zones de nécrose primaire.

La nécrose primaire est affectée par des cellules directement affectées par des températures élevées. La nécrose secondaire se développe plusieurs heures après une brûlure par la défaite des cellules saines voisines par des substances libérées des cellules détruites initialement.

Dans les heures qui suivent une brûlure, la surface affectée doit être traitée avec des serviettes spéciales humidifiées avec des antiseptiques et des agents métaboliques (APPOLO, eplan, etc.). Les pommades à effet cicatrisant localement (dexpanthénol, solcoséryl, etc.) sont également activement utilisées. Avec une grande zone de brûlures, le patient doit être hospitalisé dans l'unité de soins intensifs du service des brûlures et surveiller les indicateurs rhéologiques du sang, de l'ionogramme et de l'hémodynamique. Après une stabilisation relative du patient, des opérations d'autotransplantation cutanée sont effectuées..

Avec des engelures

Le traitement des engelures dépend de sa gravité. Plus le volume d'engelure des tissus est important, plus le traitement chirurgical est probable.

Au premier et au deuxième degré d'engelures, le traitement consiste principalement à utiliser des médicaments qui accélèrent la régénération tissulaire. Il s'agit notamment des onguents mentionnés ci-dessus, le dexpanthénol, le solcoséryl, etc. Tout au long du traitement, les patients doivent veiller à ne pas endommager la peau gelée et en particulier la bulle afin d'éviter l'infection..

Aux troisième et quatrième stades d'engelures des orteils, il faut souvent recourir à l'amputation, car les engelures dans ces cas atteignent les os et les tissus mous deviennent non viables. Une tentative de sauver les doigts conduit souvent à la gangrène, à la propagation de la zone de nécrose et à la généralisation de l'infection.

Avec lymphadénite

Puisque la lymphadénite n'est pas une maladie indépendante, mais n'est qu'un symptôme, le moyen le plus raisonnable de s'en débarrasser est de traiter la maladie sous-jacente. Dans ce cas, les antibiotiques, les médicaments hormonaux, parfois les cytostatiques et les médicaments antitumoraux seront très probablement utilisés..

Dans certains cas, lorsque le traitement de la maladie sous-jacente n'est pas possible, la lymphadénite peut être traitée chirurgicalement. En particulier, cette approche est pratiquée en oncologie, en présence de métastases tumorales malignes dans les ganglions lymphatiques régionaux. Parfois, cette opération est effectuée à des fins thérapeutiques et avec des types avancés de cancer - avec des soins palliatifs (visant à ne pas soulager la souffrance du patient).

Avec lymphangite

Avec goutte

Le traitement de la goutte lors d'une exacerbation consiste à utiliser des médicaments anti-inflammatoires et des agents qui affectent le métabolisme de l'acide urique.

Parmi les anti-inflammatoires, la préférence est donnée aux substances sélectives non stéroïdiennes, c'est-à-dire qui affectent légèrement la muqueuse du tractus gastro-intestinal (nimésulide, méloxicam, ibuprofène). L'efficacité de l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens à action locale (diclofénac, dimexide, etc.) est élevée. Dans les cas extrêmes, lorsqu'ils sont réfractaires à ces médicaments, ils peuvent recourir à l'administration intraarticulaire ou périarticulaire de préparations hormonales à base de bétaméthasone, triamcinolone et dexaméthasone.

Parmi les médicaments qui affectent le métabolisme de l'acide urique, on distingue l'allopurinol, la colchicine, la benzbromarone et la sulfinpyrazone. Ces substances médicinales réduisent considérablement la concentration d'acide urique dans le sang et le liquide intra-articulaire, éliminant ainsi la cause de l'exacerbation de la goutte.

Avec angiopathie diabétique

Malheureusement, l'angiopathie diabétique est l'une des maladies qui répondent mal au traitement médicamenteux. La raison en est la fibrose et la déformation des artérioles, dans lesquelles la paroi vasculaire réagit mal aux médicaments qui améliorent la microcirculation. Cependant, ces médicaments sont utilisés dans le traitement de cette maladie. Les plus courants sont la pentoxifylline et la cinnarizine..

Un certain effet est donné par les médicaments qui améliorent les propriétés rhéologiques du sang (fraxiparine, warfarine, aspirine, clopidogrel, réopoliglukine, etc.). La surveillance du niveau optimal de glucose dans le sang permet de prévenir cette complication du diabète et de ralentir sa progression. Dans l'angiopathie diabétique compliquée d'une gangrène de l'orteil, la seule issue est de l'amputer..

Étant donné que les médicaments ci-dessus ont un effet prononcé sur les systèmes du corps, leur consommation doit être coordonnée par un médecin.

Avec polynévrite diabétique

Le traitement de la polynévrite diabétique repose sur la normalisation de la glycémie, l'élimination du processus inflammatoire et l'amélioration du métabolisme des cellules nerveuses.

Le contrôle du diabète est une tâche difficile, mais il peut se faire sous la condition de la discipline du patient, d'un suivi régulier de la glycémie (taux de glucose dans le sang) et de visites régulières chez l'endocrinologue. Selon le type et la gravité du diabète, les médicaments sont sélectionnés pour une utilisation orale (metformine, glibenclamide, glipizide, etc.) et parentérale (injections) (insuline).

L'élimination du processus inflammatoire se produit sous l'influence de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, de préférence une action sélective (nimésulide, méloxicam, célécoxib, etc.). L'amélioration du métabolisme des fibres nerveuses est obtenue par l'utilisation de vitamines B (benevron, thiamine, cyanocobalamine, etc.).

Avec l'athérosclérose

Si la douleur dans les orteils se produit dans le contexte de l'athérosclérose, le traitement de cette affection comprend des médicaments qui réduisent les lipides sanguins, améliorent la microcirculation, améliorent la rhéologie sanguine, les antispasmodiques et parfois les bloqueurs de ganglions et les nitrates.

Parmi les médicaments qui abaissent le cholestérol, on distingue les lipoprotéines et les triglycérides, la rosuvastatine, l'atorvastatine, la simvastatine, etc..
L'amélioration de la microcirculation est obtenue en prescrivant de la pentoxifylline et de la cinnarizine, ainsi qu'en prenant des anticoagulants (héparine, fraxiparine), des agents antiplaquettaires (cardiomagnyl, clopidogrel), des solutions de remplacement du plasma (reopoliglyukin, refortan, etc.).
Les antispasmodiques (papavérine, drotavérine) contribuent à l'expansion des artérioles.
Les bloqueurs de ganglions (pentamine) développent également les artérioles en éliminant l'influence du système nerveux sympathique sur eux..
Dans les cas particulièrement graves, les nitrates (dinitrate et mononitrate d'isosorbide) sont utilisés pour gagner du temps pour une intervention chirurgicale. Ces médicaments présentent un effet vasodilatateur prononcé, mais une pression artérielle plus basse, c'est pourquoi leur utilisation est très limitée.

Souvent, même en utilisant des médicaments de tous les groupes ci-dessus, il est difficile d'obtenir un effet positif du traitement, car le ton des vaisseaux sanguins affectés par l'athérosclérose est mal régulé. Dans de tels cas, ils ont recours à une vasodilatation chirurgicale par vasodilatation endovasculaire par ballonnet. Le développement de la gangrène est une indication de l'amputation des doigts..

Avec thromboangiite oblitérante

Le traitement de cette maladie est basé sur une diminution de la composante auto-immune, l'élimination du spasme des vaisseaux sanguins et l'amélioration de la microcirculation.

L'élimination du composant auto-immun est réalisée par la nomination de glucocorticostéroïdes (méthylprednisolone, dexaméthasone), cependant, en raison des nombreux effets secondaires d'un tel traitement, il est rarement utilisé. L'élimination des spasmes est réalisée avec des antispasmodiques (papavérine, drotavérine). En l'absence de l'effet des médicaments ci-dessus, des nitrates (cardicet, monosan, nitroprussiate de sodium) et des bloqueurs ganglionnaires (pentamine) sont utilisés sous le contrôle de la pression artérielle. L'amélioration de la microcirculation est obtenue en utilisant des correcteurs de microcirculation (pentoxifylline, cinnarizine), des substituts du plasma (réopoliglyukine, refortan), des anticoagulants (warfarine, thrombostop, rivaroxaban) et des agents antiplaquettaires (acétylsalicylate, clopidogrel).

Si la sténose des artères est au niveau des pieds et au-dessus, une dilatation endovasculaire par ballonnet du vaisseau peut être entreprise sur le site du rétrécissement, suivie de l'installation du stent. Une localisation plus distale de la sténose (artères numériques) n'est pas traitée par voie endovasculaire en raison des limites techniques de la méthode. Avec le développement de la gangrène, l'amputation est effectuée à la frontière des tissus sains.

Avec thromboembolie des artères numériques

Avec une vraie polycythémie et une érythrocytose secondaire

Avec du maïs sec

Malheureusement, le traitement des cors secs n'est pas une procédure agréable, surtout si le patient veut se passer d'une intervention chirurgicale. Son objectif principal est d'effacer le noyau pointu du maïs en le frottant sur la surface de l'os. Ce processus est assez douloureux, mais la méthode fonctionne. Immédiatement avant la procédure, il est recommandé au patient de bien cuire la jambe afin que la peau dure de la surface plantaire des doigts devienne douce. Ensuite, vous devez choisir une serviette dense, graisser sa surface avec du savon pour une meilleure glisse (meilleure qu'une maison, malgré la forte odeur), s'allonger sur le sol et maintenir la callosité sur la serviette avec force. Au début, cette procédure est très douloureuse, mais après quelques minutes, le grain de maïs cuit à la vapeur est effacé et la douleur est réduite. Pour un effet plus ou moins stable, il est recommandé d'effectuer au moins 2-3 interventions avec une pause de plusieurs jours entre elles. Malheureusement, les rechutes (exacerbations répétées) sont caractéristiques de ce type de traitement.

Une méthode radicale de traitement des cals secs est son ablation chirurgicale. Malgré la localisation superficielle externe, cette lésion cutanée peut pénétrer profondément dans les tissus mous, ce qui rend l'opération plus invasive (avec plus de lésions tissulaires lors de l'intervention). Dans la plupart des cas, après la chirurgie, les rechutes (exacerbations répétées) ne se produisent pas, et si elles le font, pas plus tôt qu'après quelques années.

D'autres méthodes de traitement sont inefficaces et de courte durée. Les médicaments pour le traitement symptomatique peuvent inclure des anti-inflammatoires non stéroïdiens topiques (compresses avec du dimexide, du diclofénac) et des effets systémiques (nimésil, méloxicam, etc.).

Avec des grains mous (humides)

Le traitement des callosités molles (humides) consiste principalement à utiliser des solutions antiseptiques locales et des onguents. Il est recommandé d'éviter de blesser la vessie avec du liquide au-dessus du maïs en la couvrant avec un pansement ou un bandage. Cependant, lorsque le maïs est localisé entre les orteils et qu'il est difficile de le protéger des dommages, il est nécessaire de le percer. La ponction doit être effectuée avec une aiguille fine stérile aussi près de la base du maïs que possible parallèlement à la surface de la peau. Après la ponction, tout le liquide accumulé doit être pressé sur un bandage stérile, après quoi le maïs doit être étroitement bandé avec un bandage propre pendant plusieurs heures. Le pansement doit être retiré la nuit pour éviter que la peau ne se mouille et ne s'infecte..

Cependant, idéalement, il est recommandé de supporter et de ne pas ouvrir le maïs. Après quelques jours de repos, le liquide qu'il contient se résoudra et la douleur disparaîtra. L'essentiel est d'assurer le niveau d'hygiène approprié et d'éviter les blessures aux cors.

Avec les maladies rhumatismales

Le traitement de la douleur des doigts dans les maladies rhumatismales doit être étiologique et pathogénétique. Le traitement étiologique implique une exposition à la cause de la maladie sous-jacente par l'administration d'hormones glucocorticoïdes (méthylprednisolone, dexaméthasone) et de cytostatiques (méthotrexate, fluorouracile, etc.). Le type et la posologie des médicaments dépendent du type de maladie rhumatismale et de son activité.

Le traitement pathogénique consiste à utiliser des anti-inflammatoires non stéroïdiens (célécoxib, méloxicam), des correcteurs de la microcirculation (cinnarizine, pentoxifylline), des antispasmodiques (duspataline, drotavérine), etc..

Avec hallux valgus du premier orteil

Avec une déformation en hallux valgus des premiers orteils et une douleur associée dans les "os" des orteils, des médicaments sont utilisés pour réduire le processus inflammatoire local. Il s'agit notamment des onguents anti-inflammatoires (diclofénac, indométacine), des compresses de dimexide, des mailles d'iode, etc. Ce traitement est symptomatique et n'élimine pas la cause. Quelque temps après la fin du traitement, la douleur réapparaît.

Le traitement radical et final est la correction chirurgicale de cette pathologie. Il existe plusieurs méthodes de chirurgie efficaces, dont le choix dépend des nuances anatomiques d'un patient particulier.

Avec le neurinome de Morton

Le traitement du névrome de Morton est divisé en soins médicaux et chirurgicaux. Le traitement médicamenteux vise à éliminer le processus inflammatoire dans la zone du névrome, ce qui réduit la pression sur celui-ci et la douleur. De plus, il est recommandé de porter des chaussures qui n'exercent pas de pression sur cette tumeur.

Néanmoins, en raison du fait que le névrome de Morton n'a pas tendance à régresser indépendamment non dans le contexte du traitement médicamenteux, le patient devra tôt ou tard recourir à son ablation chirurgicale, car l'intensité du syndrome douloureux augmentera progressivement et régulièrement. Ce n'est qu'après un traitement chirurgical que cette tumeur peut être considérée comme guérie, bien que de rares cas de rechute (réapparition) au même endroit soient décrits dans la littérature..

Avec ostéomyélite

Avec panaritium

Le traitement du panaritium dépend de sa localisation. Si le panaritium est situé par voie intradermique ou sous-cutanée, le traitement peut se limiter à appliquer des pansements avec des pommades qui y attirent du pus (pommade Vishnevsky, pommade ichthyol). Cependant, un tel traitement n'est pas toujours efficace et peut conduire à un processus chronique avec formation de fistule purulente.

Tactiquement, la solution la plus correcte est l'ouverture chirurgicale d'un foyer purulent avec assainissement ultérieur de sa cavité avec des solutions antiseptiques et laissant le drainage dans la plaie postopératoire pendant plusieurs jours. Cette méthode est la moins risquée en termes de complications..

Avec une ébullition

Lorsque l'ongle tourne dans le lit de l'ongle

Avec compression des nerfs rachidiens

Le traitement du syndrome radiculaire dépend de la cause qui l'a provoqué, il est donc extrêmement recommandé d'avoir une IRM de la colonne lombaire pour exclure les erreurs de diagnostic.

Si la cause de la compression des racines de la moelle épinière est une tumeur, une hernie du disque intervertébral, un déplacement des corps vertébraux ou leur destruction, une intervention chirurgicale est nécessaire. Sans cela, il ne sera pas possible d'aider de manière significative le patient. Cependant, lorsque la douleur aux orteils d'origine radiculaire est causée par l'ostéochondrose, la spondylarthrite ankylosante, les spasmes musculaires persistants, la scoliose, etc., le traitement médicamenteux peut être plus ou moins efficace. L'élimination de la douleur dans ce cas est obtenue par l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (dexkétoprofène, méloxicam), d'antispasmodiques / relaxants musculaires (muskoflex, papavérine), de correcteurs de microcirculation (pentoxifylline, cinnarizine), de vitamines B (thiamine, cyanocobalamine, dramine, ben.

Avec le syndrome / la maladie de Raynaud

Avec les maladies systémiques du tissu conjonctif

Le principe principal du traitement de la douleur dans les orteils avec des maladies systémiques du tissu conjonctif est l'effet sur la cause de la maladie. En particulier, l'activité du processus pathologique doit être réduite par l'utilisation de cytostatiques, d'immunosuppresseurs et de glucocorticoïdes. En plus de traiter la pathologie sous-jacente, recourir à un traitement pathogénique visant à arrêter certains mécanismes de la maladie.

Les maladies systémiques du tissu conjonctif peuvent provoquer des douleurs aux orteils à travers plusieurs mécanismes (rétrécissement de la lumière des vaisseaux sanguins, polynévrite, etc.). À cet égard, pour le soulagement de la douleur peut nécessiter plusieurs groupes de médicaments. Il s'agit notamment des anti-inflammatoires non stéroïdiens (dexalgin, dexketoprofen), des correcteurs microcirculatoires (pentoxifylline, cinnarizine), des antispasmodiques (drotavérine, papavérine), des anticoagulants (héparine, warfarine), des agents antiplaquettaires (aspirine, bilfenmrel), et etc.

En cas d'empoisonnement à l'arsenic

Avec la lèpre (lèpre)

Avec tumeurs osseuses primaires ou secondaires et kystes

Dans les tumeurs malignes du tissu osseux, le traitement médicamenteux est associé à un traitement chirurgical. Si la tumeur est maligne et primaire, elle est retirée avec un cours / une chimiothérapie et / ou une radiothérapie ultérieurs. Différentes tumeurs répondent différemment à différents types de traitement, le type de traitement est donc choisi en fonction du type histologique de tumeur.

Si la tumeur est secondaire (métastase), le traitement de la douleur causée par elle est un médicament. Les médicaments sont prescrits en fonction de la gravité de la douleur. Pour les douleurs légères, des analgésiques non stéroïdiens (dexalgin, kétorolac, dexcétoprofène) sont prescrits. Pour les douleurs d'intensité modérée, le tramadol est prescrit. En cas de douleur intense, des analgésiques narcotiques sont prescrits (morphine, omnopon, fentanyl, etc.). La combinaison d'analgésiques narcotiques avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens élimine mieux la douleur et réduit la dose d'analgésiques narcotiques.

Le traitement des kystes qui causent des douleurs aux orteils est exclusivement chirurgical. Il est fortement recommandé que le contenu du kyste ne soit pas envoyé un examen histologique, car une tumeur maligne peut être cachée sous le masque du kyste.

Avec polynévrite causée par le syndrome paranéoplasique

Le syndrome paranéoplasique est l'une des tâches les plus difficiles du plan de diagnostic. Ses manifestations peuvent être extrêmement diverses, donc dans la plupart des cas, elles passent inaperçues.

Le traitement de ce syndrome est l'ablation d'une tumeur maligne, après quoi les mécanismes auto-immuns diminuent progressivement. Si pour une raison ou une autre, l'élimination n'est pas possible, les anti-inflammatoires stéroïdiens (dexaméthasone, méthylprednisolone) peuvent être efficaces. L'effet de ces médicaments est un effet anti-inflammatoire et immunosuppresseur prononcé.

Pourquoi l'orteil est-il douloureux et enflé??

L'enflure est le signe d'un processus inflammatoire, qui dans la grande majorité des cas s'accompagne de douleurs de gravité variable. Les causes de cette inflammation peuvent être multiples. Parmi les plus courants, il y a les traumatismes, les engelures, les brûlures, l'exacerbation de la goutte, le processus inflammatoire purulent (ostéomyélite, ébullition, panaritium). Plus rarement, la cause peut être une tumeur maligne ou ses métastases osseuses..

Les blessures, les engelures et les brûlures, en règle générale, ne constituent pas des problèmes de diagnostic, car dans ces cas, une relation de cause à effet claire est tracée. Chacune des maladies a ses propres signes cliniques, qui sont connus même des personnes éloignées de la médecine..

Avec les maladies inflammatoires, les choses sont différentes. Il est parfois difficile de déterminer si le processus inflammatoire s'accompagne ou non d'une suppuration. Pour une cavité purulente, une élévation de la température corporelle, des douleurs éclatantes sévères, une augmentation significative de la taille du doigt sont caractéristiques. A la palpation, la peau du doigt est élastique, chaude au toucher. En règle générale, un seul doigt est affecté. L'inflammation de plusieurs doigts peut se produire dans le cadre d'un polytraumatisme, mais dans ce cas, une relation causale est à nouveau tracée. Une aide substantielle peut être fournie par un test sanguin général et une radiographie du pied. Dans le test sanguin général, une leucocytose (une augmentation de la concentration des leucocytes), un déplacement de la formule leucocytaire vers la gauche avec une prédominance de neutrophiles stab et une augmentation de l'ESR (vitesse de sédimentation des érythrocytes) sont notés. À la radiographie du pied dans plusieurs projections, une cavité purulente est clairement définie, si elle est à côté de l'os. Si une ostéomyélite est suspectée, une réaction périostée et une cavité osseuse peuvent être déterminées..

Le diagnostic des néoplasmes malins de l'os repose également sur des méthodes de radiographie. Le diagnostic primaire est basé sur une radiographie simple dans plusieurs projections, sur laquelle une lésion avec une architectonique osseuse irrégulière peut être déterminée. Un diagnostic plus précis est fait par tomodensitométrie avec contraste intraveineux ou par scintigraphie avec un produit radiopharmaceutique préféré pour le type de tumeur proposé. Le diagnostic final n'est fait que par confirmation histologique de la nature de l'éducation volumétrique.

Pourquoi avez-vous mal aux orteils??

Une douleur entre les orteils peut survenir lorsque l'appareil ligamento-tendineux du pied est étiré, cors, névrome de Morton, panaritium, infection fongique de la peau des pieds, etc..

L'étirement de l'appareil ligament-tendon ne peut généralement pas passer inaperçu. Le patient dit qu'à la veille de la douleur, il s'est tordu la jambe ou a fait un travail physique. La douleur au repos est sourde et lorsque vous essayez de bouger, elle s'intensifie fortement. Les signes locaux d'inflammation sont légers..

Le diagnostic des cors n'est pas difficile. Les douleurs avec eux sont précisément localisées, ne se propagent pas en dehors de ses limites. Avec des soins appropriés, le maïs lui-même passe sans traitement spécial. Les cors secs, contrairement aux cors humides (mous), se développent rarement sur la surface interdigitale. Ils se caractérisent par une localisation sur la surface plantaire des doigts.

Le neurinome de Morton est presque toujours localisé dans l'espace entre les têtes de 3-4 os métatarsiens. Il ne provoque pas d'inflammation autour de lui et ne provoque de douleur que lorsqu'il est pressé pendant la palpation ou lors de la marche dans des chaussures inconfortables..

Les panaritiums qui peuvent provoquer des douleurs dans l'espace entre les doigts sont généralement localisés superficiellement (par voie intradermique ou sous-cutanée) et ne posent pas de problèmes de diagnostic. Leur traitement est chirurgical ou médicamenteux, selon les conditions.

L'infection fongique est l'une des rares causes pouvant provoquer simultanément des douleurs dans tous les plis interdigitaux. Cependant, en général, certains plis sont plus affectés que d'autres et seulement ils font mal en conséquence. Extérieurement, les zones d'infection fongique de la peau des pieds sont blanchâtres, gercées. Les ongles des orteils sont déformés et exfolient. Une odeur désagréable spécifique peut provenir des jambes. Dans les endroits où la peau est fissurée, des signes d'un processus inflammatoire local sont notés, ce qui est une source de douleur chez ces patients.

Pourquoi ça fait mal sous les ongles?

La douleur ressentie sous les ongles des orteils peut être le signe d'un hématome ou d'un panaritium subungual. Rarement des douleurs sous l'ongle peuvent être causées par la rupture du mélanome sous-unguéal.

Dans la grande majorité des cas, les premières raisons mentionnées ci-dessus sont liées aux blessures aux doigts. De telles blessures se retrouvent souvent chez les joueurs de football et, curieusement, dans les ballerines. Ce sont les ballerines qui endommagent souvent les gros orteils en raison de la nécessité de supporter le poids de tout le corps sur elles pendant la danse. L'hématome subungual est reconnu tout simplement, car il apparaît immédiatement après la blessure et colore l'ongle d'une couleur rouge foncé. Après un certain temps, la couleur de l'ongle devient noire. Plus tard, l'ancien ongle disparaît et à sa place, vous pouvez voir un nouvel ongle transparent.

Le développement du panaritium subungual peut se produire lorsqu'une infection pénètre dans l'hématome subungual ou se développe indépendamment. Le tableau clinique dans ce cas est un peu plus difficile. La douleur s'intensifie progressivement jusqu'à ce que le foyer purulent soit ouvert ou jusqu'à ce qu'il se perde. La température corporelle peut augmenter, un malaise général est noté.

Le mélanome sous-unguéal est une tumeur extrêmement maligne. Une telle localisation complique sa détection précoce, grâce à laquelle la tumeur se développe et se désagrège sans entrave, provoquant la survenue de métastases dans d'autres organes et parties du corps. Ce type de tumeur est caractéristique des patients âgés, mais au cours des dernières décennies, malheureusement, cette maladie "est devenue plus jeune". La survenue d'une douleur avec mélanome sous-unguéal est un signe pronostique défavorable indiquant sa dégradation.

Pourquoi une bosse est apparue sur l'orteil et ça fait mal?

La masse douloureuse sur l'orteil peut être un cal sec ou humide, un nodule rhumatoïde ou un ganglion lymphatique enflammé..

Comme vous le savez, la cause des cors est la friction. Des cors humides apparaissent après qu'une force de friction a exercé une certaine partie du corps qui dépasse la résistance à la traction des contacts intercellulaires de l'épiderme. En d'autres termes, leur apparence est due à une seule exposition. Après une blessure, les couches supérieures de la peau sont séparées, une bulle apparaît, qui finit par disparaître d'elle-même.

Les grains secs apparaissent à la suite de lésions chroniques de la peau. Le mécanisme de leur formation est associé à des processus régénératifs excessifs de la peau, à la suite desquels une tige apparaît au centre du cal, blessant les tissus mous et provoquant une irritation des récepteurs de la douleur. Les dommages aux tissus mous entraînent le développement d'un processus inflammatoire qui soutient la douleur.

La polyarthrite rhumatoïde se manifeste par de petits nœuds douloureux situés principalement entre les petites articulations des mains et des pieds. L'inflammation du ganglion lymphatique dans la région des orteils est assez rare, car tous les patients n'ont pas de ganglions lymphatiques ici. La cause de l'inflammation du nœud peut être une blessure ou un processus inflammatoire (égratignure, champignon, panaritium, etc.). Le ganglion lymphatique enflammé s'agrandit, étirant sa capsule. La capsule contient des terminaisons nerveuses qui, lorsqu'elles sont étirées, deviennent irritées, provoquant une douleur aiguë.

Les remèdes populaires sont-ils efficaces dans le traitement de la douleur aux orteils?

Les remèdes populaires ne peuvent aider qu'avec une gamme étroite de maladies qui entraînent des douleurs aux orteils. Avant de commencer le traitement, il est fortement recommandé de consulter un médecin et d'établir exactement quelle pathologie est impliquée. Sinon, il y a un risque élevé de nuire au patient non pas avec un mauvais traitement, mais avec du temps perdu.

Certes, chaque médecin peut raconter plus d'une histoire de sa pratique sur les patients qui ont décidé de se soigner eux-mêmes et leurs proches, en se référant aux connaissances "approfondies" dans le domaine de la médecine traditionnelle. Malheureusement, presque toutes ces histoires se terminent par un échec.

En particulier, sans les études nécessaires, ne s'appuyant que sur les aspects cliniques du diagnostic, un médecin expérimenté (sans parler des patients) peut rater des fractures fermées, de l'ostéomyélite, des néoplasmes malins, rhumatismaux et bien d'autres maladies. Si vous ne traitez pas ces conditions à temps et avec les méthodes nécessaires, des complications irréversibles peuvent survenir, entraînant une invalidité et même la mort du patient..

Les patients doivent apprendre la règle selon laquelle, dans le contexte d'un traitement avec des remèdes populaires, l'état du patient ne s'améliore pas au cours des premiers jours ou s'aggrave au cours des premières heures, alors ce traitement doit être arrêté et consulter un médecin qualifié.

Que faire si un enfant a mal aux orteils?

Si l'enfant a développé des douleurs dans les orteils, la meilleure façon serait de contacter un pédiatre ou d'appeler une ambulance (pour une douleur intense et soudaine), suivie d'une admission aux urgences de l'hôpital pour enfants pour un examen détaillé.

Chez les enfants, comme chez les adultes, la liste des causes de douleur aux orteils est très longue. De plus, les caractéristiques d'âge du corps de l'enfant doivent être prises en compte. Par conséquent, une consultation spécialisée est recommandée pour le diagnostic, après quoi certaines études et analyses supplémentaires peuvent être nécessaires. L'une des études requises est la radiographie numérique des deux pieds. Cette étude élimine les fractures et les processus purulents qui présentent le plus grand risque pour la santé. De plus, sur la base de cette étude, il est parfois possible de soupçonner certaines maladies rhumatismales aux premiers stades..

Il est important de faire au moins un test sanguin général et un test urinaire général. Ces analyses reflètent l'état général du corps et sont conçues pour exclure les maladies les plus dangereuses pour la santé. Une fois que les causes de douleur les plus dangereuses sont exclues, vous pouvez effectuer une nouvelle recherche de la cause de la douleur dans les orteils de l'enfant, en vous tournant vers des spécialistes d'un profil plus étroit de manière planifiée..

Pourquoi les orteils sont bleus et douloureux?

Les orteils bleus associés à la douleur sont un signe d'insuffisance veineuse aiguë ou chronique. Plus rarement, de telles manifestations peuvent indiquer une maladie ou le syndrome de Raynaud..

Une insuffisance veineuse aiguë du pied et des orteils peut survenir à la suite d'une thrombose veineuse profonde de la jambe. Dans cette condition, le sang stagne sous le site de la thrombose, provoquant une douleur intense.

L'insuffisance veineuse chronique se développe en raison de l'expansion progressive de la lumière des veines profondes et superficielles des jambes avec insuffisance cardiaque. Dans le même temps, la vitesse du flux sanguin dans les veines diminue, la forme des thrombus pariétaux, la paroi vasculaire s'enflamme, la forme des veines change, des courbures pathologiques sont acquises qui aggravent l'écoulement sanguin déjà mauvais. À la suite d'un mauvais écoulement sanguin, une privation d'oxygène des tissus mous se produit, dans laquelle des douleurs ischémiques peuvent apparaître..

Le syndrome ou la maladie de Raynaud se manifeste par des spasmes des artères périphériques dans des situations stressantes ou en contact avec le froid. À de tels moments, le flux sanguin vers les membres s'arrête brusquement, à la suite de quoi ils pâlissent, deviennent bleus et blessés. Après le passage du spasme, l'approvisionnement en sang est rétabli et la douleur disparaît presque instantanément.