logo

Chemins ascendants et descendants de la substance blanche

Chez l'adulte, la moelle épinière s'étend du foramen occipital, où la médullaire oblongue passe dans la moelle épinière et se termine au niveau de l'espace L1 / L2 sous la forme d'un cône cérébral. Ensuite, le fil terminal est distal - un groupe de fibres, avant d'être inclus dans le coccyx. La longueur de la moelle épinière est d'environ 42 à 45 cm.

La forme de la moelle épinière ressemble à un cylindre. Diamètre antéropostérieur inférieur à la distance entre les bords latéraux.

- Fissure médiane antérieure: la rainure médiane antérieure dans laquelle passe l'artère vertébrale antérieure.

- Fissure médiane postérieure: moins prononcée que la rainure antérieure.

- Rainures dorsolatérales: délimitent la zone d'entrée des racines postérieures.

- Sillons antérolatéraux: délimitent la zone de sortie de la racine antérieure.

La moelle épinière est constituée de matière grise centrale (sous la forme d'un papillon) et de matière blanche à la périphérie. Les rainures médianes antérieure et postérieure divisent la moelle épinière en deux moitiés. Le canal central longe la ligne médiane dans la matière grise. Chaque côté de la moelle épinière se compose de trois piliers - les colonnes postérieure, antérieure et latérale, qui sont formées de plusieurs cordes et voies allant de haut en bas ou vice versa, formant des voies ascendantes ou descendantes. Dans la moelle épinière cervicale, des sillons supplémentaires passent, divisant les colonnes postérieures en. fasciculus gracilis (médialement) et fasciculus cuneatus (latéralement).

a) La matière grise de la moelle épinière. La moitié antérieure de la matière grise contient les cellules des cellules des racines antérieures, tandis que la moitié postérieure s'étend vers l'arrière, atteignant la surface de la moelle épinière près des racines postérieures.

b) La substance blanche de la moelle épinière. La matière blanche se compose de chemins ascendants et descendants (chemins). La commissure antérieure est adjacente à la rainure médiane antérieure. Les fibres sensibles pénètrent dans la moelle épinière par les racines postérieures. Toutes les impulsions sont transmises en fonction de l'origine de l'impulsion du côté opposé. Les fibres de la douleur et de la sensibilité à la température montent au fur et à mesure que le tractus spinothalamique latéral vers le thalamus, les fibres qui transmettent les sensations tactiles (toucher) montent sous la forme du tractus thalamique vertébral antérieur et également vers le thalamus.

Les fibres de myéline s'élèvent sous la forme de faisceaux minces et en forme de coin dans les colonnes postérieures à la moelle oblongue. Les impulsions passent par le troisième neurone dans le thalamus après avoir traversé la boucle médiale. La voie de la moelle épinière antérieure passe dans le cervelet par les pédicules cérébelleux supérieurs et la voie postérieure par les pédicules cérébelleux inférieurs..

Le tractus descendant principal est le tractus cortico-spinal (tractus pyramidal). Les fibres provenant du cortex traversent la couronne radieuse et la jambe arrière de la capsule interne. Dans la région des pyramides de la moelle oblongue, 90% des fibres se croisent avec le côté opposé et descendent en tant que tractus corticospinal latéral, et les 10% restants des fibres continuent de descendre sans intersection, formant le tractus corticospinal antérieur.

c) Approvisionnement en sang de moelle épinière:

- Artères vertébrales postérieures (ZCA): appariées, passent médialement avec les racines postérieures et nourrissent le tiers postérieur de la moelle épinière.

- Artère vertébrale antérieure (APS): se produit sous la forme de deux artères se connectant au niveau de la moelle oblongue. Le PSA passe dans la rainure médiane antérieure et alimente les deux tiers antérieurs de la moelle épinière.

Les artères radiculaires antérieure et postérieure traversent le foramen intervertébral, se connectant avec le PSA dans la partie distale et principalement sur le côté gauche.

En fonction du niveau de la moelle épinière, l'apport sanguin est assuré par différentes artères radiculaires. Les artères radiculaires accompagnent les racines à de nombreux niveaux, mais la contribution totale des artères radiculaires à la circulation sanguine de la moelle épinière est petite et limitée..

1. La région supérieure C1-T3:
- C1-C4: apport sanguin aux artères vertébrales antérieure et postérieure
- C5-C6: apport sanguin aux branches de l'artère vertébrale et du tronc artériel thyroïdien-cervical
- C7-T3: apport sanguin au tronc artériel costo-cervical

2. La région médiane (T4-T8) n'est alimentée en sang que par une seule artère radiculaire thoracique au niveau de T7 de l'aorte et est donc très vulnérable à l'ischémie («zone de bassin versant»)

3. La région inférieure (T9-sacrum):
- L'approvisionnement en sang est principalement à une grande artère radiculaire gauche d'Adamkevich (75% T10-T12), la principale source; apport sanguin pour le cône cérébral.
- Branches de l'aorte et des artères iliaques pour la colonne lombo-thoracique.

4. Vascularisation péromédullaire leptoméningée formée par des anastomoses entre les artères radiculaires postérieures et antérieures, plus prononcées au niveau du cône médullaire.
- Le flux sanguin va de la périphérie au centre: du système du dos aux piliers arrière et aux cornes arrière.
- Flux sanguin centrifuge du système antérieur vers les parties antérieure et centrale de la matière grise et les cordons antérieur et latéral.
- L'écoulement veineux varie considérablement, et généralement la veine vertébrale antérieure et deux veines vertébrales postérieures se drainent rostralement vers la tête.

d) Coquilles de la moelle épinière. L'ensemble de la moelle épinière et des racines nerveuses est protégé par la dure-mère. Ainsi, la dure-mère (TMT) du crâne continue dans la jonction craniocervicale, formant un tube autour de la moelle épinière et une queue de cheval vers le sacrum. Sa force est fournie par une membrane fibreuse épaisse et des faisceaux de collagène. Sur les côtés de la moelle épinière, la TMT continue jusqu'aux racines de la moelle épinière et se confond latéralement avec les épinévries des nerfs segmentaires. TMT est innervé par des branches du nerf spinal antérieur.

La couche suivante après la dure-mère (TMO) est la membrane arachnoïdienne, qui forme un petit espace sous-dural entre elle-même et le TMO. L'espace entre la membrane molle et l'arachnoïde est rempli de liquide céphalorachidien (liquide céphalorachidien). Le pia mater se trouve sur la moelle épinière et les racines et entoure les vaisseaux. Contrairement au cerveau, il n'y a pas d'espaces périvasculaires dans la moelle épinière («espaces Virchow-Robin»).

Les ligaments dentés s'étendent de la surface latérale du cerveau et s'attachent à la dure-mère pour soutenir la moelle épinière pendant la flexion et l'extension. Le pia mater entoure la surface du ligament denté. Les ligaments sont plus forts dans la région cervicale, dans le sens caudal, la force est réduite. Le passage du ligament denté entre les racines antérieure et postérieure peut servir de ligne directrice pour identifier le tractus cortico-spinal à l'arrière et le tractus spinal à l'avant.

e) Racines des nerfs spinaux. Les racines des nerfs rachidiens sortent du canal rachidien par le foramen intervertébral. En règle générale, 31 paires de racines nerveuses émergeant de la moelle épinière sont composées de fibres antérieures et postérieures. Les fibres antérieures forment environ 1 à 3 mm de la ligne médiane et les fibres postérieures pénètrent dans la moelle épinière par la rainure postéro-latérale. Toutes les racines cervicales passent au-dessus du corps de la vertèbre correspondante, tandis que les racines C8 sont entre C7 et T1.

Les racines suivantes s'étendent en dessous du corps vertébral correspondant. Dans les régions cervicales et lombaires, les racines quittent le canal intervertébral à un angle, tandis que dans la colonne thoracique, les racines sortent presque horizontalement..

Les vaisseaux segmentés de l'artère vertébrale, de l'artère sous-clavière et de l'aorte partent vers tous les ganglions rachidiens et les racines nerveuses en fonction du niveau de leur sortie de la moelle épinière. Après pénétration dans les trous intervertébraux, tous ces vaisseaux segmentaires sont divisés en vaisseaux radiculaire, TMT et moelle épinière.
• Branches de TMT: approvisionnent en sang le TMT et les membranes autour des racines nerveuses
• Branches radiculaires: perforer TMT et alimenter les racines antérieures et postérieures
• Branches médullaires: montent et descendent par voie intradurale et fournissent du sang aux cordons antérieur et latéral.

Voies descendantes (efférentes)

Voies du cerveau et de la moelle épinière

Matière blanche des hémisphères cérébraux

Noyaux basaux de l'hémisphère

La matière grise est représentée non seulement par le cortex des hémisphères cérébraux, mais aussi par les noyaux basaux sous-corticaux situés dans la substance blanche de la base des hémisphères et comprend: striatum, escrime, amygdale.

Les noyaux basaux sont le moteur extrapyramidal sous-cortical et les centres autonomes. Ils régulent les réflexes en chaîne inconditionnés complexes - marcher, courir, nager, sauter et, avec les noyaux du diencéphale, assurer la réalisation des instincts, normaliser le tonus musculaire. En cas de lésion des noyaux basaux (ainsi que des noyaux rouges associés, matière noire), les mouvements perdent de leur douceur, se contraignent, des troubles végétatifs caractérisant la maladie de Parkinson apparaissent (paralysie tremblante).

La matière blanche des hémisphères cérébraux est représentée par:

1) fibres associatives reliant les lobes d'un hémisphère;

2) fibres commissurales reliant les deux hémisphères;

3) fibres de projection formant des chemins conducteurs.

Les voies du cerveau et de la moelle épinière sont composées de faisceaux de fibres nerveuses, à l'aide desquels les centres nerveux sous-jacents sont connectés aux centres sus-jacents et vice versa. Chaque voie a un emplacement strictement défini dans la matière blanche du cerveau et dans les cordons de la moelle épinière. Il existe des voies ascendantes (afférentes) et descendantes (efférentes) (Fig. 6.10). Il existe de nombreux chemins conducteurs; de brèves données sur les plus importantes d'entre elles sont données ci-dessous. Les voies pyramidales conductrices de mouvements arbitraires sont examinées plus en détail..

Des voies ascendantes (afférentes) ou sensibles servent à transmettre des informations des récepteurs de la peau, du système musculo-squelettique, des organes internes au cortex cérébral et à d'autres centres du cerveau. Les voies ascendantes vers le cortex cérébral ont une structure à trois neutrons. Les premiers neurones sont situés dans les nœuds rachidiens et dans les nœuds sensibles des nerfs crâniens. Les seconds neurones sont situés dans les noyaux des cornes postérieures de la moelle épinière ou dans les noyaux du tronc. Les troisièmes neurones se trouvent dans les noyaux du thalamus. Les dommages aux voies ascendantes provoquent une violation de la sensibilité. Par exemple, des dommages aux voies de la sensibilité cutanée provoquent une violation de cette sensibilité (température douloureuse tactile).

Les voies descendantes (motrices) transmettent des impulsions efférentes du cortex des hémisphères cérébraux ou des noyaux sous-corticaux aux noyaux moteurs du tronc et de la moelle épinière, et d'elles le long des nerfs moteurs aux muscles et aux organes du corps, effectuant une régulation nerveuse de leur activité. Les voies descendantes décrites ci-dessous servent à transmettre des impulsions efférentes au muscle squelettique.

Les chemins pyramidaux descendants conduisent des impulsions efférentes qui régulent les mouvements volontaires. Ils sont formés par les axones des grandes cellules pyramidales de Betz dans la zone motrice du cortex - le gyrus précentral du lobe frontal. Les voies pyramidales comprennent les voies antérieure, latérale cortico-spinale et cortico-nucléaire. Tous ont une structure à deux neurones..

Le premier neurone est la grande cellule pyramidale de Betz. Les seconds neurones font partie des noyaux moteurs des nerfs crâniens du tronc cérébral et des noyaux moteurs des cornes antérieures de la moelle épinière. La défaite des voies pyramidales provoque un trouble des mouvements volontaires (paralysie, parésie).

Les canaux cortico-spinaux antérieurs et latéraux (droit et gauche) passent ensuite dans les sections antérieures des jambes du cerveau et se jettent dans la moelle oblongue, y formant des pyramides. Ensuite, les fibres nerveuses de la voie antérieure descendent dans les cordes antérieures de la moelle épinière et au niveau de ses différents segments passent du côté opposé, aux motoneurones des cornes antérieures. Les fibres nerveuses de la moelle corticale latérale à la frontière de la moelle oblongue et de la moelle épinière forment une croix (croix pyramidale) et passent du côté opposé aux cordes latérales de la moelle épinière. Dans la moelle épinière, ils se rapprochent au niveau des différents segments des motoneurones des cornes antérieures. Par conséquent, les impulsions efférentes le long des fibres motrices passant dans les racines antérieures et les nerfs rachidiens sont transmises aux muscles du tronc et des membres. En raison de l'intersection des fibres des voies cortico-vertébrales (pyramidales), la zone motrice du cortex de chaque hémisphère est connectée aux muscles de l'autre côté du corps.

Les voies cortico-nucléaires sont destinées aux muscles squelettiques du visage. Ils vont du gyrus précentral, passent dans la matière blanche des hémisphères et du tronc jusqu'aux noyaux moteurs des nerfs crâniens. A partir de ce dernier, des impulsions efférentes sont transmises le long des fibres de ces nerfs aux muscles du visage. Les fibres cortico-nucléaires forment une croix à côté des noyaux des nerfs crâniens; par conséquent, les fibres du cortex de l'hémisphère opposé s'approchent des noyaux de chaque côté.

Les voies extrapyramidales descendantes (efférentes) conduisent des impulsions efférentes à partir des noyaux rouges des hémisphères cérébraux, du cervelet et d'autres parties du cerveau impliquées dans la coordination réflexe des mouvements et la régulation du tonus musculaire, selon ce qu'on appelle voies extrapyramidales. Parmi eux se trouve la voie rednucléaire-spinale. Il commence dans les noyaux rouges du mésencéphale. Les fibres nerveuses s'étendant des neurones des deux noyaux rouges forment une croix dans les jambes du cerveau, puis descendent dans le pont, puis dans la moelle oblongue et les cordes latérales de la moelle épinière, se terminant sur les motoneurones des cornes avant. Les neurones des noyaux rouges sont également reliés par des voies à d'autres centres extrapyramidaux (cervelet, mésencéphale, hémisphères cérébraux).

Date d'ajout: 2014-11-07; Vues: 1039; violation de copyright?

Votre avis est important pour nous! Le matériel publié était-il utile? Oui | Non

Voies ascendantes (afférentes) de la moelle épinière et du cerveau

Chemins ascendants (afférents) commençant dans la moelle épinière
Les corps des premiers neurones - les conducteurs de tous les types de sensibilité à la moelle épinière - se trouvent dans les nœuds rachidiens. Les axones des cellules des ganglions rachidiens dans les racines postérieures pénètrent dans la moelle épinière et sont divisés en deux groupes: le médial, composé de fibres plus épaisses et plus myélinisées, et le latéral, formé de fibres minces et moins myélinisées.

Le groupe médial de fibres de la racine postérieure est envoyé au cordon postérieur de matière blanche, où chaque fibre est divisée en forme de T en branches ascendantes et descendantes. Les branches ascendantes, en remontant, entrent en contact avec les cellules de la matière grise de la moelle épinière dans la substance gélatineuse et dans la corne, et certaines d'entre elles atteignent la moelle oblongue, formant des faisceaux minces et en forme de coin, fasciculi gracilis et cuneatus, la moelle épinière.

Moelle épinière, moelle épinière; vue de face, droite et vue de dessus (semi-schématique).

Les branches descendantes des fibres sont dirigées vers le bas et entrent en contact avec les cellules de matière grise des colonnes postérieures pour six à sept segments sous-jacents. Certaines de ces fibres forment un faisceau dans la moelle épinière thoracique et cervicale, qui a une virgule dans la section transversale de la moelle épinière et est situé entre le sphénoïde et les faisceaux minces; dans la région lombaire - un type de cordon médial; dans la section sacrée est une vue d'un faisceau ovale du cordon postérieur adjacent à la surface médiale d'un faisceau mince.

Le groupe latéral de fibres de la racine postérieure se dirige vers la zone marginale, puis vers la colonne postérieure de matière grise, où il entre en contact avec les cellules de la corne postérieure.

Les fibres s'étendant des cellules des noyaux de la moelle épinière sont dirigées vers le haut en partie le long de la moelle latérale de leur côté, et passent partiellement dans la composition de la commissure blanche vers le côté opposé de la moelle épinière et sont également dirigées vers le haut dans la moelle latérale.

Moelle épinière, moelle épinière

Les chemins ascendants commençant dans la moelle épinière sont les suivants:

1. La voie spinale-cérébelleuse postérieure, tractus spinocerebellaris dorsalis (postérieur), est la voie cérébelleuse directe qui conduit les impulsions des récepteurs musculaires et tendineux vers le cervelet. Les corps des premiers neurones se trouvent dans le nœud spinal, les corps des seconds neurones se trouvent dans toute la moelle épinière dans la colonne thoracique (noyau thoracique) de la corne. Les longs processus des seconds neurones vont vers l'extérieur; Ayant atteint la partie postérieure de la moelle épinière du même côté, ils se dressent et montent le long de la moelle latérale de la moelle épinière, puis suivent la jambe cérébelleuse inférieure jusqu'au cortex du ver cérébelleux.

2. La voie antérieure de la moelle épinière, tractus spinocerebellaris ventralis (antérieur), conduit les impulsions des récepteurs des muscles et des tendons vers le cervelet. Les corps des premiers neurones se trouvent dans le nœud spinal et les seconds neurones dans le noyau médial de la zone intermédiaire et envoient une partie de leurs fibres à travers la pointe blanche aux cordes latérales du côté opposé et une partie aux cordes latérales de leur côté. Ces fibres atteignent les sections antéropostérieures des cordes latérales, situées en avant de la moelle épinière postérieure. Ici, les fibres sont enroulées, longent la moelle épinière, puis le long de la moelle épinière et, après avoir passé le pont, le long des jambes cérébelleuses supérieures, après avoir fait la deuxième croix, atteignent le ver cérébelleux.

3. La voie d'irrigation vertébrale, tractus spinoolivaris, provient des cellules des cornes postérieures de matière grise. Les axones de ces cellules se croisent et s'élèvent près de la surface de la moelle épinière à la frontière des cordes latérales et antérieures, se terminant dans le noyau de l'olive. Les fibres de cette voie véhiculent des informations provenant des récepteurs de la peau, des muscles et des tendons..

4. Les voies antérieure et latérale dorso-thalamique, tractus spinothalamici ventralis (antérieur) et lateralis, conduisent des impulsions de douleur, de température (voie latérale) et de sensibilité tactile (voie antérieure). Les corps des premiers neurones se trouvent dans les ganglions rachidiens. Les processus des deuxièmes neurones des cellules du noyau propre de la corne postérieure sont dirigés à travers la commissure blanche dans les cordons antérieur et latéral du côté opposé. En montant vers le haut, les fibres de ces voies passent dans les régions postérieures de la moelle oblongue, du pont et des jambes du cerveau et atteignent le thalamus dans le cadre de la boucle vertébrale, lemniscus spinalis. Dans le thalamus, les corps des troisièmes neurones de ces voies se trouvent, et leurs processus sont dirigés vers le cortex cérébral dans les radiations thalamiques centrales à travers la jambe arrière de la capsule interne.

Capsules et parcours des voies à travers la capsule interne (semi-schématique).

5. La voie vertébrale-réticulaire, tractus spinoreticularis, est constituée de fibres qui passent dans le cadre des voies vertébrales-thalamiques, ne se croisent pas et forment des projections bilatérales sur toutes les parties de la formation réticulaire de la tige..

6. La voie spinale-capillaire, tractus spinotectalis, ainsi que la voie spinale-thalamique passe dans les cordes latérales de la moelle épinière et se termine dans la plaque du toit du mésencéphale.

7. Un faisceau mince, fasciculus gracilis, et un faisceau en forme de coin, fasciculus cuneatus, conduisent les impulsions des muscles, des articulations et des récepteurs sensoriels tactiles. Les corps des premiers neurones de ces chemins sont localisés dans les nœuds vertébraux correspondants. Les axones font partie des racines postérieures et, après être entrés dans les colonnes postérieures de la moelle épinière, prendre une direction ascendante, atteignant les noyaux de la moelle oblongue.

Chemins ascendants de la moelle épinière et du cerveau;

hémisphère droit (hémisphérique).

Le faisceau mince occupe une position médiale et conduit les impulsions correspondantes des extrémités inférieures et des parties inférieures du corps - en dessous du 4ème segment thoracique.

Le faisceau en forme de coin est formé de fibres partant des cellules de tous les nœuds rachidiens situées au-dessus du 4e segment thoracique.

Ayant atteint la moelle oblongue, les fibres du faisceau mince entrent en contact avec les cellules du noyau de ce faisceau situées dans le tubercule du noyau mince; les fibres du faisceau en forme de coin se terminent par un tubercule en forme de coin. Les cellules des deux tubercules sont les corps des seconds neurones des voies décrites. Leurs axones - fibres internes arquées, fibrae arcuatae internae - vont de l'avant vers le haut, vont du côté opposé et, formant une croix de boucles médiales (croix sensible), decussatio lemniscorum medialium (decussatio sensoria), avec des fibres du côté opposé, vont dans le cadre de la boucle médiale lemniscus medialis.

Ayant atteint le thalamus, ces fibres entrent en contact avec ses cellules - les corps des troisièmes neurones de la voie, qui envoient leurs processus à travers la capsule interne au cortex cérébral.

Trajets ascendants et descendants de la moelle épinière

La moelle épinière remplit plusieurs fonctions importantes, l'une des principales - le conducteur. Il transmet les signaux nerveux du système nerveux périphérique au cerveau, et de celui-ci à divers organes et membres, ce qui assure le fonctionnement normal de tous les systèmes. Les chaînes de cellules nerveuses spinales forment les voies reliant la moelle épinière au cerveau, ainsi qu'à toutes les parties du corps humain. Ils assurent un lien entre le SNA et le système nerveux central (système nerveux autonome et central). Dans la physiologie de l'activité nerveuse, ces chaînes sont appelées voies. L'honneur de leur découverte appartient à l'éminent neurophysiologiste et psychiatre russe V.M. Bekhterev (1857-1927). Ses deux volumes "Conduire les chemins de la moelle épinière" ont été publiés en 1900.

Types de voies

Le rôle principal dans la combinaison du SNA et du système nerveux central est joué par les neurones - les cellules nerveuses qui peuvent percevoir, traiter et transmettre des informations. Les chaînes neuronales composent les voies ascendantes et descendantes de la moelle épinière.

Le schéma d'anatomie des neurones est le suivant:

  1. Corps avec un noyau dans sa partie centrale.
  2. Les processus entourant le corps - dendrites et axones.

À l'aide de processus, la communication entre les neurones est réalisée. De courtes dendrites entourant la cellule de tous les côtés sont responsables de la réception des informations. Axon - un long processus - chaque cellule n'en a qu'une, et c'est là que repose la fonction de transmission impulsionnelle. Ainsi, la connexion entre les neurones.

Les cellules nerveuses de la zone cérébrospinale sont divisées en trois types principaux:

  • sensible - percevoir les signaux, les convertir en impulsions électriques et les transmettre au système nerveux central;
  • associatif - neurones situés dans le système nerveux central, traitant les informations reçues des cellules sensibles et participant au développement des équipes;
  • moteur - envoyer des impulsions aux organes de travail.

Les voies sensibles et motrices de la moelle épinière jouent fonctionnellement un rôle différent. Les premiers sont ascendants, ils transportent des impulsions de la peau, des organes internes et des organes de mouvement vers le cortex cérébral, les seconds descendent, transmettant les commandes du cerveau à l'organe de travail. En même temps, ils constituent un seul ensemble - le soi-disant arc réflexe, qui commence par le sensoriel et se termine par le motoneurone.

Les fibres neuronales sensibles forment des faisceaux: fins (faisceau de Gaulle) et en forme de coin (faisceau de Burdach). Ils se connectent aux cordons de la substance blanche de la moelle épinière, qui montent à la région vertébrale-cérébrale.

Les axones des motoneurones liés aux voies descendantes évolutives plus anciennes descendent des cellules de la partie cérébrospinale du cerveau. Leurs extrémités, ressemblant à un bouton floral, sont appelées plaque synaptique. Grâce à ces plaques, les axones entrent en contact avec d'autres cellules nerveuses..

Fonctions de cheminement

Les voies ascendantes de la moelle épinière sont formées de neurones sensibles responsables de la transmission d'impulsions électriques caractérisant diverses sensations au cerveau depuis la périphérie du corps. Ces neurones réalisent quatre principaux types de sensations:

  • tactile;
  • Température;
  • douleur
  • proprioceptive, aidant à contrôler et à changer la position du corps et des membres.

Leurs axones traversent toute la moelle épinière et sont dirigés vers ses sections supérieures. De là, l'impulsion va directement au cortex cérébral.

Les voies neuronales descendantes sont divisées en deux groupes principaux. Ceux qui proviennent de sections convexes du cerveau qui ont une forme en forme de coin sont appelés les voies corticospinales ou pyramidales. En termes d'évolution, ce tract est le plus jeune. Les neurones de cette voie se trouvent dans la zone motrice des hémisphères cérébraux, où il existe des centres qui contrôlent les mouvements focalisés et finement coordonnés des membres, qui sont particulièrement importants pour l'homme. Par conséquent, ils n'ont été développés de manière significative que chez l'homo sapiens. Les animaux ont également des chemins pyramidaux, mais ils sont beaucoup moins développés..

Les voies extrapyramidales sont responsables des réactions motrices réflexes involontaires. Ils sont formés par des neurones de la matière grise du cerveau. L'unité structurale de base de cette substance est le ganglion basal. Le système extrapyramidal du cerveau comprend également le thalamus, le cervelet et les centres associatifs du cortex cérébral.

Si nous listons les fonctions du système extrapyramidal, nous obtenons la liste suivante:

  • régulation des actes moteurs automatiques de nature congénitale et acquise;
  • maintenir l'équilibre;
  • régulation du tonus musculaire;
  • contraction involontaire des muscles faciaux;
  • régulation des mouvements qui jouent un rôle concomitant (par exemple, mouvement rapide des mains en courant).

Les systèmes pyramidal et extrapyramidal fonctionnent de manière synchrone. Par exemple, si une personne écrit quelque chose, elle agit de manière complètement consciente. En même temps, tend la main mécaniquement pour prendre un stylo ou un crayon feutre - ce mouvement est automatique.

Causes et conséquences des troubles de la conduction

Les voies du cerveau et de la moelle épinière ont une structure anatomique complexe. Leur état normal est extrêmement important pour soutenir toutes les fonctions du corps. Le désordre de ces voies conduit à une violation des fonctions sensorielles et motrices et entraîne une sérieuse diminution de la qualité de vie humaine, jusqu'au handicap. Parmi les conditions pathologiques qui peuvent provoquer une violation de la conductivité de la moelle épinière, nous pouvons citer les suivantes:

  • paralysie cérébrale;
  • méningite;
  • polio;
  • spondylarthrite tuberculeuse;
  • hernie du disque intervertébral;
  • néoplasmes tumoraux dans la zone vertébrale;
  • blessures à la colonne vertébrale - ecchymoses, luxations, fractures, blessures par balle et au couteau de la colonne vertébrale;
  • troubles de la circulation vertébrale causés par des processus pathologiques dans l'aorte abdominale et thoracique.

Une violation de la conductivité de la moelle épinière avec les maladies répertoriées se manifeste par les symptômes suivants:

  • parésie partielle ou complète des membres - inférieurs et supérieurs;
  • spasticité - une contraction pathologique des muscles paralysés, accompagnée d'une raideur des membres et du développement de contractures;
  • violation des fonctions des organes pelviens;
  • la formation de plaies de pression et d'ulcères trophiques.

Ces symptômes peuvent s'accompagner d'une nécrose - la mort des tissus de la moelle épinière, qui provoque des changements pathologiques irréversibles dans sa fonctionnalité. En règle générale, il se manifeste très rapidement, presque immédiatement après le début du développement de la maladie, entraînant une invalidité grave. L'utilisation de médicaments qui rétablissent la circulation sanguine normale, ainsi que la stimulation électrique des sections endommagées des voies vertébrales pour restaurer la perméabilité des impulsions, aideront à prévenir ou à arrêter les manifestations nécrotiques dans la région de la moelle épinière..

Si le traitement conservateur ne donne pas de résultats positifs notables, le patient peut subir une intervention chirurgicale sur la colonne vertébrale.

Chemins ascendants et descendants de la substance blanche

ou pneumapsychosomatologie humaine

Encyclopédie russe-anglais-russe, 18e éd., 2015

Les voies de la moelle épinière, ou des voies de la moelle épinière, sont la totalité des fibres nerveuses (systèmes de faisceaux de fibres) qui traversent les cordes de la moelle épinière. Les voies servent à atteindre trois objectifs: transmettre des informations afférentes aux régulateurs du système nerveux (aux centres nerveux), transmettre des signaux de contrôle des régulateurs aux objets de contrôle - organes et systèmes organiques, et également communiquer entre eux des ensembles de neurones de différents segments de la moelle épinière..
La matière blanche de la moelle épinière est située à l'extérieur de la matière grise. Les fissures de la moelle épinière divisent la substance blanche en trois lignes situées symétriquement à droite et à gauche.
Le cordon antérieur est situé entre la fissure médiane antérieure et la rainure latérale antérieure. Dans la substance blanche, postérieure à la fissure médiane antérieure, une adhésion blanche antérieure est distinguée, qui relie les cordons avant des côtés droit et gauche.
Le cordon postérieur se situe entre la médiane postérieure et les rainures latérales postérieures.
Le cordon latéral est la zone de substance blanche entre les rainures latérales antérieure et postérieure.
La substance blanche de la moelle épinière se compose principalement de processus de neurones - fibres nerveuses. La totalité de ces fibres dans les cordes de la moelle épinière sont trois systèmes de faisceaux (voies ou voies) de la moelle épinière.
JE. Faisceaux courts de fibres associatives reliant les segments de la moelle épinière situés à différents niveaux.
II. Faisceaux ascendants (afférents, sensibles) dirigés vers les centres nerveux du cerveau et du cervelet.
III. Faisceaux descendants (efférents, moteurs) allant du cerveau aux neurones des cornes antérieures de la moelle épinière.
Les deux derniers systèmes de faisceaux forment un nouvel appareil conducteur suprasegmental (contrairement à l'appareil segmentaire phylogénétiquement plus ancien de la moelle épinière) des connexions bilatérales de la moelle épinière et du cerveau. Dans la substance blanche des cordons antérieurs, il y a principalement des chemins descendants, dans les cordons latéraux sont à la fois ascendants et descendants, dans les cordons postérieurs sont des chemins ascendants.

Schème. Coupe transversale de la moelle épinière.
Vue d'en-haut. La position des principales voies de la matière blanche et des noyaux de la matière grise.
Modification: Anatomie humaine. Ed. Sapin M.R. 1-2, éd. 2nd, M., "Medicine" 1993.

1. Canal central, canalis centralis.

Conduire des chemins de matière blanche - la moitié droite du schéma.

2. Faisceau mince (faisceau de Gaulle), fasciculus gracilis.
F. Gaulle, Friedrich Goll, 1829-1903, anatomiste suisse.
3. Un tas en forme de coin (bouquet de Bourdach) fasciculus cuneatus.
K.F. Burdach, Karl Friedrich Burdach, 1776-1847, anatomiste et physiologiste allemand.
4. Propre faisceau postérieur, fasciculus proprius dorsalis (postérieur).
5. La voie spinale-cérébelleuse postérieure (faisceau Flexig), tractus spinocerebellaris dorsalis (postérieur). P.E. Flexig, Paul Emil Flechsig, 1847-1929, neurologue allemand.

6. Voie cortico-spinale latérale (pyramidale), tractus corticospinalis (pyramidalis> lateralis.
7. Faisceau propre latéral, fasciculus proprius lateralis.
8. La moelle épinière, tractus rubrospinalis.
9. Voie thalamique vertébrale latérale, tractus splnothalamicus lateralis.
10. La voie vestibulo-spinale postérieure, tractus vestibulospinalis dorsalis (postérieur).
11. Spinal-Tire Path, tractus spinotectalis.
12. Voie cérébelleuse vertébrale antérieure (faisceau de Hovers), tractus spinocerebellaris ventralis (antérieur).
U.R. Govers, William Richard Gowers, 1845-1915, neurologue britannique.
13. Tractus oléo-rachidien, tractus olivospinalis.
14. Le tractus réticulospinal antérieur, tractus reticulospinalis ventralis (antérieur).
15. Le tractus vestibulospinal, tractus vestibulospinalis.
16. Le tractus thalamique dorsal antérieur, tractus spinothalamicus ventralis (antérieur).
17. Faisceau antérieur, fasciculus proprius ventralis (antérieur).
18. La voie cortico-spinale antérieure (pyramidale), tractus corticospinalis (pyramidalis) ventralis (antérieur).
19. Papillotomie, tractus tectospinalis.

Noyaux de matière grise - la moitié gauche du schéma

20. Le noyau antéro-médial, nucleus ventromedialis.
21. Le noyau médial postérieur, nucleus dorsomedialis.
22. Noyau central, nucleus centralis.
23. Noyau antérolatéral, nucleus ventrolateralis.
24. Le noyau postérolatéral, nucleus dorsolateralis.
25. Colonne intermédiaire latérale (matière grise), substantia (grisea) intermedia lateralis; columna intermediolateralis (autonomica).
26. Substance centrale intermédiaire (grise), substantia (grisea) intermedia centralis; nucleus intermediomedialis.
27. Noyau thoracique (Clark), nucleus thoracicus; colonne thoracique, columna thoracica. J. Clark, Jacob Augustus Lockhart Clarke, 1817-1880, médecin britannique, physiologiste, histologue.
28. Noyau propre de la corne, nucleus proprius cornu postérieur.
29. Zone marginale, zona terminalis.
30. Zone spongieuse, zona spongiosa.
31. Substance de Tudeny (champ lunaire), substantia gelatinosa (Rolandi). Luigi Rolando, Luigi Rolando, 1773-1831, anatomiste italien.


1. Le cordon antérieur, funiculus ventralis (antérieur), comprend les voies suivantes:
1.1. La voie cortico-spinale antérieure (pyramidale), tractus corticospinalis (pyramidalis) ventralis (antérieur) - la voie motrice. Il contient les processus des neurones pyramidaux géants (neurones pyramidaux géants). Le faisceau de fibres nerveuses qui forment ce chemin se trouve près de la fissure médiane antérieure, occupant les sections antéromédiales du cordon antérieur. Le chemin nommé transmet les signaux de contrôle des centres nerveux du cortex cérébral aux cornes antérieures de la moelle épinière.
1.2. La voie réticulaire et vertébrale, tractus reticulospinalis, transmet les signaux de contrôle de la formation réticulaire du cerveau aux noyaux moteurs de la corne antérieure de la moelle épinière. Il est situé dans la partie centrale de la moelle antérieure, latéralement à la moelle cortico-spinale.
1.3. La voie antérieure dorso-thalamique, tractus spinothalamicus ventralis (antérieur), est située quelque peu en avant de la voie réticulaire-vertébrale. Ce tract contient des informations relatives à la sensibilité tactile (toucher et pression).
1.4. La voie vertébrale tympanique, tractus tectospinalis, relie les centres de vision sous-corticaux (monticules supérieurs du toit du mésencéphale) et d'audition (monticules inférieurs) aux noyaux moteurs des cornes antérieures de la moelle épinière. Il est situé en dedans de la voie cortico-spinale antérieure (pyramidale). Un faisceau de ces fibres directement adjacent à la fissure médiane antérieure. Ce chemin est utilisé pour transmettre des signaux de contrôle destinés aux réactions motrices protectrices réflexes en réponse aux influences visuelles et auditives de l'environnement..
1.5. Le faisceau longitudinal postérieur, fasciculus longitudinalis dorsalis (postérieur), est situé entre la voie cortico-spinale antérieure (pyramidale) à l'avant et la commissure grise antérieure à l'arrière. Ce faisceau s'étend du tronc cérébral aux segments supérieurs de la moelle épinière. Les fibres de ce faisceau conduisent des signaux de contrôle qui coordonnent les fonctions des muscles du globe oculaire et des muscles du cou..
1.6. Le canal vestibulaire-spinal, tractus vestibulospinalis, est situé à la frontière de la moelle antérieure avec le latéral. Cette voie est située dans les couches superficielles de la substance blanche de la moelle antérieure de la moelle épinière, directement près de sa rainure latérale antérieure. Les fibres de ce chemin partent des noyaux vestibulaires de la paire de nerfs crâniens VIII situés dans la moelle oblongue jusqu'aux cellules motrices des cornes antérieures de la moelle épinière..

2. La moelle latérale, funiculus lateralis, la moelle épinière contient les voies suivantes:
2.7. La voie spinale-cérébelleuse postérieure, tractus spinocerebellaris dorsalis (postérieur), (faisceau Flexig), conduit des informations afférentes (sensibilité proprioceptive). Il occupe les sections postéro-latérales du cordon latéral près de la rainure latérale postérieure. Du côté médial, le faisceau de fibres de cette voie conductrice est adjacent à la voie corticale-vertébrale latérale (pyramidale), aux voies rouge-nucléaire-vertébrale et latérale dorsale-thalamique. En face, la moelle épinière postérieure est en contact avec la voie antérieure du même nom..
P.E. Flexig, Paul Emil Flechsig, 1847-1929, - neurologue allemand.
2.8. La voie de la moelle épinière antérieure, tractus spinocerebellaris ventralis (antérieur), (faisceau de Hovers), qui transporte également des informations proprioceptives vers le cervelet, est située dans les parties antérolatérales du cordon latéral. Devant, il jouxte la rainure latérale antérieure de la moelle épinière, en bordure du canal oligo-spinal. Du côté médial, la voie cérébelleuse vertébrale antérieure est adjacente aux voies latérale dorso-thalamique et dorsociliaire.
V.R. Govers, William Richard Gowers, 1845-1915, neurologue britannique.
2.9. La voie latérale dorso-thalamique, tractus splnothalamicus lateralis, est localisée dans les sections antérieures du cordon latéral, entre les canaux vertébral-cérébelleux antérieur et postérieur du côté latéral et les voies de conduction rouge-nucléaire-vertébrale et pré-portale-rachidienne du côté médial. Ce chemin contient des informations liées à la douleur et à la sensibilité à la température. Les systèmes descendants de fibres du cordon latéral comprennent les voies de conduction corticale-vertébrale latérale (pyramidale) et extrapyramidale rouge-nucléaire-vertébrale.
2.10. La voie latérale cortico-spinale (pyramidale), tractus corticospinalis (pyramidalis) lateralis, transmet les signaux de contrôle du cortex cérébral aux cornes antérieures de la moelle épinière. Un faisceau de fibres de cette voie, qui sont des processus de neurones pyramidaux géants, se trouve plus médialement que la moelle épinière postérieure et occupe une partie importante de la moelle latérale, en particulier dans les segments supérieurs de la moelle épinière. Devant cette voie se trouve la voie de conduction rouge-nucléaire-vertébrale. Dans les segments inférieurs, il prend des sections de plus en plus petites..
2.11. La trachéostomie, tractus rubrospinalis, est située en avant de la voie cortico-spinale latérale (pyramidale). Du côté latéral, la voie cérébelleuse postérieure (ses sections antérieures) et la voie latérale dorso-thalamique lui sont adjacentes dans une zone étroite. La voie de la moelle épinière est un conducteur de signaux de contrôle vers les cornes antérieures de la moelle épinière pour un contrôle automatique (subconscient) du tonus et des mouvements effectués par le muscle squelettique.
Dans les cordes latérales de la moelle épinière, des faisceaux de fibres nerveuses passent également, formant d'autres voies (par exemple, la colonne vertébrale-tympanique, olivospinale, etc.).

3. La moelle postérieure, funiculus dorsalis (postérieure), au niveau des segments cervicaux et thoraciques supérieurs de la moelle épinière avec la rainure intermédiaire postérieure est divisée en deux faisceaux.
3.12. Le faisceau médial, ou faisceau mince (faisceau de Gaulle), fasciculus graciiis, est directement adjacent à la rainure longitudinale postérieure.
F. Gaulle, Friedrich Goll, 1829-1903, anatomiste suisse.
3.13. Le faisceau en forme de coin (faisceau de Bourdach), fasciculus cuneatus, jouxte du côté médial à la corne postérieure latéralement au faisceau médial.
K.F. Burdach, Karl Friedrich Burdach, 1776-1847, anatomiste et physiologiste allemand.
Un faisceau mince se compose de conducteurs plus longs s'étendant des parties inférieures du tronc et des extrémités inférieures du côté correspondant jusqu'à la moelle oblongue. Il comprend des fibres qui composent les racines postérieures des 19 segments inférieurs de la moelle épinière et occupent la partie la plus médiale de la moelle postérieure..
En raison de l'entrée dans les 12 segments supérieurs de la moelle épinière de fibres appartenant aux neurones innervant les membres supérieurs et le haut du corps, un faisceau en forme de coin est formé, occupant une position latérale dans la moelle postérieure de la moelle épinière.
Les faisceaux minces et en forme de coin sont des conducteurs d'information en raison de la sensibilité proprioceptive (sensation articulaire et musculaire). Ces faisceaux transportent des informations sur la position du corps et de ses parties dans l'espace dans le cortex cérébral.
Dans différentes parties de la moelle épinière, les rapports des zones (sur les sections horizontales) occupées par la matière grise et blanche ne sont pas les mêmes. Ainsi, dans les segments inférieurs, en particulier dans le domaine de l'élargissement lombaire, la matière grise à la coupe occupe la majorité. Les changements dans les relations quantitatives de la matière grise et blanche s'expliquent par le fait que dans les parties inférieures de la moelle épinière, le nombre de fibres des voies descendantes qui partent du cerveau est considérablement réduit et les voies ascendantes commencent seulement à se former. Le nombre de fibres qui forment les voies ascendantes augmente progressivement des segments inférieurs vers le haut. Sur les coupes transversales des segments thoracique moyen et cervical supérieur de la moelle épinière, la zone de substance blanche est plus grande. Dans la zone des épaississements cervicaux et lombaires, la zone occupée par la matière grise est plus grande que dans d'autres parties de la moelle épinière.

"NON... N D E U U S H A? "
T E S T V A SH E G O I N T E L L E K T A

Prémisse:
L'efficacité de développement de toute branche de la connaissance est déterminée par le degré de conformité de la méthodologie de la connaissance - l'essence connaissable.
Réalité:
Les structures vivantes des niveaux biochimiques et subcellulaires à l'organisme entier sont des structures probabilistes. Les fonctions des structures probabilistes sont des fonctions probabilistes.
Prérequis:
Une étude efficace des structures et fonctions probabilistes devrait être basée sur une méthodologie probabiliste (Trifonov E.V., 1978.. 2015,...).
Critère: Le degré de développement de la morphologie, de la physiologie, de la psychologie humaine et de la médecine, le volume des connaissances individuelles et sociales dans ces domaines est déterminé par le degré d'utilisation de la méthodologie probabiliste.
Connaissances réelles: conformément à la prémisse, à la réalité, aux conditions préalables et au critère..
Évaluation des éléments suivants:
- avec la possibilité de changer le statut du,
- sur b et h et h et z z n et y et
- Le tiens !


Toutes les réalités, tant physiques que mentales, sont de nature probabiliste. La formulation de cette position fondamentale est l'une des principales réalisations de la science du XXe siècle. Un outil pour une cognition efficace des entités et des phénomènes probabilistes est la méthodologie probabiliste (Trifonov E.V., 1978.. 2014,...). L'utilisation d'une méthodologie probabiliste a permis de découvrir et de formuler le principe le plus important pour la psychophysiologie: la stratégie générale de gestion de toutes les structures et fonctions psychophysiques est prévisionnelle (E. Trifonov, 1978.. 2012,...). Ne pas reconnaître ces faits par ignorance est une erreur et un signe d'incompétence scientifique. Rejeter ou supprimer consciemment ces faits est un signe de malhonnêteté et de mensonges purs et simples.

Saint-Pétersbourg, Russie, 1996-2015

Copyright © 1996-, Trifonov E.V..

La citation non commerciale des documents de cette encyclopédie est autorisée à condition
indication complète de la source d'emprunt: nom de l'auteur, titre et adresse WEB de cette encyclopédie

Voies du cerveau et de la moelle épinière

La colonne vertébrale est un système complexe composé non seulement de tissu osseux, mais également de la délicate moelle épinière. C'est grâce à lui qu'une personne est capable de vivre pleinement, de toucher des objets, de les distinguer entre eux. Il se compose d'un grand nombre de fibres nerveuses et de voies uniques le long desquelles les impulsions se déplacent. L'anatomie de la moelle épinière est caractérisée par sa haute organisation, car des millions de signaux provenant des récepteurs le long de la périphérie traversent constamment cet organe..

Brève définition

Les voies ou voies de la moelle épinière sont des amas de fibres nerveuses situées à l'intérieur de la colonne vertébrale, fournissant des mouvements impulsionnels du cerveau vers toutes les parties du corps et dans la direction opposée. Les terminaisons nerveuses, dont la totalité forme les chemins, diffèrent par une structure, un développement et des fonctions communes similaires. Ils sont répartis entre eux en fonction des tâches qui leur sont assignées. Les chemins sont classés comme suit:

  • Associatif. Leur objectif principal est de combiner les cellules de matière grise de divers segments pour former leurs propres faisceaux avant, latéraux ou postérieurs.
  • Commissural. Ces fibres combinent la matière grise de deux hémisphères. Avec leur aide, le travail coordonné des sections individuelles, des centres nerveux et des deux hémisphères se produit..
  • Projection. En utilisant ces voies, le travail des régions cérébrales sus-jacentes et sous-jacentes est combiné. Ils fournissent la projection d'images du monde environnant, comme sur un écran de contrôle.

Les voies de projection, quant à elles, sont efférentes et afférentes. Ils forment la base du système nerveux central, et sont divisés en ascendant (centripète ou sensible) et descendant (centrifuge, moteur).

Les voies du cerveau et de la moelle épinière sont différentes, mais elles fonctionnent toujours de concert, assurant le passage d'un nombre incroyablement élevé de signaux nerveux des récepteurs au système nerveux central. Les chemins sont formés à partir de longs axones, des fibres spéciales qui peuvent créer des liens entre eux, reliant ainsi des segments individuels du tronc spinal, assurant le contrôle des organes effecteurs.

La structure des chemins conducteurs

Tous les chemins de la moelle épinière sont en matière blanche, qui est divisée en la moelle antérieure, latérale et antérieure. Leur volume principal est constitué de voies suprarachidiennes, grâce auxquelles une communication bidirectionnelle entre la section vertébrale et l'organe de la tête est assurée. Ces bandes occupent peu d'espace autour de la matière grise et sont appelées propriospinales.

Les voies conductrices de la dorsale et de la tête sont divisées conditionnellement, en fonction des caractéristiques de leur structure et de leur fonctionnalité. Ils font partie intégrante de la colonne vertébrale dans son ensemble et vous permettent de contrôler non seulement l'activité physique du corps, mais aussi le travail des organes internes. Ils sont situés à l'extérieur des principaux faisceaux du cerveau. Ils se développent parallèlement à la formation du chef de service.

Chemins ascendants

Les voies ascendantes de la moelle épinière sont responsables du transport d'une impulsion de douleur, des sensations tactiles, des informations sur la température corporelle, la sensibilité des récepteurs au cervelet. Autrement dit, leur principale caractéristique est le mouvement du flux de la périphérie vers le centre. C'est grâce à eux qu'une personne comprend ce qui se passe avec son corps à un instant donné, traite constamment les informations entrantes du monde extérieur et prend des décisions opportunes en fonction des impulsions reçues. Plus d'informations sur les variétés de ce type de chemin, et leurs principales tâches diront le tableau.

Nom des cheminsEmplacementLeurs tâches principales
Faisceau mince (poutre Gaulle)Colonne arrièreC'est la base des chemins ascendants, car ils passent le long du tronc spinal entier. Ses impulsions sont dirigées vers le cortex cérébral. Avec leur aide, des impulsions conscientes sont transmises des récepteurs musculaires au "centre".
Bouquet en forme de coin (façon Burdakh)Colonne arrièreLes courants nerveux sont dirigés vers le cortex. Les voies sont responsables de la transmission des impulsions du système musculo-squelettique.
Voie cérébrospinale postérieure (voie Flexig)DorsalResponsable du transfert des courants nerveux inconscients des propriétaires-récepteurs des fibres musculaires, des ligaments, des tendons au cervelet.
Moelle épinière antérieure (voie de Govers)Plus ventralementComme dans le cas précédent, il est responsable du transport des courants des muscles, des ligaments et des tendons vers le cervelet. Les impulsions sont transmises inconscientes.
Voie spinothalamique latéraleIls sont responsables de la sensation de changements de température et de douleur, car l'impulsion est effectuée sur eux.
Voie vertébrale antérieureIl est responsable de la transmission des courants nerveux sur les sensations tactiles, la pression, les contacts et autres choses.

Les voies ascendantes du tronc spinal sont généralement responsables du transfert de toute information entrante aux récepteurs articulaires du corps. Grâce à eux, une personne comprend la position de son corps, est consciente des sensations tactiles, effectue des mouvements passifs, ressent des vibrations.

Chemins descendants

Les chemins descendants sont responsables du mouvement des courants des départements sous-jacents vers les systèmes de travail. En général, ils sont divisés en pyramidaux et extrapyramidaux. Les premiers sont responsables de la transmission des impulsions de réactions motrices volontaires, à savoir le contrôle des mouvements conscients, les seconds contrôlent les mouvements involontaires (maintien de l'équilibre en cas de chute). A travers ces faisceaux nerveux, formés d'axones de cellules, ils sont responsables de la distribution des «indications» du cerveau aux principaux services moteurs. Grâce à eux, la moelle épinière effectue des tâches exécutives de premier plan.

Pour comprendre la structure des chemins descendants, le schéma de structure suivant vous aidera:

  • Voie pyramidale ou cortiospinale. Ils traversent la moelle oblongue, située dans les cordes antérieure et latérale de la moelle épinière. Sa tâche principale est de transporter les courants nerveux de la section de la tête, à savoir: des centres moteurs qui y sont situés et des services responsables des fonctions motrices vers des zones similaires de l'organe rachidien. Avec lui, une personne est capable d'effectuer des actions arbitraires par le système musculo-squelettique.
  • Chemin rubrospinal. Un autre chemin en aval majeur. Il prend sa source dans le noyau rouge et descend progressivement dans les segments de la moelle épinière en tant que partie de la matière blanche. Le chemin se termine dans la partie intermédiaire de la matière grise. Il est responsable de la transmission des courants nerveux, qui soutiennent le tonus du corset musculaire du squelette nécessaire à une activité motrice normale.
  • Voie réticulospinale. Il est situé devant la colonne, à partir de la formation réticulaire de la moelle oblongue. L'objectif principal est le transport des impulsions, ainsi que le soutien du tonus des muscles squelettiques avec des effets inhibiteurs et perturbateurs sur les motoneurones. Grâce à lui, l'état et le contrôle du centre végétatif vertébral sont effectués.
  • La voie vestibulospinale. Passe à l'avant du pilier, à partir des noyaux Deiters. Avec son aide, la transmission d'impulsions est effectuée, ce qui soutient une certaine posture et est responsable de l'équilibre du corps.
  • Voie tectospinale. Les impulsions qui fournissent des réflexes moteurs aux organes de la vision et de l'audition se déplacent le long de celui-ci..

Les voies descendantes permettent aux impulsions de se déplacer librement de la tête vers les noyaux moteurs sous-jacents dans le canal rachidien, maintenant ainsi une activité motrice normale. Avec leur aide, le travail du centre moteur supérieur, à savoir le cortex cérébral, est effectué.

La défaite des motoneurones centraux ou périphériques entraîne le développement de la paralysie et de la parésie. Ces troubles s'accompagnent, en règle générale, de la disparition complète des réflexes en raison de la perte de la partie efférente de l'arc réflexe et d'une diminution complète du tonus musculaire. S'il est nécessaire de déterminer la zone affectée, certaines zones sont stimulées, provoquant des contractions ondulatoires, de petits contractions. Où ils ne sont pas observés et où le problème est localisé.

En tant que traitement, la chirurgie est le plus souvent prescrite, ce qui aide à restaurer la perméabilité du canal rachidien. Mais parfois, les médecins recourent à l'hirudothérapie ou à l'apithérapie. Les piqûres d'abeilles, à savoir l'injection de leur venin, aident à augmenter le flux sanguin et à réparer les dommages. Mais cela est loin d'être toujours autorisé et n'est effectué que sous la supervision d'un agent de santé..

Fonction de la moelle épinière

L'une des fonctions clés de la moelle épinière est conductrice, car les chemins ascendants et descendants la traversent. C'est-à-dire que l'organe sert de certain «véhicule» à travers lequel tous les systèmes du corps communiquent avec le département principal. Grâce à elle, le cerveau reçoit toutes les informations nécessaires sur ce qui se passe avec le corps et transmet des impulsions à toutes les parties et à tous les organes. Les signaux nerveux ascendants proviennent de la peau, à la suite de contractions musculaires, du travail des systèmes internes. Du cerveau, les impulsions descendantes traversent également la moelle épinière et sont capables de changer l'état des muscles squelettiques et d'affecter le travail de tous les services vitaux.

La capacité d'effectuer des tâches est fournie grâce à la matière blanche, les fibres nerveuses et les neurones qui composent la moelle épinière. Ses voies sont une collection de terminaisons nerveuses qui assurent le mouvement des impulsions de différents segments et relient la moelle épinière et le cerveau. Leur structure spéciale permet une "communication bidirectionnelle", c'est-à-dire la possibilité de déplacer des impulsions dans l'une et l'autre direction.

Fonction réflexe

Une tâche tout aussi importante pour la moelle épinière est la mise en œuvre de réflexes autonomes et moteurs. Les impulsions provenant du cerveau le long des voies descendantes sont responsables des mouvements de l'ensemble du tronc et des membres. C'est grâce à la perméabilité des impulsions que se réalisent les réflexes moteurs, alimentaires et vasomoteurs.

L'activité réflexe principale de la moelle épinière:

  • Régulation du tonus musculaire.
  • Formation de marche normale.
  • Contraction de la paroi musculaire antérieure et abdominale.
  • Mouvement réflexe des extrémités: rythmique, extenseur, flexion, posnotonique.

La fonction réflexe de la moelle épinière est basée sur la communication avec le cerveau. Dès réception du signal, les réflexes de flexion et d'extenseur de la moelle épinière sont activés. Ils sont eux-mêmes de nature assez simple. Avec une irritation répétée, la force et la durée du réflexe augmentent considérablement. La fonction réflexe et de conduction de la moelle épinière est contrôlée par les parties sus-jacentes du système nerveux central.

Les voies du cerveau et de la moelle épinière sont un système unique qui fonctionne toujours en harmonie. C'est ce qui assure la coordination de toutes les actions du corps, sa réaction normale à une situation particulière. Par exemple, la réception d'un signal le long de trajets ascendants provenant de récepteurs glissants dans la rue permet de transmettre des impulsions le long de trajets ascendants pour maintenir l'équilibre.